Publié dans Communiqués

Réforme de la Loi sur l’assurance parentale : des mesures utiles pour adapter le régime au contexte du travail d’aujourd’hui

Par Kathy Megyery
Vice-présidente, Stratégie et affaires économiques

Les propositions contenues au projet de loi no 51, Loi réformant la Loi sur l’assurance parentale, permettent de tenir compte des changements s’étant opérés dans le monde du travail au cours des dernières années, commente la Fédération des chambres de commerce du Québec (FCCQ).

« Les mesures proposées apportent davantage de flexibilité pour les travailleurs, mais aussi pour les entreprises, ce qui est apprécié dans le contexte actuel du marché du travail », constate Kathy Megyery, vice-présidente Stratégie et Affaires économiques à la FCCQ. Pour la FCCQ, les mesures proposées répondent aux besoins des parents, qui veulent être présents durant les premiers mois de vie de leur enfant, tout en permettant aux entreprises de toute taille de poursuivre leur croissance, malgré l’absence d’un ou plusieurs employés.

« Plusieurs propositions favorisent le retour au travail progressif ou le travail à temps partiel, ce qui permet à des employés de mieux tenir compte des impératifs liés à leur entreprise ou à leur profession », souligne Kathy Megyery.

Des mesures qui améliorent les conditions pour tous

De plus, la période au cours de laquelle les prestations parentales, de paternité ou d’adoption peuvent être prises est étendue de 52 à 78 semaines, avec l’autorisation de l’employeur. Ainsi, un travailleur pourra retourner au travail plus tôt ou pour une certaine période, tout en conservant le droit d’utiliser les prestations restantes à un moment plus pratique pour leur famille ou l’entreprise, ce qui facilitera aussi la vie aux entrepreneurs qui deviennent eux-mêmes parents.

En permettant aux prestataires du Régime québécois d’assurance parentale (RQAP) de travailler à temps partiel, la réforme améliorera le taux d’activité des nouveaux parents dans le marché du travail, sans pénaliser ceux qui y voient une opportunité de maintenir leur revenu d’emploi normal. « C’est bon pour l’économie d’avoir des familles avec un revenu plus élevé, mais c’est aussi une bonne nouvelle pour les employeurs qui y voient un incitatif pour leurs employés à rester actifs, facilitant le maintien des compétences », ajoute Kathy Megyery.

Maintenant, du répit avec les cotisations

Après les réductions des cotisations des dernières années, ainsi que celle de 6 % annoncée cette année pour le 1er janvier 2020, les généreuses mesures proposées démontrent la bonne santé du régime,  ce qui, pour la FCCQ, invite à réviser son financement pour partager les cotisations au RQAP, à parts égales employeurs-employés.  « Actuellement, les employeurs cotisent 40 % plus que les travailleurs. Avec des taxes sur la masse salariale les plus élevées en Amérique du Nord, il est maintenant temps de donner un peu d’air aux entreprises », conclut Kathy Megyery.

À propos de Kathy Megyery
Vice-présidente, Stratégie et affaires économiques

Spécialisée dans les affaires publiques et la stratégie, Kathy Megyery possède plus de 25 ans d’expérience en tant que consultante en gestion et cadre sénior.  Titulaire d’un MBA et d’une maîtrise en sciences économiques, elle a fourni un appui en conseils stratégiques et en affaires publiques et gouvernementales à des organisations de divers secteurs, au Canada et à l’étranger, pendant 15 ans au sein de SECOR, qui était à l’époque le plus important cabinet privé de conseil en gestion au Canada.

Kathy Megyery a de plus œuvré durant 10 ans chez Sanofi, dont cinq au Canada en tant que vice-présidente, Stratégie, affaires gouvernementales & communications. Par la suite, elle a travaillé à l’étranger, dont cinq années en mission internationale, entre autres à Washington. Depuis février 2019, Kathy est vice-présidente, Stratégie et Affaires économiques à la Fédération des chambres de commerce du Québec et porte-parole de l’organisation.

  1. Alors que le gouvernement du Québec vient d’annoncer le port du masque obligatoire dans tous les lieux publics fermés, la Fédération des chambres de commerce du Québec (FCCQ) est préoccupée par les pénalités que pourraient subir les entreprises.   À partir du 18 juillet, le port du masque devra être obligatoire dans tous les lieux publics fermés, incluant... En savoir plus
Ce type de contenu vous intéresse? Abonnez-vous au FCCQeXpress, le bulletin bi-mensuel de la FCCQ. On y retrouve toute l’actualité de la Fédération et de nos partenaires!