Publié dans Communiqués

Fermeture des zones de pêche en raison des baleines noires : le gouvernement fédéral doit soutenir les pêcheurs gaspésiens, dit la FCCQ

Par Stéphane Forget, MBA
Président-directeur général

Les pertes de revenus attendues en Gaspésie par la fermeture de zones de pêche en raison de l’observation de baleines noires, se chiffrent à 4 millions $, selon la Chambre de commerce de Rocher-Percé, la Chambre de commerce et de tourisme de Gaspé et la Chambre de commerce Baie-des-Chaleurs. La Fédération des chambres de commerces du Québec (FCCQ) croit que Pêches et Océans Canada doit accompagner les pêcheurs de homard touchés et appuie les chambres de commerce qui réclament une intervention du gouvernement fédéral.

« Pêches et Océans Canada, dans son mandat de conservation des espèces marines, doit tenir compte des impacts économiques de ses décisions pour les communautés et pêcheurs affectés. Le gouvernement doit mettre en place des mesures de soutien et adopter un mode de collaboration plus étroit afin de trouver une approche prévisible devant une situation qui risque de se reproduire », soutient Stéphane Forget, président-directeur général de la FCCQ.

Aux travailleurs de l’industrie du homard qui se retrouvent sans emploi, il faut ajouter les employés des usines de transformation des produits de la mer, qui voient leur saison de production écourtée de plusieurs semaines. De plus, la pêche au crabe des neiges est elle aussi touchée, alors que plusieurs bateaux ont été déplacés dans d’autres zones, concentrant le nombre de pêcheurs et faisant craindre la surpêche dans ces secteurs.

« Plusieurs régions feront face à une transition importante et parfois dramatique de leurs activités, en raison des changements climatiques. Des mesures doivent assurément être mises en place pour éviter de décimer la population de baleines noires, déjà une espèce menacée, mais il ne faut surtout pas, du même coup, oublier que ce sont les familles de près de 300 capitaines-propriétaires et aide-pêcheurs de homard qui se retrouvent sans gagne-pain », conclut Stéphane Forget.

À propos de Stéphane Forget, MBA
Président-directeur général

Stéphane Forget est président-directeur général de la Fédération des chambres de commerce du Québec. À la FCCQ depuis 2014, il a d’abord occupé le poste de vice-président, Stratégie et affaires économiques. Auparavant à la Société de transport de Montréal (STM), il a agi à titre de directeur exécutif, Relations externes et planification stratégique ainsi qu’à titre de directeur, Coordination des dossiers stratégiques.

Précédemment, il a cumulé une vaste expérience des affaires gouvernementales et publiques, occupant diverses fonctions au sein de la Ville de Montréal, dans le monde associatif,  à la Société Radio-Canada et au gouvernement du Québec.

Il est détenteur d’une maîtrise en administration des affaires (MBA) de l’École des sciences de la gestion de l’Université du Québec à Montréal  (ESG-UQAM) et d’un certificat en droit de l’Université de Montréal.

Monsieur Forget est membre du Conseil et du comité exécutif de la Commission des partenaires du marché du travail (CPMT), membre du Conseil d’administration de la Commission des normes, de l’équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST) et membre du Comité consultatif du travail et de la main d’œuvre (CCTM).

  1. Il faut saluer la bonne nouvelle : dans son discours inaugural du 28 novembre, le premier ministre François Legault a explicitement fait de l’enjeu climatique une préoccupation de son gouvernement. Quant à la façon dont cette préoccupation s’incarnera dans des gestes concrets, on jugera l’arbre à ses fruits.  D’ici là, la chance doit être au coureur. ... En savoir plus
  2. En marge de la dernière journée des travaux de l’Assemblée nationale, les employeurs québécois amorcent les festivités de fin d’année avec de grandes préoccupations. Le CPQ (Conseil du patronat du Québec) et la FCCQ, dont l’ensemble des membres représente plus de deux emplois sur trois, et ce, dans toutes les régions du Québec, en appellent... En savoir plus
  3. En accord avec l’objectif de bien intégrer les immigrants, la FCCQ croit que le seuil proposé dans le Plan d’immigration du Québec, déposé aujourd’hui par le ministre de l’Immigration, de la Diversité et de l’Inclusion, Simon Jolin-Barrette, doit être temporaire. Pour éviter d’exacerber la pénurie de main-d’œuvre par la réduction du nombre d’immigrants accueillis chaque... En savoir plus
Ce type de contenu vous intéresse? Abonnez-vous au FCCQeXpress, le bulletin bi-mensuel de la FCCQ. On y retrouve toute l’actualité de la Fédération et de nos partenaires!