Publié dans Communiqués

Encadrement de la légalisation du cannabis: prendre pleinement conscience des défis en milieu de travail

Par Stéphane Forget, MBA
Président-directeur général

Devant la Commission de la Santé et des Services sociaux, la FCCQ a présenté aujourd’hui ses recommandations à l’égard de l’encadrement de la légalisation du cannabis en milieu de travail, de même qu’en lien avec le choix des lieux et des entreprises de production de cannabis récréatif.

La FCCQ, qui avait déjà fait connaître les préoccupations des entreprises lors de la Consultation régionale sur l’encadrement de la légalisation du cannabis l’automne dernier a rappelé l’importance des défis qui attendent les milieux de travail, compte tenu des responsabilités des employeurs au niveau de la CNESST et du Code criminel concernant les lieux de travail sécuritaires. Elle a rappelé que les limites technologiques de détection des psychotropes chez les employés et l’obligation de respecter leurs droits fondamentaux à la vie privée font en sorte que tout le poids juridique, financier et opérationnel repose sur ces derniers sans toutefois leur concéder de moyens de contrôle.

Au-delà des enjeux juridiques évidents pour les entreprises, la FCCQ a fait part de l’importance de lancer un message politique clair que la possession et la consommation de cannabis au travail ne sont pas plus acceptables qu’au volant d’un véhicule. Elle a donc demandé que les milieux de travail soient ajoutés aux endroits où la possession de cannabis est interdite.

« Les employeurs québécois sont investis dans la création de milieux de travail sécuritaires; leurs préoccupations en matière de santé et sécurité sont réelles et sans ambiguïté dans tous les secteurs de l’économie. Il importe que la législation réponde à leurs réalités et leur donne les outils essentiels à l’exercice de leurs responsabilités, ce qui n’est pas le cas à ce jour », a insisté Stéphane Forget, président-directeur général de la FCCQ.

Au regard de la production du cannabis, la FCCQ a fait valoir qu’il y avait là un enjeu économique de taille et plaidé, par conséquent, l’importance de veiller à ce qu’une diversité d’entrepreneurs dans plusieurs régions du Québec soit autorisée à produire du cannabis à des fins récréatives, plutôt que ne soit favorisée la création d’un monopole. Elle a par ailleurs dit souhaiter que les producteurs ne soient pas assujettis à une double réglementation, fédérale et provinciale, ni à un double régime d’inspection. Enfin, elle a recommandé que soient rapidement précisées les règles régissant l’achat de cannabis auprès des producteurs autorisés, soit aussitôt que la Société québécoise du cannabis aura été implantée.

« La légalisation de la marijuana ouvre une nouvelle activité économique et cette activité devrait être accessible à une diversité d’entrepreneurs dans diverses régions. La production de cannabis ne représente probablement pas un nouvel eldorado. Mais il y a là un indiscutable potentiel de création d’entreprises au Québec », a conclu Stéphane Forget.

Pour consulter le mémoire de la FCCQ, cliquer ici

À propos de Stéphane Forget, MBA
Président-directeur général

Stéphane Forget est entré en fonction en tant que président-directeur général de la FCCQ en octobre 2016. Il s’est joint à la FCCQ en 2014, au poste de vice-président, Stratégie et affaires économiques. Auparavant à la Société de transport de Montréal (STM), il a agi à titre de directeur exécutif, Relations externes et planification stratégique, ainsi qu’à titre de directeur, Coordination des dossiers stratégiques.

Dans le cadre de ses fonctions à la FCCQ, M. Forget est membre du Conseil d’administration et du comité exécutif de la Commission des partenaires du marché du travail (CPMT), membre du Conseil d’administration de la Commission des normes, de l’équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST), membre du Comité consultatif du travail et de la main d’œuvre (CCTM).

Précédemment, il a cumulé une vaste expérience des affaires gouvernementales et publiques, occupant diverses fonctions au sein de la Ville de Montréal, dans le monde associatif, à la Société Radio-Canada et au gouvernement du Québec. Il est détenteur d’une maîtrise en administration des affaires (MBA) de l’École des sciences de la gestion de l’Université du Québec à Montréal (ESG-UQAM) et d’un certificat en droit de l’Université de Montréal.

  1. Les mesures annoncées aujourd’hui par le gouvernement du Québec pour soutenir les entreprises qui subissent les conséquences de l’incertitude générées par les tensions commerciales entre le Canada et les États-Unis répondent aux besoins des entreprises, selon la Fédération des chambres de commerce du Québec (FCCQ). « La réduction de la cotisation au Fonds de santé et... En savoir plus
  2. La mise sur pied d’un sous-comité du Forum d’échanges sur les contrats des organismes publics dans le domaine de la construction, par le ministre délégué à l’Intégrité des marchés publics et aux Ressources informationnelles, Robert Poëti, était la décision à prendre mais il ne faut pas s’arrêter à cette étape, affirme la Fédération des chambres... En savoir plus
  3. La signature d’une déclaration commune par le premier ministre du Québec, Philippe Couillard, et le gouverneur du Vermont, Philip B. Scott, à Stowe, VT, démontre que la volonté de collaboration reste plus forte que le protectionnisme préconisé par l’administration fédérale américaine, et ce, des deux côtés de la frontière. Plus encore, cette déclaration, qui porte... En savoir plus
Ce type de contenu vous intéresse? Abonnez-vous au FCCQeXpress, le bulletin bi-mensuel de la FCCQ. On y retrouve toute l’actualité de la Fédération et de nos partenaires!