Publié dans Communiqués

Un emploi en sol québécois

Par Stéphane Forget, MBA
Président-directeur général

Une nouvelle initiative de la FCCQ pour la pérennité des emplois et l’intégration de la main d’œuvre en région.

La Fédération des chambres de commerce du Québec (FCCQ), en collaboration avec le ministère de l’Emploi et de la Solidarité sociale, lance aujourd’hui son initiative Un emploi en sol québécois, destiné à favoriser l’accès des personnes immigrantes au Québec à des emplois en région.

« Dans le cadre du Rendez-vous national sur la main-d’œuvre, qui s’est déroulé l’hiver dernier, plusieurs employeurs ont mentionné leur volonté d’embaucher des personnes immigrantes. Ils ont toutefois exprimé avoir besoin de soutien pour le faire et ont évoqué leur méconnaissance des programmes et services gouvernementaux disponibles. L’initiative mise en place avec la Fédération des chambres de commerce du Québec répond directement à ces préoccupations et favorisera l’intégration en emploi des personnes immigrantes, en plus de répondre au besoin de main-d’œuvre des entreprises », a déclaré François Blais, ministre de l’Emploi et de la Solidarité sociale.

La FCCQ signale que l’emploi est non seulement le principal vecteur d’intégration des personnes immigrantes à la société québécoise mais aussi un important facteur d’attractivité des régions.

« Nos entreprises de partout au Québec sont à la recherche de travailleurs pour combler des postes qui seront de plus en plus nombreux au cours des années à venir. Faire découvrir ces occasions à des nouveaux arrivants avec la collaboration de notre réseau de chambres de commerce et des organismes d’intégration des immigrants est une façon pour la FCCQ de continuer de faire croître notre économie », a pour sa part exprimé Stéphane Forget, président-directeur général de la FCCQ.

Le projet, qui rendra disponibles plus de 2 500 emplois parmi les 260 entreprises participantes, permettra également de créer de nombreux partenariats entre la FCCQ et les organismes voués à l’intégration des personnes immigrantes, assurant la pérennité des emplois et l’inclusion des individus au sein des communautés.

En trois temps

Destiné aux personnes ayant immigré au Québec depuis moins de 5 ans, le projet Un emploi en sol québécois se déploiera en trois volets. Dans un premier temps, les travailleurs immigrants de la grande région de Montréal étaient invités à rencontrer les chambres de commerce représentant les employeurs de cinq régions du Québec ainsi que certains organismes leur offrant des services spécialisés au cours d’une journée de recrutement gratuite qui se déroulait dans la métropole Ceux qui n’ont pu être présents lors de cette journée de recrutement peuvent toujours s’inscrire au projet en continu et déposer leur C.V. via le site  www.emploisolquebecois.ca

Toujours en novembre, les travailleurs immigrants sélectionnés seront invités à se rendre dans l’une des cinq régions de leur choix par autobus nolisé, où ils pourront tisser des liens avec les employeurs et découvrir un nouveau milieu de vie par le biais des différents services offerts à la famille.

Enfin, au cours des prochains mois, la FCCQ sera présente dans 15 régions, avec ses partenaires, pour présenter Les Ateliers RH Manuvie, une conférence d’une demi-journée qui proposera des outils concrets pour permettre aux entreprises de faire de leurs ressources humaines des partenaires de croissance. Dans ce contexte, la FCCQ présentera un exposé visant à épauler les employeurs dans l’intégration des personnes immigrantes en milieu de travail dans lequel elle fera valoir, par des exemples, la richesse des équipes pluriethniques.

Outre le ministère de l’Emploi et de la Solidarité sociale, les partenaires suivants contribuent à cette initiative : Manuvie, OCRHA, Boomrank, Desjardins, Syntell, Fonds de solidarité FTQ, CNESST, BNQ, ProfileSoft ainsi que les Chambres de commerce du Grand Joliette, de Val d’Or, du Cœur du Québec, de Sherbrooke et de Nouvelle-Beauce. La FCCQ les en remercie.

À propos de Stéphane Forget, MBA
Président-directeur général

Stéphane Forget est président-directeur général de la Fédération des chambres de commerce du Québec. À la FCCQ depuis 2014, il a d’abord occupé le poste de vice-président, Stratégie et affaires économiques. Auparavant à la Société de transport de Montréal (STM), il a agi à titre de directeur exécutif, Relations externes et planification stratégique ainsi qu’à titre de directeur, Coordination des dossiers stratégiques.

Précédemment, il a cumulé une vaste expérience des affaires gouvernementales et publiques, occupant diverses fonctions au sein de la Ville de Montréal, dans le monde associatif,  à la Société Radio-Canada et au gouvernement du Québec.

Il est détenteur d’une maîtrise en administration des affaires (MBA) de l’École des sciences de la gestion de l’Université du Québec à Montréal  (ESG-UQAM) et d’un certificat en droit de l’Université de Montréal.

Monsieur Forget est membre du Conseil et du comité exécutif de la Commission des partenaires du marché du travail (CPMT), membre du Conseil d’administration de la Commission des normes, de l’équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST) et membre du Comité consultatif du travail et de la main d’œuvre (CCTM).

  1. Il faut saluer la bonne nouvelle : dans son discours inaugural du 28 novembre, le premier ministre François Legault a explicitement fait de l’enjeu climatique une préoccupation de son gouvernement. Quant à la façon dont cette préoccupation s’incarnera dans des gestes concrets, on jugera l’arbre à ses fruits.  D’ici là, la chance doit être au coureur. ... En savoir plus
  2. En marge de la dernière journée des travaux de l’Assemblée nationale, les employeurs québécois amorcent les festivités de fin d’année avec de grandes préoccupations. Le CPQ (Conseil du patronat du Québec) et la FCCQ, dont l’ensemble des membres représente plus de deux emplois sur trois, et ce, dans toutes les régions du Québec, en appellent... En savoir plus
  3. En accord avec l’objectif de bien intégrer les immigrants, la FCCQ croit que le seuil proposé dans le Plan d’immigration du Québec, déposé aujourd’hui par le ministre de l’Immigration, de la Diversité et de l’Inclusion, Simon Jolin-Barrette, doit être temporaire. Pour éviter d’exacerber la pénurie de main-d’œuvre par la réduction du nombre d’immigrants accueillis chaque... En savoir plus
Ce type de contenu vous intéresse? Abonnez-vous au FCCQeXpress, le bulletin bi-mensuel de la FCCQ. On y retrouve toute l’actualité de la Fédération et de nos partenaires!