Publié dans Lettres ouvertes

Trop, c’est trop !

Depuis trop longtemps déjà, on assiste à une objection systématique des syndicats à toutes mesures de réduction des dépenses publiques, au nom de ce qu’ils appellent « la lutte à l’austérité », créant ainsi un atmosphère de tragédie grecque.

Il faut arrêter de s’opposer systématiquement à tout changement et enfin favoriser un climat propice à l’investissement et créateur de richesse pour l’ensemble de la société.  Pour cela, il est impératif que tous fasse leur part dans l’exercice incontournable d’équilibrage des finances publiques qu’a entrepris le gouvernement.  Ce n’est certes pas en brandissant clairons et trompettes que le Québec prendra d’autant le virage de la productivité, de la croissance et de la prospérité économique.

De plus, remettons les pendules à l’heure.  Il importe de préciser que le Québec n’est pas en période d’austérité puisque les dépenses du gouvernement, tout comme l’économie, continuent de croître.  Ce que le gouvernement propose de faire, c’est plutôt de redresser les finances publiques en contrôlant la croissance des dépenses.  Prendre part à un tel exercice, c’est assumer ses responsabilités face à notre avenir collectif. Et, cet effort concerne tout le monde.

Remettre de l’ordre dans les finances publiques est une condition essentielle pour que le Québec redevienne libre de ses choix.  Tant que nous demeurerons emprisonnés dans le carcan budgétaire, nous ne pourrons être en mesure de fixer nos priorités, que ce soit en matière de santé, d’éducation ou autres.

La dette du Québec, qui est à plus de 50 % du PIB, coûte 10 milliards $ annuellement à l’ensemble des Québécois. Maintenir le chaos budgétaire actuel, c’est cela qui risque de nous mener à un « grand dérangement ».  Il appartient à l’ensemble des acteurs sociaux de mettre l’épaule à la roue et de faire aujourd’hui les choix qui s’imposent.

Faire preuve de rigueur, ce n’est pas de l’austérité, c’est éviter de refiler aux jeunes le coût des services que nous utilisons aujourd’hui.

  • Françoise Bertrand, présidente-directrice générale de la Fédération des chambres de commerce du Québec (FCCQ)
  • Martine Hébert, vice-présidente principale et porte-parole nationale de la Fédération canadienne de l’entreprise indépendante (FCEI)
  • Éric Tétrault, président de Manufacturiers et exportateurs du Québec (MEQ)
  • Yves-Thomas Dorval, président-directeur général du Conseil du patronat du Québec (CPQ)
  1. Pour les PME et les centaines de milliers de travailleurs de l’industrie touristique québécoise, l’annonce d’investissements de 58,5 M$ d’aide financière pour la création ou l’amélioration des expériences touristiques est une bonne nouvelle, affirme la Fédération des chambres de commerce du Québec (FCCQ). « L’industrie touristique québécoise est bien diversifiée, attire de nombreuses catégories de... En savoir plus
  2. S’il y a une chose qui ne change pas, en politique, c’est la lourdeur qui entrave les discussions entre Québec et Ottawa sur le financement des infrastructures.  Peu importe les gouvernements au pouvoir, on assiste toujours au lancement de programmes de soutien aux infrastructures de plusieurs milliards de dollars, puis on négocie avec les provinces... En savoir plus
  3. L’octroi d’un contrat pour la construction de deux traversiers au chantier naval de Davie, à Lévis, permettra de sécuriser plus de 400 emplois spécialisés et de consolider l’expertise navale québécoise, ce que la Fédération des chambres de commerce du Québec (FCCQ) considère une bonne nouvelle pour toute la chaîne d’approvisionnement du chantier lévisien et pour... En savoir plus
Ce type de contenu vous intéresse? Abonnez-vous au FCCQeXpress, le bulletin bi-mensuel de la FCCQ. On y retrouve toute l’actualité de la Fédération et de nos partenaires!