Publié dans Lettres ouvertes

Transport interurbain : l’urgence de revoir le modèle d’affaires

Le transport interurbain des personnes et des colis par autobus est en situation de grande précarité. Les régions du Québec, dont la circulation interurbaine est assurée prioritairement par les autobus, risquent d’écoper directement d’une fermeture de ce service.

Ce transport prend appui sur des entreprises privées qui doivent générer un profit raisonnable. Mais le modèle d’affaires appliqué jusqu’ici n’est plus viable et il doit être revu rapidement, pour que cela n’entraîne pas une fermeture de l’ensemble du réseau, comme cela est arrivé dans les provinces maritimes. L’achalandage sur les principaux axes de transport, qui permettait de financer les opérations dans les corridors moins fréquentés, a baissé significativement au cours des dernières années à cause de la concurrence du covoiturage et du train, qui bénéficie en plus de soutien du gouvernement fédéral. Certains transporteurs peinent à  maintenir un service qui est rendu globalement déficitaire.

Il n’existe aucune alternative réaliste à l’implication d’une entreprise privée dans le transport interurbain au Québec. Il n’existe pas d’organisme public susceptible de prendre la relève, surtout dans le contexte budgétaire actuel. Le maintien d’un service de qualité passe inévitablement par une entreprise privée qui agit comme leader et qui cherche des complémentarités avec d’autres organisations de transport régional ou local. Ces entreprises leaders doivent bénéficier d’un environnement réglementaire concurrentiel et travailler dans des conditions qui les rendent performantes et leur assurent un profit raisonnable.

Les entreprises de transport  ont soumis au ministère et à la Commission des Transports leurs propositions pour revoir l’actuel modèle d’affaires de façon à préserver l’essentiel du système de transport interurbain au Québec.

À cet effet, la Fédération des chambres de commerce du Québec et les chambres de commerce de plusieurs régions ont incité le ministre des Transports du Québec à accélérer les négociations avec les entreprises de transport interurbain afin de s’entendre rapidement sur une offre adéquate de services dans les régions du Québec. Les interlocuteurs régionaux devraient aussi être informés de ces pourparlers afin qu’ils puissent, le cas échéant, offrir un service de transport  complémentaire dans des arrangements mutuellement avantageux.

La stabilité économique des régions dépend aussi d’un service de transport interurbain structuré et ponctuel des personnes et des colis : son arrêt serait grandement préjudiciable pour leur développement.

  1. La Fédération des chambres de commerce du Québec (FCCQ) déplore la décision de l’administration américaine d’imposer de nouvelles surtaxes de 10% sur l’aluminium canadien, alors que 90% de la production nationale provient du Québec. Cette annonce représente une menace pour notre économie, tout en nuisant aux intérêts de plusieurs entreprises au sud de la frontière.... En savoir plus
  2. Montréal, le 7 août 2020 —  La Fédération des chambres de commerce du Québec (FCCQ), l’Alliance de l’industrie touristique du Québec (AITQ), le Conseil du patronat du Québec (CPQ) et l’Union des municipalités du Québec (UMQ) ont proposé aujourd’hui au ministre des Transports du Québec, monsieur François Bonnardel, un nouveau modèle d’exploitation pour les dessertes... En savoir plus
  3. Le programme des Prix pour le bénévolat du Canada (PBC) reconnaît chaque année la contribution exceptionnelle de personnes, d’organisations à but non lucratif et d’entreprises qui ont posé des gestes remarquables pour changer les choses dans leur milieu. En période difficile comme celle que nous traversons, ces initiatives prennent une dimension d’autant plus salvatrice. Non... En savoir plus
Ce type de contenu vous intéresse? Abonnez-vous au FCCQeXpress, le bulletin bi-mensuel de la FCCQ. On y retrouve toute l’actualité de la Fédération et de nos partenaires!