Publié dans Communiqués

SURTAXES SUR L’ACIER ET L’ALUMINIUM: Les entreprises n’ont pas à subir le jeu des négociations commerciales

Par Stéphane Forget, MBA
Président-directeur général

La décision du gouvernement américain de mettre fin à l’exemption des droits d’importation de 25 % sur l’acier et 10 % sur l’aluminium confirme les craintes des manufacturiers et ajoute au climat d’incertitude, estime la Fédération des chambres de commerce du Québec (FCCQ).

« Ces surtaxes constituent une menace pour l’économie du Québec, du Canada et des États-Unis eux-mêmes », lance Stéphane Forget, président-directeur général de la FCCQ. « En plus de nuire à la compétitivité des entreprises d’ici, de nombreux produits achetés par les consommateurs américains subiront les conséquences de cette hausse des tarifs douaniers. »

La FCCQ rappelle que le Canada est un partenaire essentiel pour les États-Unis dans les secteurs de l’acier et de l’aluminium. Dans le cas de cette dernière industrie, pour le Québec seulement, les neuf alumineries produisent annuellement près de 3 millions de tonnes d’aluminium, soit 90 % de la production canadienne. Elles exportent environ 5 milliards $ d’aluminium sous forme brute chaque année en direction des États-Unis, soit environ 9 % des exportations totales au sud de la frontière.

Du sable dans les négociations sur l’ALENA ou une stratégie du gouvernement américain?

Alors que le Sommet du G7 s’ouvre dans quelques jours et que plusieurs observateurs espéraient un dénouement prochain des négociations sur l’ALENA, la FCCQ déplore ce qui semble être une stratégie de négociation de la part du gouvernement américain.

« En annonçant la fin des exemptions, le gouvernement américain vient nuire à des relations commerciales saines entre d’importants partenaires d’affaires, soit les entreprises québécoises et canadiennes ainsi que les entreprises américaines. Celles-ci n’ont pas à être des victimes collatérales d’un jeu de négociations », conclut Stéphane Forget.

À propos de Stéphane Forget, MBA
Président-directeur général

Stéphane Forget est président-directeur général de la Fédération des chambres de commerce du Québec. À la FCCQ depuis 2014, il a d’abord occupé le poste de vice-président, Stratégie et affaires économiques. Auparavant à la Société de transport de Montréal (STM), il a agi à titre de directeur exécutif, Relations externes et planification stratégique ainsi qu’à titre de directeur, Coordination des dossiers stratégiques.

Précédemment, il a cumulé une vaste expérience des affaires gouvernementales et publiques, occupant diverses fonctions au sein de la Ville de Montréal, dans le monde associatif,  à la Société Radio-Canada et au gouvernement du Québec.

Il est détenteur d’une maîtrise en administration des affaires (MBA) de l’École des sciences de la gestion de l’Université du Québec à Montréal  (ESG-UQAM) et d’un certificat en droit de l’Université de Montréal.

Monsieur Forget est membre du Conseil et du comité exécutif de la Commission des partenaires du marché du travail (CPMT), membre du Conseil d’administration de la Commission des normes, de l’équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST) et membre du Comité consultatif du travail et de la main d’œuvre (CCTM).

  1. Il faut saluer la bonne nouvelle : dans son discours inaugural du 28 novembre, le premier ministre François Legault a explicitement fait de l’enjeu climatique une préoccupation de son gouvernement. Quant à la façon dont cette préoccupation s’incarnera dans des gestes concrets, on jugera l’arbre à ses fruits.  D’ici là, la chance doit être au coureur. ... En savoir plus
  2. En marge de la dernière journée des travaux de l’Assemblée nationale, les employeurs québécois amorcent les festivités de fin d’année avec de grandes préoccupations. Le CPQ (Conseil du patronat du Québec) et la FCCQ, dont l’ensemble des membres représente plus de deux emplois sur trois, et ce, dans toutes les régions du Québec, en appellent... En savoir plus
  3. En accord avec l’objectif de bien intégrer les immigrants, la FCCQ croit que le seuil proposé dans le Plan d’immigration du Québec, déposé aujourd’hui par le ministre de l’Immigration, de la Diversité et de l’Inclusion, Simon Jolin-Barrette, doit être temporaire. Pour éviter d’exacerber la pénurie de main-d’œuvre par la réduction du nombre d’immigrants accueillis chaque... En savoir plus
Ce type de contenu vous intéresse? Abonnez-vous au FCCQeXpress, le bulletin bi-mensuel de la FCCQ. On y retrouve toute l’actualité de la Fédération et de nos partenaires!