Publié dans Nouvelles

Simon Jolin-Barrette souhaite faire de l’immigration un tremplin pour le développement économique

Par Les communications

Devant les invités à l’événement de la série RV Politiques, le ministre de l’Immigration, de la Diversité et de l’Inclusion, Simon Jolin-Barrette, a d’entrée de jeu rappelé que 59 % des personnes immigrantes du Québec sont surqualifiées pour les postes à combler au Québec et que c’est la raison pour laquelle il a déposé le projet de loi 9, adopté le 9 juin dernier.

La Loi visant à accroître la prospérité socio-économique du Québec et à répondre adéquatement aux besoins du marché du travail par une intégraiton réussie des personnes immigrantes a ainsi pour objectif de mieux arrimer les besoins en main-d’oeuvre des entreprises québécoises et d’accélérer l’arrivée de ces nouveaux travailleurs, en faisant passer le délai de traitement des demandes d’immigration de trois ans à six mois. Le système Arrima, mis en place par le précédent gouvernement, permettra dans un premier temps au ministère de consulter la déclaration d’intérêt des candidats à l’immigration pour sélectionner ceux dont les compétences sont en demande ici. Dans une seconde phase, les employeurs souhaitent pouvoir eux aussi sélectionner directement des candidats pour un poste chez eux, facilitant ainsi la régionalisation de l’immigration et l’intégration des nouveaux arrivants dans les différentes régions du Québec, à travers leur emploi.

Intéressés, les participants ont posé beaucoup de questions au ministre, qui a tenu à leur assurer que sa volonté est de ne pas alourdir la charge qui incombe déjà aux employeurs, tel que mentionné dans un amendement proposé par l’opposition officielle qu’il a accepté, lors de l’étude du projet de loi des dernières semaines.

Ce type de contenu vous intéresse? Abonnez-vous au FCCQeXpress, le bulletin bi-mensuel de la FCCQ. On y retrouve toute l’actualité de la Fédération et de nos partenaires!