Publié dans Lettres ouvertes

Se donner les outils pour mieux encadrer notre transition énergétique

Par Stéphane Forget, MBA, ASC
Président-directeur général

Pour certains groupes, les articles du projet de loi 106 qui édictent la Loi sur les hydrocarburesvont à l’encontre des objectifs que le Québec s’est fixés en matière de lutte aux changements climatiques et pour cette raison, ces articles devraient être retirés du projet de loi sur la mise en œuvre de la Politique énergétique 2030.

Il faut au contraire saluer cette nouvelle loi dont l’objectif est d’encadrer le développement et la mise en valeur des hydrocarbures sur le territoire québécois. À l’instar des autres ressources énergétiques disponibles ici, il est temps que le Québec se dote d’une loi moderne qui encadrera, on l’espère avec efficacité, les activités liées à l’exploration et l’éventuelle exploitation des ressources en hydrocarbures dont nous disposons.

La politique énergétique 2030 reconnaît que les revenus tirés de cette nouvelle filière pourraient avoir un impact positif sur les finances publiques. Deux évaluations environnementales stratégiques concluent que le Québec gagnerait à les exploiter. Si le Québec veut s’engager sur cette voie, il doit le faire avec rigueur. Le projet de Loi sur les hydrocarbures propose une marche à suivre, une approche nouvelle en matière d’énergies fossiles.

Plutôt que de voir des contradictions entre l’éventuelle exploitation du pétrole québécois et la volonté de réduire les émissions de gaz à effet de serre (GES), il faut examiner le portrait du Québec, qui consomme annuellement l’équivalent de 126 millions de barils de pétrole, dont l’approvisionnement provient à 100 % d’importations, et l’équivalent de 8,3 milliards de m3 de gaz naturel. Année après année, ce sont entre 11 et 15 milliards de dollars que nous dépensons directement sur les marchés étrangers pour satisfaire nos besoins en pétrole. On comprend alors que les revenus tirés d’une filière locale pourraient améliorer notre balance commerciale.

Mais au-delà de la logique économique, une logique environnementale nous invite à réfléchir au développement de nos ressources pétrolières. La production de ces ressources au Québec permettrait de réduire les distances de transport pour une partie de nos approvisionnements, ce qui nous permettrait de réduire nos émissions globales de GES. Le bilan carbone du Québec ne se limite pas à ce qui pourrait être produit ici, mais bien à l’ensemble des émissions provenant de notre consommation et de nos comportements.

En période de transition énergétique, il faut faire preuve de réalisme. S’il est essentiel de faire des efforts pour réduire nos émissions de GES, il n’est pas réaliste de penser que nous pourrons changer nos modes de consommation du jour au lendemain. Il faut réfléchir à la place qu’occupent les hydrocarbures dans notre vie de tous les jours et conserver une approche pragmatique.

La politique énergétique 2030 a pour objectif de privilégier une économie faible en carbone, tout en assurant la mise en valeur de nos ressources énergétiques. Les efforts des entreprises contribuent déjà à améliorer le bilan québécois en matière d’émissions de GES. Le gouvernement s’est engagé à réorganiser le processus d’évaluation des projets énergétiques pour le rendre plus efficace et plus cohérent. C’est là que réside le principal défi du projet de loi 106.

Nous croyons que le Québec doit miser sur l’exploitation judicieuse de ses ressources naturelles qui représentent, de façon indéniable, un de ses plus importants atouts. Il est illusoire de penser que la province puisse avoir une politique énergétique isolationniste, qui ne tient pas compte de ce qui se passe ailleurs.
La mise en œuvre de la politique énergétique doit se faire dans une perspective de compétitivité et de synergie avec les autres provinces canadiennes et d’intégration au marché nord-américain. Pour y parvenir, il est souhaitable que nous ayons une vision claire de la situation et que soient proposées des avenues pragmatiques et réalistes en ce qui a trait au développement économique durable des différentes filières énergétiques, qu’elles soient traditionnelles ou émergentes.

À propos de Stéphane Forget, MBA, ASC
Président-directeur général

Stéphane Forget est président-directeur général de la Fédération des chambres de commerce du Québec. À la FCCQ depuis 2014, il a d’abord occupé le poste de vice-président, Stratégie et affaires économiques. Auparavant à la Société de transport de Montréal (STM), il a agi à titre de directeur exécutif, Relations externes et planification stratégique ainsi qu’à titre de directeur, Coordination des dossiers stratégiques.

Précédemment, il a cumulé une vaste expérience des affaires gouvernementales et publiques, occupant diverses fonctions au sein de la Ville de Montréal, dans le monde associatif,  à la Société Radio-Canada et au gouvernement du Québec.

Il est détenteur d’une maîtrise en administration des affaires (MBA) de l’École des sciences de la gestion de l’Université du Québec à Montréal  (ESG-UQAM) et d’un certificat en droit de l’Université de Montréal. Au printemps 2019, il a obtenu la désignation d’administrateur de sociétés certifié (ASC).

Monsieur Forget est membre du Conseil et du comité exécutif de la Commission des partenaires du marché du travail (CPMT), membre du Conseil d’administration de la Commission des normes, de l’équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST) et membre du Comité consultatif du travail et de la main d’œuvre (CCTM).

  1. La Fédération des chambres de commerce du Québec (FCCQ) déplore la décision de l’administration américaine d’imposer de nouvelles surtaxes de 10% sur l’aluminium canadien, alors que 90% de la production nationale provient du Québec. Cette annonce représente une menace pour notre économie, tout en nuisant aux intérêts de plusieurs entreprises au sud de la frontière.... En savoir plus
  2. Montréal, le 7 août 2020 —  La Fédération des chambres de commerce du Québec (FCCQ), l’Alliance de l’industrie touristique du Québec (AITQ), le Conseil du patronat du Québec (CPQ) et l’Union des municipalités du Québec (UMQ) ont proposé aujourd’hui au ministre des Transports du Québec, monsieur François Bonnardel, un nouveau modèle d’exploitation pour les dessertes... En savoir plus
  3. Le programme des Prix pour le bénévolat du Canada (PBC) reconnaît chaque année la contribution exceptionnelle de personnes, d’organisations à but non lucratif et d’entreprises qui ont posé des gestes remarquables pour changer les choses dans leur milieu. En période difficile comme celle que nous traversons, ces initiatives prennent une dimension d’autant plus salvatrice. Non... En savoir plus
Ce type de contenu vous intéresse? Abonnez-vous au FCCQeXpress, le bulletin bi-mensuel de la FCCQ. On y retrouve toute l’actualité de la Fédération et de nos partenaires!