Publié dans Communiqués

Reprise des activités dans plusieurs secteurs – Une reprise économique aux multiples défis

Par Charles Milliard
Président-directeur général

Alors que des centaines de milliers de personnes retournent au travail, la Fédération des chambres de commerce du Québec (FCCQ) souligne les nombreux défis auxquels font face les entreprises du Québec. En accord avec le plan de reprise graduelle des activités économiques présenté par le gouvernement du Québec, les chantiers de construction et le secteur manufacturier reprenaient leurs activités ce lundi.

Après le secteur résidentiel qui avait déjà repris depuis le 20 avril, tous les chantiers de construction pouvaient redémarrer à compter d’aujourd’hui. C’était également le cas pour les entreprises manufacturières, à qui sont toutefois imposées certaines limites quant au nombre d’employés. Pour l’instant, celles-ci ne peuvent en effet accueillir qu’un maximum de 50 employés et 50 % seulement de la main-d’œuvre excédant ce chiffre.

« C’est un pas de plus vers une reprise normale de l’activité économique, mais nous devons procéder avec prudence et nous insistons sur l’importance pour les employés et employeurs de respecter les nouvelles règles en place afin d’assurer une reprise réussie et durable. Les défis d’adaptation sont énormes pour nos entreprises et il est plus que jamais nécessaire que les gouvernements prévoient la mise en place de soutiens financiers pour que les entreprises puissent respecter les normes sanitaires qui seront désormais en vigueur et l’augmentation des coûts associée à ces mesures », a déclaré Charles Milliard, président-directeur général de la FCCQ.

La PCU et la PCUE complique le recrutement et la rétention de la main-d’œuvre
Alors qu’on prépare la réouverture des entreprises, de plus en plus d’employeurs font part des difficultés qu’ils rencontrent pour inciter leurs employés qui touchent la Prestation canadienne d’urgence (PCU) à retourner au travail. La PCU et son pendant pour les étudiants (PCUE) devront être adaptés afin de favoriser le retour en emploi des prestataires de ces mesures d’aides. Pour de nombreux travailleurs, ces mesures favorisent un retour au travail uniquement à temps partiel. La limite discriminante du 1000$ de revenu par mois amène un calcul financier qui nuit à la réponse aux besoins des entreprises déconfinées.

Alors que le gouvernement doit annoncer prochainement si la PCU sera prolongée après la mi-juin, l’occasion est parfaite d’inclure de nouveaux critères visant à encourager l’activité en rendant les gains de travail plus intéressant.

« La PCU et la PCUE ont été mises en place pour répondre à un besoin urgent dans un contexte de crise. Maintenant que nous nous dirigeons vers une relance, il faudra s’assurer que les mesures de soutien ne viennent pas nuire aux efforts de reprises économiques. Un grand nombre d’employés à taux horaire n’ont simplement aucun avantage à reprendre le travail à temps plein en ce moment. Les programmes de soutien ont été élaborés pour aider les employés mis à pied, pas pour devenir un frein au travail. Cette situation contreproductive doit être corrigée au plus vite », a ajouté Charles Milliard.

Une aide pour les moyennes et grandes entreprises saluée
La FCCQ salue par ailleurs l’annonce par le gouvernement fédéral du crédit d’urgence pour les grands employeurs (CUGE). Ce programme de prêts et garanties de prêts pour les moyennes et grandes entreprises offrira un financement de 60 M $ ou plus aux entreprises ayant un revenu de plus de 300 M$, via la BDC. Le Programme de crédit aux entreprises (PCE) aux entreprises de taille moyenne qui ont des besoins plus importants en financement est également élargi. Parmi les mesures de soutien offertes aux moyennes entreprises, on note des prêts allant jusqu’à 60 M$ par entreprise et des garanties d’au plus 80 M$.

« Ces mesures aideront les moyennes et grandes entreprises qui ont des besoins de liquidités importants elles aussi. Comme nous l’avons déjà souligné, il faudra toutefois s’assurer de limiter autant que possible l’endettement des entreprises après la crise afin de faciliter leur relance », a conclu M. Milliard.

À propos de Charles Milliard
Président-directeur général

Charles Milliard est président-directeur général de la Fédération des chambres de commerce du Québec depuis janvier 2020. Gestionnaire chevronné, il a une longue expérience en affaires publiques, plus particulièrement dans le secteur pharmaceutique, de la santé et des sciences de la vie. Il a œuvré au sein du Groupe Uniprix durant 14 ans, occupant plusieurs responsabilités dans l’ensemble des fonctions de l’organisation. De 2013 à 2016, il y a occupé le rôle de vice-président exécutif du Groupe, ayant sous sa supervision la moitié des employés du siège social. Avant de se joindre à la FCCQ, il était vice-président, Santé, au sein du cabinet de relations publiques NATIONAL. Au fil des années, Charles Milliard a acquis une solide expérience en gestion d’enjeux stratégiques et financiers, en développement de stratégies politiques et gouvernementales, et a su développer d’importantes habiletés de leadership et de représentation publique des organisations.

Titulaire d’un baccalauréat en pharmacie et d’un certificat en économique de l’Université Laval, ainsi que d’un MBA de HEC Montréal, Charles Milliard est membre de l’Ordre des Pharmaciens du Québec. Chroniqueur santé à diverses émissions télé au cours des dernières années (Radio-Canada, TVA et V), il s’implique en outre à titre personnel au sein de plusieurs organismes culturels, notamment à titre de président du conseil d’administration du Festival TransAmériques et d’administrateur à l’Orchestre symphonique de Montréal, au Conseil des Arts de Montréal et à la Fondation Armand-Frappier.

  1. La Fédération des chambres de commerce du Québec (FCCQ) est satisfaite de constater que plusieurs des priorités qu’elle avait identifiées s’y retrouvent. Les attentes de la communauté d’affaires québécoises sont maintenant élevées pour concrétiser les orientations présentées dans le discours du trône. Le contexte de la pandémie justifie des dépenses extraordinaires. L’intervention des gouvernements est... En savoir plus
  2. La Fédération des chambres de commerce du Québec (FCCQ) accueille favorablement le projet de loi n°66 déposé aujourd’hui par la ministre Sonia LeBel. La FCCQ proposera des bonifications au cours des prochains jours, afin que le gouvernement du Québec puisse prendre les décisions nécessaires pour que le Québec retrouve son élan pré-COVID. « Il s’agit d’une... En savoir plus
  3. La Fédération des chambres de commerce du Québec souscrit aux concepts ayant mené au dépôt du projet de loi 64 visant à renforcer la protection des données personnelles des citoyens et citoyennes du Québec. Ce projet de loi répond à la nécessité de responsabiliser les détenteurs de renseignements, dont les entreprises, les organismes publics et... En savoir plus
Ce type de contenu vous intéresse? Abonnez-vous au FCCQeXpress, le bulletin bi-mensuel de la FCCQ. On y retrouve toute l’actualité de la Fédération et de nos partenaires!