Publié dans Communiqués

Rencontre annuelle des représentants patronaux avec le premier ministre Philippe Couillard : une occasion de faire le point sur les priorités économiques du Québec

Par Stéphane Forget, MBA
Président-directeur général

Lors de la rencontre annuelle des associations patronales avec le premier ministre et à la veille des élections générales, les représentants du Conseil du patronat du Québec (CPQ), de la Fédération des chambres de commerce du Québec (FCCQ), de la Fédération canadienne de l’entreprise indépendante (FCEI), de Manufacturiers et Exportateurs du Québec (MEQ) et du Regroupement des jeunes chambres de commerce du Québec (RJCCQ) ont rappelé au premier ministre du Québec, monsieur Philippe Couillard, que les entreprises québécoises ont besoin d’un contexte d’affaires qui permet la croissance économique dans toutes les régions.

En compagnie de la vice-première ministre et ministre de l’Économie, de la Science et de l’Innovation, madame Dominique Anglade, et du ministre délégué aux Petites et Moyennes Entreprises, à l’Allègement réglementaire et au Développement économique régional, monsieur Stéphane Billette, ces derniers ont eu l’occasion d’échanger sur les enjeux de l’heure pour les employeurs et les entreprises.

Parmi les questions soulevées, les représentants des associations patronales ont mis l’accent sur le niveau d’incertitude qui plane sur l’économie québécoise dans le contexte de relations commerciales tendues avec les États-Unis. Ils ont également attiré l’attention du premier ministre sur le piège de tenir pour acquise la croissance économique, et sur les défis posés au marché du travail, lequel commence notamment à ressentir les effets marqués du vieillissement démographique.

Même si plusieurs signaux demeurent au vert et témoignent d’une certaine résilience de l’économie québécoise, il demeure que la situation actuelle et future du Québec, ainsi que de son climat d’affaires, demandent d’agir avec prudence et doigté, en prenant des engagements forts en faveur des entreprises et des employeurs, de qui dépend la capacité du Québec à prospérer.

Plus que jamais, les employeurs doivent composer avec les défis qu’impose la situation démographique du Québec, qui exacerbe des situations de pénurie de main-d’œuvre dans certains secteurs et dans plusieurs régions du Québec. Les entreprises vivent des transformations sans précédent, stimulées par le virage numérique et la transition énergétique dans lesquels s’est engagé le Québec. Enfin, les entrepreneurs et les entreprises de toute taille, région ou industrie doivent faire preuve d’une ingéniosité et d’une agilité décuplées par une concurrence mondiale accrue, dans un cadre fiscal, législatif et réglementaire souvent beaucoup plus lourd que dans les juridictions voisines.

Parmi les sujets abordés, mentionnons notamment :

  • Les défis liés aux besoins de main-d’œuvre dans toutes les régions du Québec et dans tous les secteurs, de même que les contraintes et les risques élevés liés aux réformes en cours dans la réglementation du travail. À cet égard, les représentants des employeurs ont réitéré avec insistance que certains éléments du projet de loi modifiant les normes du travail, notamment ceux qui touchent aux régimes de retraite ainsi qu’aux salaires des employés provenant des agences de placement, seront très néfastes pour l’économie québécoise et le climat de travail au Québec ;
  • L’importance de tout mettre en œuvre pour relever la productivité, l’intensité technologique et l’internationalisation des entreprises, de même que l’opportunité qui s’offre actuellement au Québec de combler son retard de compétitivité historique aux plans fiscal, réglementaire et de soutien général à l’entrepreneuriat ;
  • Les défis d’accompagnement pour les entreprises découlant de la transition énergétique vers une économie sobre en carbone, de même que les modifications en cours de la réglementation environnementale en général.

Les représentants patronaux ont réitéré l’importance de miser sur des conditions favorables à l’essor de notre économie et de reconnaître objectivement les contraintes avec lesquelles les entreprises québécoises composent. Ils sont également revenus sur les nombreuses politiques et stratégies économiques adoptées au cours des derniers mois.

Prochainement, les représentants patronaux du Québec interpelleront les chefs des différents partis à l’effet de mettre en place des conditions favorables à l’essor des entreprises et de l’économie québécoise.

Étaient présents à la rencontre :

  • Yves-Thomas Dorval, président-directeur général du CPQ
  • Stéphane Forget, président-directeur général de la FCCQ
  • Mme Véronique Proulx, présidente-directrice générale de MEQ
  • Simon Gaudreault, directeur des affaires économiques de la FCEI
  • Monsef Derraji, président-directeur général du RJCCQ
À propos de Stéphane Forget, MBA
Président-directeur général

Stéphane Forget est entré en fonction en tant que président-directeur général de la FCCQ en octobre 2016. Il s’est joint à la FCCQ en 2014, au poste de vice-président, Stratégie et affaires économiques. Auparavant à la Société de transport de Montréal (STM), il a agi à titre de directeur exécutif, Relations externes et planification stratégique, ainsi qu’à titre de directeur, Coordination des dossiers stratégiques.

Dans le cadre de ses fonctions à la FCCQ, M. Forget est membre du Conseil d’administration et du comité exécutif de la Commission des partenaires du marché du travail (CPMT), membre du Conseil d’administration de la Commission des normes, de l’équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST), membre du Comité consultatif du travail et de la main d’œuvre (CCTM).

Précédemment, il a cumulé une vaste expérience des affaires gouvernementales et publiques, occupant diverses fonctions au sein de la Ville de Montréal, dans le monde associatif, à la Société Radio-Canada et au gouvernement du Québec. Il est détenteur d’une maîtrise en administration des affaires (MBA) de l’École des sciences de la gestion de l’Université du Québec à Montréal (ESG-UQAM) et d’un certificat en droit de l’Université de Montréal.

  1. Les mesures annoncées aujourd’hui par le gouvernement du Québec pour soutenir les entreprises qui subissent les conséquences de l’incertitude générées par les tensions commerciales entre le Canada et les États-Unis répondent aux besoins des entreprises, selon la Fédération des chambres de commerce du Québec (FCCQ). « La réduction de la cotisation au Fonds de santé et... En savoir plus
  2. La mise sur pied d’un sous-comité du Forum d’échanges sur les contrats des organismes publics dans le domaine de la construction, par le ministre délégué à l’Intégrité des marchés publics et aux Ressources informationnelles, Robert Poëti, était la décision à prendre mais il ne faut pas s’arrêter à cette étape, affirme la Fédération des chambres... En savoir plus
  3. La signature d’une déclaration commune par le premier ministre du Québec, Philippe Couillard, et le gouverneur du Vermont, Philip B. Scott, à Stowe, VT, démontre que la volonté de collaboration reste plus forte que le protectionnisme préconisé par l’administration fédérale américaine, et ce, des deux côtés de la frontière. Plus encore, cette déclaration, qui porte... En savoir plus
Ce type de contenu vous intéresse? Abonnez-vous au FCCQeXpress, le bulletin bi-mensuel de la FCCQ. On y retrouve toute l’actualité de la Fédération et de nos partenaires!