Publié dans Lettres ouvertes

Protéger l’environnement sans compromettre le développement économique

Par Stéphane Forget, MBA, ASC
Président-directeur général

L’émission par le gouvernement fédéral d’un décret d’urgence afin de protéger la rainette faux-grillon, une espèce considérée vulnérable selon les critères du gouvernement du Québec, aura des conséquences importantes.

Dans l’immédiat, il affectera la poursuite d’un important projet immobilier actuellement en cours de réalisation sur le territoire de la ville de La Prairie. Ce projet de développement domiciliaire de 1 200 unités d’habitation est évalué à 300 millions de dollars. À moyen terme, les municipalités de Candiac, Contrecoeur, Saint-Philippe et d’autres municipalités en Montérégie pourraient également être affectées par l’application du décret.

Au-delà du cas spécifique de La Prairie, cette décision fédérale illustre des problèmes auxquels sont confrontés les investisseurs de bonne foi. Voilà un promoteur qui a élaboré un projet ambitieux, qui a réalisé des études d’impact, et qui a demandé et obtenu les autorisations en vertu de la Loi sur la qualité de l’environnement.

Puis, le tapis lui glisse sous les pieds. Le gouvernement fédéral, qui affirme pourtant vouloir faire de la protection de l’environnement un instrument de développement économique, vient contrecarrer le développement du projet qui a pourtant démarré avec toutes les autorisations environnementales requises. Cette situation illustre une fois de plus, l’enjeu pour les développeurs de se retrouver devant un processus qui n’est pas clair, est non prévisible et qui nécessite une meilleure coordination du fédéral avec le Québec.

La FCCQ ne sous-estime pas l’importance de protéger cette rainette. Il faut tout de même souligner qu’elle est présente ailleurs en Amérique. Selon le ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs, « la rainette faux-grillon de l’Ouest est largement répartie aux États-Unis, mais au Canada elle n’est présente que dans l’extrême sud du Québec de l’Ontario ».
Les gouvernements doivent prendre les meilleures dispositions afin de protéger les milieux humides, à plus forte raison lorsqu’il s’agit d’espèces menacées ou vulnérables. Nous considérons cependant que les décisions doivent être basées sur des faits et des données probantes. Dans le cadre d’un exercice rationnel, rien ne justifie d’agir par décret, comme c’est le cas dans ce projet.

Le Québec est confronté à une faible croissance économique depuis quelques années, ce qui a des graves répercussions sur le rythme de création d’emplois de qualité et la capacité du gouvernement d’améliorer les services publiques. On ne fera aucun progrès à ce chapitre avec un esprit de moratoire, d’interdiction et des décisions gouvernementales totalement imprévisibles pour les investisseurs.

À propos de Stéphane Forget, MBA, ASC
Président-directeur général

Stéphane Forget est président-directeur général de la Fédération des chambres de commerce du Québec. À la FCCQ depuis 2014, il a d’abord occupé le poste de vice-président, Stratégie et affaires économiques. Auparavant à la Société de transport de Montréal (STM), il a agi à titre de directeur exécutif, Relations externes et planification stratégique ainsi qu’à titre de directeur, Coordination des dossiers stratégiques.

Précédemment, il a cumulé une vaste expérience des affaires gouvernementales et publiques, occupant diverses fonctions au sein de la Ville de Montréal, dans le monde associatif,  à la Société Radio-Canada et au gouvernement du Québec.

Il est détenteur d’une maîtrise en administration des affaires (MBA) de l’École des sciences de la gestion de l’Université du Québec à Montréal  (ESG-UQAM) et d’un certificat en droit de l’Université de Montréal. Au printemps 2019, il a obtenu la désignation d’administrateur de sociétés certifié (ASC).

Monsieur Forget est membre du Conseil et du comité exécutif de la Commission des partenaires du marché du travail (CPMT), membre du Conseil d’administration de la Commission des normes, de l’équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST) et membre du Comité consultatif du travail et de la main d’œuvre (CCTM).

  1. La Fédération des chambres de commerce du Québec (FCCQ) déplore la décision de l’administration américaine d’imposer de nouvelles surtaxes de 10% sur l’aluminium canadien, alors que 90% de la production nationale provient du Québec. Cette annonce représente une menace pour notre économie, tout en nuisant aux intérêts de plusieurs entreprises au sud de la frontière.... En savoir plus
  2. Montréal, le 7 août 2020 —  La Fédération des chambres de commerce du Québec (FCCQ), l’Alliance de l’industrie touristique du Québec (AITQ), le Conseil du patronat du Québec (CPQ) et l’Union des municipalités du Québec (UMQ) ont proposé aujourd’hui au ministre des Transports du Québec, monsieur François Bonnardel, un nouveau modèle d’exploitation pour les dessertes... En savoir plus
  3. Le programme des Prix pour le bénévolat du Canada (PBC) reconnaît chaque année la contribution exceptionnelle de personnes, d’organisations à but non lucratif et d’entreprises qui ont posé des gestes remarquables pour changer les choses dans leur milieu. En période difficile comme celle que nous traversons, ces initiatives prennent une dimension d’autant plus salvatrice. Non... En savoir plus
Ce type de contenu vous intéresse? Abonnez-vous au FCCQeXpress, le bulletin bi-mensuel de la FCCQ. On y retrouve toute l’actualité de la Fédération et de nos partenaires!