Publié dans Communiqués

Projet de loi no 40 sur la réforme de l’organisation scolaire : profitons de la réforme pour parfaire l’adéquation formation-emploi

Par Stéphane Forget, MBA, ASC
Président-directeur général

Proposant une vision plus économique de l’offre en formation professionnelle et technique, la Fédération des chambres de commerce du Québec (FCCQ) croit que le projet de loi no 40, Loi modifiant principalement la Loi sur l’instruction publique relativement à l’organisation et à la gouvernance scolaires, devrait donner une place aux instances économiques des différentes régions du Québec, afin de favoriser une meilleure adéquation entre la formation professionnelle dispensée par les établissements d’enseignement secondaire avec les besoins en main-d’œuvre d’une région donnée.

« La réforme de la gouvernance scolaire est une opportunité de s’assurer d’avoir une portée économique stratégique, particulièrement en ce qui a trait à l’offre de formation professionnelle initiale des jeunes. Celle-ci constitue l’assise de l’offre de formation à la main-d’œuvre et un pilier du développement économique régional, surtout dans un contexte de rareté de main-d’œuvre. », souligne Stéphane Forget, président-directeur général de la FCCQ.

La formation comme piste de solution à la pénurie de main-d’œuvre

Alors que le gouvernement a choisi de modifier la gouvernance scolaire, la FCCQ recommande de donner aux entreprises la place qui leur revient dans la planification de la formation professionnelle et même l’élargir à la formation technique, dans le contexte où l’attraction des élèves en formation professionnelle et technique est parfois aussi difficile que le recrutement pour les employeurs, notamment en région. Cette situation pourrait mettre en péril des programmes et rendra les choix à faire stratégiques mais, en même temps, vraisemblablement plus difficiles.

La FCCQ considère que les entreprises doivent participer au développement d’une vision régionale de la formation professionnelle et technique, en faisant valoir les dimensions économiques des enjeux et des choix à faire. Elle plaide aussi en faveur d’une place accrue pour les partenaires du marché du travail en région, afin que l’offre de formation professionnelle et technique s’adapte aux besoins des différents territoires.

« Nous croyons que la réforme annoncée par le gouvernement doit permettre de renforcer les liens entre la formation et les compétences recherchées par les employeurs », insiste Stéphane Forget.

Pour la FCCQ, c’est aussi le bon moment pour fournir au milieu de l’éducation l’agilité nécessaire pour face aux transformations de la société québécoise, notamment en raccourcissant le temps pour réviser les programmes et en harmonisant l’offre de formation professionnelle et technique à l’échelle régionale. « Il est nécessaire d’investir massivement dans les modes d’apprentissage en milieu de travail, dans le cadre des programmes de formation professionnelle et technique, et de faire une plus grande place aux technologies de l’information », conclut Stéphane Forget.

À propos de Stéphane Forget, MBA, ASC
Président-directeur général

Stéphane Forget est président-directeur général de la Fédération des chambres de commerce du Québec. À la FCCQ depuis 2014, il a d’abord occupé le poste de vice-président, Stratégie et affaires économiques. Auparavant à la Société de transport de Montréal (STM), il a agi à titre de directeur exécutif, Relations externes et planification stratégique ainsi qu’à titre de directeur, Coordination des dossiers stratégiques.

Précédemment, il a cumulé une vaste expérience des affaires gouvernementales et publiques, occupant diverses fonctions au sein de la Ville de Montréal, dans le monde associatif,  à la Société Radio-Canada et au gouvernement du Québec.

Il est détenteur d’une maîtrise en administration des affaires (MBA) de l’École des sciences de la gestion de l’Université du Québec à Montréal  (ESG-UQAM) et d’un certificat en droit de l’Université de Montréal. Au printemps 2019, il a obtenu la désignation d’administrateur de sociétés certifié (ASC).

Monsieur Forget est membre du Conseil et du comité exécutif de la Commission des partenaires du marché du travail (CPMT), membre du Conseil d’administration de la Commission des normes, de l’équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST) et membre du Comité consultatif du travail et de la main d’œuvre (CCTM).

  1. Le lancement aujourd’hui du premier appel de projets Régions branchées représente une première action de l’actuel gouvernement du Québec, pour assurer l’accès au service d’Internet haut débit aux régions du Québec qui ne sont toujours pas ou partiellement desservies, reconnait la Fédération des chambres de commerce du Québec. Cette première enveloppe de 100 M$ sur... En savoir plus
  2. C’est en présence d’acteurs importants de la Métropole et de la région de Montréal que la tournée de consultation des régions pour l’élaboration du Plan d’électrification et de changements climatiques (PECC) s’est conclue ce mardi. Les coprésidents de la tournée, le ministre de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques et député de Deux-Montagnes,... En savoir plus
Ce type de contenu vous intéresse? Abonnez-vous au FCCQeXpress, le bulletin bi-mensuel de la FCCQ. On y retrouve toute l’actualité de la Fédération et de nos partenaires!