Publié dans Lettres ouvertes

Pour un régime de santé et sécurité du travail juste, équitable et inclusif

Par Charles Milliard
Président-directeur général

Le régime québécois d’indemnisation des lésions professionnelles est l’un des plus généreux dans le monde. Il faut en être fier, car nous devons soutenir adéquatement les victimes d’accidents dans nos milieux de travail.

En déposant le projet de loi 59, le ministre Jean Boulet répond à une demande conjointe des représentants d’employeurs et des représentants syndicaux québécois de dépoussiérer la façon dont nous gérons la santé et sécurité du travail.

Le projet de loi comporte toutefois des écueils majeurs susceptibles de venir miner l’équité du système.

Notre régime est ainsi conçu que plus un milieu de travail est risqué, plus les primes d’assurances payées par l’employeur sont élevées.

L’employeur est donc responsable des coûts associés aux situations qu’il aurait pu prévenir. On récompense donc les bons élèves en réduisant leur facture et à l’inverse, on pénalise les plus négligents en augmentant leurs cotisations au régime de la CNESST. Un juste système ancré sur le principe du « pollueur-payeur ».

Le système permet d’indemniser une victime d’une lésion professionnelle sans tenir compte de son bagage personnel, telle une blessure passée, qui pourrait l’avoir rendu plus vulnérable.

Partage des coûts

La CNESST étant entièrement financée à partir de cotisations des employeurs, ce sont eux qui doivent financer seuls cette indemnisation.

Pour corriger cette situation qui leur faisait supporter des coûts additionnels qui ne découlaient pas de la responsabilité des milieux de travail, les employeurs ont proposé et obtenu par le passé de mutualiser les coûts pour ce type d’évènements. La facture n’est ainsi pas assumée par un seul employeur, mais par l’ensemble des entreprises cotisantes à la CNESST, à même le fonds général.

D’autres juridictions sont allées plus loin pour corriger cette situation inéquitable, notamment l’Ontario, où l’employeur et le régime d’indemnisation des accidents ne couvrent que les conséquences attribuables aux conditions du milieu de travail.

Si, par exemple, une personne souffrant d’ostéoporose se blesse en faisant une chute, on ne peut pas imputer à l’employeur le coût supplémentaire découlant de la condition médicale particulière de l’employé. Le régime indemnise alors pour la période normale, souvent même un peu plus, que prendrait une personne en bonne santé pour se rétablir.

L’employabilité des personnes vulnérables en danger

Derrière les bonnes intentions évidentes du ministre du Travail visant à alléger la gestion du régime, certaines dispositions du projet de loi limiteront malheureusement la possibilité pour les employeurs d’obtenir un partage de coûts.

En restreignant la mutualisation des coûts pour ces situations hors du contrôle de l’employeur, le projet de loi 59 risque de nuire à l’embauche de personnes pouvant être plus susceptibles de subir un accident.

Sans ce partage des coûts, qui prendra la chance d’embaucher un travailleur ayant encore des séquelles d’un accident ou ayant une maladie pouvant laisser présager une convalescence plus longue si un évènement malheureux survenait? C’est pourtant pour favoriser l’employabilité de ces personnes que le gouvernement avait mis en place ces règles dans notre régime.

Il y a un risque réel que cette situation dégrade l’employabilité des personnes les plus vulnérables. Cette réalité a d’ailleurs été décriée non seulement par les associations patronales, mais également par les organismes voués à la défense des droits des personnes handicapées.

À défaut de corriger durablement les iniquités du système touchant les entrepreneurs, le ministre Boulet devrait à tout le moins faire marche arrière pour revenir au statu quo qui prévalait et qui permettait à notre régime de jouer son rôle d’assurance en mutualisant les risques associés à ces conditions personnelles.

À propos de Charles Milliard
Président-directeur général

Charles Milliard est président-directeur général de la Fédération des chambres de commerce du Québec depuis janvier 2020. Gestionnaire chevronné, il possède une longue expérience en affaires publiques, plus particulièrement dans le secteur pharmaceutique, de la santé et des sciences de la vie. Il a œuvré au sein du Groupe Uniprix durant 14 ans, occupant plusieurs responsabilités dans l’ensemble des fonctions de l’organisation. De 2013 à 2016, il y a occupé le rôle de vice-président exécutif du Groupe, ayant sous sa supervision la moitié des employés du siège social. Avant de se joindre à la FCCQ, il était vice-président, Santé, au sein du cabinet de relations publiques NATIONAL.

Au fil des années, Charles Milliard a acquis une solide expérience en gestion d’enjeux stratégiques et financiers, en développement de stratégies politiques et gouvernementales, et a su développer d’importantes habiletés de leadership et de représentation publique des organisations.

Titulaire d’un baccalauréat en pharmacie et d’un certificat en économique de l’Université Laval, ainsi que d’un MBA de HEC Montréal, Charles Milliard est membre de l’Ordre des Pharmaciens du Québec. Chroniqueur santé à diverses émissions télé au cours des dernières années (Radio-Canada, TVA et V), il s’implique en outre à titre personnel au sein de plusieurs organismes culturels, notamment à titre de président du conseil d’administration du Festival TransAmériques et d’administrateur à l’Orchestre symphonique de Montréal, au Conseil des Arts de Montréal et au Festival de Lanaudière.

  1. Montréal, le 25 novembre 2021 – En réaction à la mise à jour économique présentée aujourd’hui par le ministre des Finances, Éric Girard, la Fédération des chambres de commerce du Québec (FCCQ) affirme que le Québec a les moyens de rattraper plus rapidement l’écart de richesse avec l’Ontario si des mesures plus fortes étaient mises... En savoir plus
  2. Montréal, le 24 novembre 2021 – À 24 heures de la présentation de la mise à jour économique par le ministre des Finances Éric Girard, la FCCQ rappelle les attentes du milieu économique envers le gouvernement du Québec afin de pallier aux défis de la rareté de main-d’œuvre. Véritable frein à la relance économique de nos entreprises,... En savoir plus
  3. Mardi 16 novembre dernier s’est tenu l’événement annuel de la Fédération des chambres de commerce du Québec en format hybride. Que ce soit dans le magnifique cadre du Manège Militaire Voltigeurs de Québec ou aux quatre coins du Québec en mode virtuel, cette journée fut l’occasion pour la communauté d’affaires de se retrouver et d’écouter... En savoir plus
Ce type de contenu vous intéresse? Abonnez-vous au FCCQeXpress, le bulletin bi-mensuel de la FCCQ. On y retrouve toute l’actualité de la Fédération et de nos partenaires!