Publié dans Communiqués

Portrait de la situation économique et financière du Québec – Des engagements à maintenir et d’autres mesures attendues pour retrouver notre élan économique selon la FCCQ

Par Charles Milliard
Président-directeur général

La Fédération des chambres de commerce du Québec (FCCQ) prend acte du nouveau portrait économique des finances publiques québécoises et constate l’engagement maintenu par le gouvernement de ne pas hausser les impôts et les taxes dans ce contexte, pour donner toutes les conditions gagnantes à l’attrait des investissements privés et au retour du niveau de confiance des consommateurs.

Le ministre des Finances du Québec, Éric Girard, a présenté ce matin un portrait de la situation économique et financière du Québec, exposant un déficit prévu pour 2020-2021 de 14,9 G$, un taux de chômage actuel de 13,7% et un manque de revenus autonomes autour de 8,5 G$ pour cette année budgétaire.

Une économie sur pause amène un manque de revenus important, autant pour les entreprises que pour l’État, en ce qui a trait aux recettes fiscales. Les dépenses publiques ayant augmenté considérablement, les chiffres présentés aujourd’hui ne nous étonnent malheureusement guère.

– Charles Milliard, président-directeur général de la FCCQ

« Nous partageons les objectifs d’un retour à un taux de croissance économique de 2 % et le niveau de production que nous avions en décembre 2019, pour 2021. Il est important de retourner à l’équilibre budgétaire le plus rapidement possible, sans compromettre les engagements nécessaires pour accroître notre productivité, et donc, retrouver notre élan économique d’avant la crise de la COVID-19 », a poursuivi Charles Milliard.

Pour la FCCQ, il sera important de préserver les sommes qui ont été annoncées au dernier budget de mars. Entre autres, l’enveloppe de 6,2 G$ pour le Plan d’économie verte, les sommes pour aider à la commercialisation des innovations, ainsi que pour soutenir les entreprises dans leurs besoins en main-d’œuvre durant la reprise.

Des mesures attendues par le milieu économique québécois

L’état de la situation présenté aujourd’hui ne contenait malheureusement aucune nouvelle annonce pour les entrepreneurs québécois. La FCCQ croit cependant fermement que le gouvernement devrait mettre en œuvre rapidement les mesures attendues par la communauté d’affaires québécoise, et faire connaître ses intentions dès que possible.

« Il est regrettable que l’étude du projet de loi 61 n’ait pas pu se poursuivre, ce qui a notamment empêché l’adoption des dispositions législatives pour réduire les délais dans les projets d’infrastructures, les mesures d’allégements réglementaires ainsi que celles visant la protection des locataires commerciaux contre les évictions et la saisie de biens. Sur la question spécifique des évictions, nous croyons à l’instar d’autres acteurs économiques, que le gouvernement doit étudier toutes les options afin de protéger les commerçants se trouvant dans l’incapacité de payer leurs frais fixes. D’autres provinces ont d’ailleurs déjà été en mesure de mettre en œuvre un moratoire », a mentionné M. Milliard.

Une aide d’urgence au secteur du tourisme est nécessaire pour la relance de l’économie régionale

La FCCQ est toujours très préoccupée par les mois à venir, notamment pour le secteur du tourisme. Les 30 000 entreprises touristiques sont des moteurs économiques et des employeurs dans toutes les régions du Québec, en plus de représenter une plaque tournante de la relance régionale. Actuellement, Destination Canada estime que les pertes financières liées à la crise COVID-19 pourraient s’élever jusqu’à 11 G$ et entraîner jusqu’à 120 000 pertes d’emplois.

Devant ces constats, force est de conclure que les mesures d’aide gouvernementales actuelles ne sont pas suffisantes afin d’assurer la survie à long terme de nombreuses entreprises de cette industrie. Afin de donner un coussin financier nécessaire aux entreprises touristiques, nous sommes d’avis qu’une aide directe pour les frais fixes, via la création d’un fonds d’urgence sectoriel, sera nécessaire. Le retour à la normale pour ce secteur ne se fera pas avant de nombreuses années et les programmes de prêts et de garanties de prêts actuels ne seront tout simplement pas suffisants.

– Charles Milliard

« Malgré la possibilité d’une deuxième vague qui est bien réelle, le gouvernement du Québec a un défi de maintenir ses engagements permettant d’atteindre les objectifs de croissance économique, les cibles de réduction des émissions de GES et un retour à l’équilibre budgétaire le plus rapidement possible », a conclu Charles Milliard.

À propos de Charles Milliard
Président-directeur général

Charles Milliard est président-directeur général de la Fédération des chambres de commerce du Québec depuis janvier 2020. Gestionnaire chevronné, il a une longue expérience en affaires publiques, plus particulièrement dans le secteur pharmaceutique, de la santé et des sciences de la vie. Il a œuvré au sein du Groupe Uniprix durant 14 ans, occupant plusieurs responsabilités dans l’ensemble des fonctions de l’organisation. De 2013 à 2016, il y a occupé le rôle de vice-président exécutif du Groupe, ayant sous sa supervision la moitié des employés du siège social. Avant de se joindre à la FCCQ, il était vice-président, Santé, au sein du cabinet de relations publiques NATIONAL. Au fil des années, Charles Milliard a acquis une solide expérience en gestion d’enjeux stratégiques et financiers, en développement de stratégies politiques et gouvernementales, et a su développer d’importantes habiletés de leadership et de représentation publique des organisations.

Titulaire d’un baccalauréat en pharmacie et d’un certificat en économique de l’Université Laval, ainsi que d’un MBA de HEC Montréal, Charles Milliard est membre de l’Ordre des Pharmaciens du Québec. Chroniqueur santé à diverses émissions télé au cours des dernières années (Radio-Canada, TVA et V), il s’implique en outre à titre personnel au sein de plusieurs organismes culturels, notamment à titre de président du conseil d’administration du Festival TransAmériques et d’administrateur à l’Orchestre symphonique de Montréal, au Conseil des Arts de Montréal et à la Fondation Armand-Frappier.

  1. Alors que le gouvernement du Québec vient d’annoncer le port du masque obligatoire dans tous les lieux publics fermés, la Fédération des chambres de commerce du Québec (FCCQ) est préoccupée par les pénalités que pourraient subir les entreprises.   À partir du 18 juillet, le port du masque devra être obligatoire dans tous les lieux publics fermés, incluant... En savoir plus
Ce type de contenu vous intéresse? Abonnez-vous au FCCQeXpress, le bulletin bi-mensuel de la FCCQ. On y retrouve toute l’actualité de la Fédération et de nos partenaires!