Publié dans Communiqués

Plan de réouverture graduelle des entreprises : la FCCQ salue un plan de relance qui était fort attendu et qui marque le point de départ de la reprise économique

Par Charles Milliard
Président-directeur général

La Fédération des chambres de commerce du Québec (FCCQ) accueille avec enthousiasme le plan de réouverture graduelle des entreprises et de relance progressive de l’économie présenté par le premier ministre, M. François Legault, ainsi que le ministre de l’Économie et de l’Innovation, M. Pierre Fitzgibbon. Cette annonce était fort attendue et envoie un signal positif pour plusieurs secteurs de l’économie québécoise qui ont été durement affectés par la Covid-19.

Le plan de relance coordonné avec la Direction de la santé publique s’échelonnera sur plusieurs semaines et comprend différentes phases. Le commerce de détail, la construction et le manufacturier sont trois secteurs névralgiques qui reçoivent aujourd’hui des indications de reprise à court et moyen terme.

« Le commerce de détail représente à lui seul plus de 480 000 emplois au Québec et permet de répondre aux besoins de consommation des Québécois. La relance des projets de construction et du secteur manufacturier était également attendue. Les retards à combler pour certains projets d’infrastructures représenteront des défis que les entreprises québécoises sont prêtes à relever », a déclaré Charles Milliard, président-directeur général de la FCCQ.

S’assurer que les entreprises puissent avoir l’ensemble des ressources pour la relance

La FCCQ propose que les gouvernements prévoient la mise en place des soutiens financiers nécessaires pour que les entreprises puissent respecter les normes sanitaires qui seront désormais en vigueur et l’augmentation des coûts associée à ces mesures. Ces mesures de prévention seront essentielles afin de s’assurer d’une relance économique durable et éviter un retour à la suspension des activités.

« Les coûts pour les entreprises de ces rénovations sanitaires et des mesures d’adaptation représenteront un fardeau considérable. Dans certains cas comme pour les secteurs de l’agroalimentaire, du manufacturier et de la construction, les entreprises devront carrément réaménager et rénover les lieux et leurs postes de travail ainsi que leurs lignes de production. Elles devront être soutenues financièrement pour qu’elles puissent effectuer rapidement ces travaux si elles ne veulent pas prendre trop de retard en vue de la relance », a ajouté Charles Milliard.

« Cette nouvelle réalité nécessitera aussi l’ajout de ressources humaines pour s’occuper des entrées et sorties des magasins du secteur du commerce au détail, et accentuera la pression pour recruter la main-d’œuvre nécessaire. D’autant plus que les mesures annoncées par le gouvernement fédéral la semaine dernière visant à rémunérer les étudiants n’aideront pas à attirer cette main-d’œuvre à temps partiel si importante pour les entreprises, en particulier en période estivale. Cette mesure devra être réévaluée et adaptée afin de prévenir ses effets néfastes sur l’économie. Les entreprises québécoises sont prêtes à faire leur part pour contribuer à la relance, mais les soutiens gouvernementaux doivent demeurer au rendez-vous dans ce contexte bien particulier », a poursuivi M. Milliard.

Pour la FCCQ, nul doute que le gouvernement poursuivra ses efforts en santé publique, notamment dans le Grand Montréal, pour s’assurer que les entreprises de la Communauté métropolitaine de Montréal (CMM) puissent reprendre leurs activités aux dates annoncées aujourd’hui, et rattraper l’écart avec des régions québécoises où la reprise s’effectuera en premier.

« Pour certains secteurs d’activités, il serait nécessaire d’assurer de la flexibilité dans l’application des guides de la CNESST présentés aujourd’hui. En ce sens, la notion de respecter « dans la mesure du possible » une distance minimale de 2 mètres est essentielle. Les entreprises collaboreront de leur côté, notamment grâce aux équipements de protection individuelle, mais le respect intégral de cette notion pourrait être complexe pour bon nombre d’entre elles », a rappelé M. Milliard.

« On le constate rapidement, cette relance s’accompagne de nombreux défis pour nos entreprises, mais c’est néanmoins un signal fort positif que le gouvernement envoie aujourd’hui. Une attention particulière doit également être portée au niveau d’endettement des entreprises afin de s’assurer que cette relance soit la plus dynamique et durable possible », a conclu Charles Milliard.

À propos de Charles Milliard
Président-directeur général

Charles Milliard est président-directeur général de la Fédération des chambres de commerce du Québec depuis janvier 2020. Gestionnaire chevronné, il a une longue expérience en affaires publiques, plus particulièrement dans le secteur pharmaceutique, de la santé et des sciences de la vie. Il a œuvré au sein du Groupe Uniprix durant 14 ans, occupant plusieurs responsabilités dans l’ensemble des fonctions de l’organisation. De 2013 à 2016, il y a occupé le rôle de vice-président exécutif du Groupe, ayant sous sa supervision la moitié des employés du siège social. Avant de se joindre à la FCCQ, il était vice-président, Santé, au sein du cabinet de relations publiques NATIONAL. Au fil des années, Charles Milliard a acquis une solide expérience en gestion d’enjeux stratégiques et financiers, en développement de stratégies politiques et gouvernementales, et a su développer d’importantes habiletés de leadership et de représentation publique des organisations.

Titulaire d’un baccalauréat en pharmacie et d’un certificat en économique de l’Université Laval, ainsi que d’un MBA de HEC Montréal, Charles Milliard est membre de l’Ordre des Pharmaciens du Québec. Chroniqueur santé à diverses émissions télé au cours des dernières années (Radio-Canada, TVA et V), il s’implique en outre à titre personnel au sein de plusieurs organismes culturels, notamment à titre de président du conseil d’administration du Festival TransAmériques et d’administrateur à l’Orchestre symphonique de Montréal, au Conseil des Arts de Montréal et à la Fondation Armand-Frappier.

  1. Alors que le gouvernement du Québec vient d’annoncer le port du masque obligatoire dans tous les lieux publics fermés, la Fédération des chambres de commerce du Québec (FCCQ) est préoccupée par les pénalités que pourraient subir les entreprises.   À partir du 18 juillet, le port du masque devra être obligatoire dans tous les lieux publics fermés, incluant... En savoir plus
Ce type de contenu vous intéresse? Abonnez-vous au FCCQeXpress, le bulletin bi-mensuel de la FCCQ. On y retrouve toute l’actualité de la Fédération et de nos partenaires!