Publié dans Lettres ouvertes

Plaidoyer pour un secteur minier responsable et respecté

Par Charles Milliard
Président-directeur général

Alors que tout le monde reconnaît que les nouvelles technologies propres sont essentielles à la transition vers une économie plus verte, le Québec vit depuis plusieurs années une opposition quasi-systématique au développement de ses ressources naturelles. Le leadership de la nouvelle ministre des Ressources naturelles, Maïté Blanchette Vézina, sera crucial au cours du prochain mandat pour contribuer à ce débat et positionner l’exploration minière comme maillon essentiel de la transition vers une économie plus sobre en carbone. Bien que nous reconnaissions évidemment la liberté de chaque citoyen ou groupe d’intérêt d’exprimer ses préoccupations ou d’être défavorable à un projet de développement, nous sommes préoccupés par la tournure que prend actuellement ce débat.

Ainsi, nous retrouvons régulièrement dans les médias et les réseaux sociaux un argumentaire empruntant des raccourcis avec les faits et les connaissances scientifiques. Une affirmation approximative manquant de données et mêlant différents concepts devient une vérité reprise en boucle. L’enjeu n’est pas un manque d’informations, mais bien la diffusion de celles-ci. Régulièrement, les informations factuelles issues du travail rigoureux effectué par l’État québécois sont éclipsées dans le débat public au profit du point de vue subjectif de certains individus, donnant ainsi une seule vision du sujet.

Le défi du prochain ministre sera donc de communiquer une information pertinente et précise sur l’encadrement des activités minières et sur la mise en place de pratiques modernes, incluant le dialogue avec l’ensemble des parties prenantes. Trop souvent, ce défi se heurte principalement au phénomène du “Pas dans ma cour”. C’est en effet une réalité de plus en plus présente pour tous les secteurs d’activité, pas seulement pour la filière minérale.

Les gens disent oui à la transition énergétique, à l’électrification des transports ainsi qu’à nos précieux cellulaires, tablettes et autres conforts modernes. Cependant, toutes ces innovations nécessitent des métaux et des minéraux en quantité croissante, c’est inévitable. Le choix est donc entre produire davantage au Québec, une juridiction disposant d’un encadrement extrêmement rigoureux et d’une source d’électricité propre et renouvelable, ou d’importer davantage en provenance de contrées lointaines, produisant plus de GES et avec des règles environnementales moins sévères. Ainsi, l’opposition des citoyens à un projet ne relève plus de la question du développement durable et responsable, mais bien de l’emplacement du projet qui pourrait porter atteinte à un cadre de vie, basé sur les connaissances, ou pas, du projet.

Il est impératif de bien informer et expliquer les initiatives. Les entreprises d’exploration, qui sont très majoritairement des PME québécoises, sont toujours disponibles pour présenter leur projet, échanger, entendre les préoccupations et mettre en place des mesures de mitigation. Dans le processus minier, il y a également plusieurs étapes où les citoyens peuvent prendre connaissance des projets et exprimer leurs préoccupations. Il s’agit également d’un défi à relever par le gouvernement de communiquer adéquatement sa vision du développement et cela implique également de rectifier les faits quand cela s’avère nécessaire.

Cosignataires :

 

Valérie Fillion

Directrice générale, Association de l’exploration minière du Québec

Charles Milliard

Président-directeur général, Fédération des chambres de commerce du Québec

-30-

 

À propos de Charles Milliard
Président-directeur général

Charles Milliard est président-directeur général de la Fédération des chambres de commerce du Québec depuis janvier 2020. Gestionnaire chevronné, il possède une longue expérience en affaires publiques, plus particulièrement dans le secteur pharmaceutique, de la santé et des sciences de la vie. Il a œuvré au sein du Groupe Uniprix durant 14 ans, occupant plusieurs responsabilités dans l’ensemble des fonctions de l’organisation. De 2013 à 2016, il y a occupé le rôle de vice-président exécutif du Groupe, ayant sous sa supervision la moitié des employés du siège social. Avant de se joindre à la FCCQ, il était vice-président, Santé, au sein du cabinet de relations publiques NATIONAL.

Au fil des années, Charles Milliard a acquis une solide expérience en gestion d’enjeux stratégiques et financiers, en développement de stratégies politiques et gouvernementales, et a su développer d’importantes habiletés de leadership et de représentation publique des organisations.

Titulaire d’un baccalauréat en pharmacie et d’un certificat en économique de l’Université Laval, ainsi que d’un MBA de HEC Montréal, Charles Milliard est membre de l’Ordre des Pharmaciens du Québec. Chroniqueur santé à diverses émissions télé au cours des dernières années (Radio-Canada, TVA et V), il s’implique en outre à titre personnel au sein de plusieurs organismes culturels, notamment à titre de président du conseil d’administration du Festival TransAmériques et de la Fondation du Cegep de Lévis et d’administrateur à l’Orchestre symphonique de Montréal, au Conseil des Arts de Montréal et au Festival de Lanaudière.

  1.   La FCCQ est en pleine expansion. Faites partie de notre équipe en tant que :  COORDONNATEUR.TRICE, SOUTIEN ADMINISTRATIF Le.la coordonnateur.trice, soutien administratif devra offrir ses connaissances et son expérience professionnelle pour soutenir certaines tâches administratives du département Travail et Capital humain. Une très bonne capacité d’organisation, une grande capacité d’adaptation ainsi qu’un bon jugement sont... En savoir plus
  2. Montréal, le 30 novembre 2022 – La Fédération des chambres de commerce du Québec (FCCQ) partage plusieurs des priorités énoncées par le Premier ministre François Legault dans son discours d’ouverture, mais rappelle l’importance de bien accompagner les entreprises dans les différentes transitions auxquelles elles sont conviées. « Nous accueillons très favorablement la volonté du gouvernement... En savoir plus
  3.   RÉSUMÉ DE L’OFFRE : En partenariat avec les directions des différentes équipes du département Réseau et développement des affaires, sous la supervision du Vice-président réseau et chef des opérations, le/la conseiller.ère projets spéciaux et partenariats collaborera au développement et à la mise en place de programmes de partenariats gagnant-gagnant de concert avec les membres... En savoir plus
Ce type de contenu vous intéresse? Abonnez-vous au FCCQeXpress, le bulletin bi-mensuel de la FCCQ. On y retrouve toute l’actualité de la Fédération et de nos partenaires!