Publié dans Communiqués

PL sur l’ACÉUM : les entreprises québécoises doivent être soutenues après la ratification, soutient la FCCQ

Par Charles Milliard
Président-directeur général

À l’occasion du dépôt du projet de loi C-4, Loi portant sur la mise en œuvre de l’Accord Canada–États-Unis–Mexique (ACÉUM) par la vice-première ministre Chrystia Freeland ainsi que de la ratification de l’Accord par le président américain aujourd’hui, la Fédération des chambres de commerce du Québec (FCCQ) réitère l’importance de procéder à son adoption le plus rapidement possible, afin de mettre un terme à des années d’incertitudes économiques qui ont suivi le déclenchement de la renégociation de l’Accord de libre-échange nord-américain (ALENA) par l’administration américaine.

La FCCQ demande du même souffle que les secteurs de l’économie québécoise et canadienne qui verront leurs parts de marché affectées par ce nouvel accord qui remplace l’ALENA, d’être bien accompagnés par le gouvernement fédéral. L’équité interprovinciale et interrégionale devrait également guider les concessions faites par celui-ci dans le cadre des négociations des accords internationaux.

« Il sera important pour les ordres de gouvernement de travailler en collaboration avec le milieu des affaires, pour maximiser les retombées pour les entreprises et s’assurer de maintenir leur compétitivité. On ne peut se permettre davantage d’incertitudes entourant cet accord de libre-échange. Les échanges commerciaux de marchandises entre le Québec et les États-Unis dépassent les 90 G$ par année, c’est considérable pour notre économie », affirme Charles Milliard, président-directeur général de la FCCQ.

« Nous sommes dans un contexte où des marchés viennent de subir un changement important qui pourrait affecter les parts de marché. Les entreprises des milieux agricoles sous gestion de l’offre, de transformation alimentaire, de la métallurgie et du bois ont vu leurs environnements d’affaires se transformer au cours des dernières années, tant au cours de la période de négociation que dans les termes du nouvel ACÉUM », ajoute Charles Milliard.

 Prévoir les compensations pour les agriculteurs sous gestion de l’offre

En août dernier, la FCCQ avait accueilli positivement l’annonce de la ministre fédérale de l’Agriculture, Marie-Claude Bibeau, concernant les compensations pour les producteurs laitiers sous gestion de l’offre pour l’AECG et le PTPGP, en demandant de procéder au versement le plus rapidement possible. L’ ACÉUM constitue désormais la troisième brèche dans le système canadien de gestion de l’offre.

« Sans mettre en péril l’entente, qui rappelons-le est profitable pour l’économie de l’ensemble du pays, il serait nécessaire de s’asseoir le plus rapidement possible avec les producteurs laitiers pour prévoir les compensations proportionnelles aux répercussions de l’accès consenti, atteignant maintenant l’équivalent de
10 % de la production laitière canadienne. Il serait également important d’inclure les transformateurs laitiers dans ces démarches », poursuit Charles Milliard.

« Même si le principal partenaire commercial du Québec demeure les États-Unis, les dernières années ont démontré l’importance pour notre économie de diversifier les marchés. En ce sens, les entreprises doivent connaître davantage les nombreuses possibilités offertes par l’AECG en Europe, le PTPGP en Asie et en Océanie entre autres, sans oublier l’Asie du Sud-Est et les pays du MERCOSUR en développement », conclut Charles Milliard.

La FCCQ transmettra par ailleurs un mémoire incluant ses attentes, durant les démarches législatives entourant l’adoption du projet de loi C-4.

À propos de Charles Milliard
Président-directeur général

Charles Milliard est président-directeur général de la Fédération des chambres de commerce du Québec depuis janvier 2020. Gestionnaire chevronné, il une longue expérience en affaires publiques, plus particulièrement dans le secteur pharmaceutique, de la santé et des sciences de la vie. Il a œuvré au sein du Groupe Uniprix durant 14 ans, occupant plusieurs responsabilités dans l’ensemble des fonctions de l’organisation. De 2013 à 2016, il y a occupé le rôle de vice-président exécutif du Groupe, ayant sous sa supervision la moitié des employés du siège social. Avant de se joindre à la FCCQ, il était vice-président, Santé, au sein du cabinet de relations publiques NATIONAL. Au fil des années, Charles Milliard a acquis une solide expérience en gestion d’enjeux stratégiques et financiers, en développement de stratégies politiques et gouvernementales, et a su développer d’importantes habiletés de leadership et de représentation publique des organisations.

Titulaire d’un baccalauréat en pharmacie et d’un certificat en économique de l’Université Laval, ainsi que d’un MBA de HEC Montréal, Charles Milliard est membre de l’Ordre des Pharmaciens du Québec. Chroniqueur santé à diverses émissions télé au cours des dernières années (Radio-Canada, TVA et V), il s’implique en outre à titre personnel au sein de plusieurs organismes culturels, notamment à titre de président du conseil d’administration du Festival TransAmériques et d’administrateur à l’Orchestre symphonique de Montréal, au Conseil des Arts de Montréal et à la Fondation Armand-Frappier.

  1. Source : L’Hebdo du St-Maurice  Photo de gauche à droite : Geneviève Racine, Philippe Nadeau, Directeur général du DigiHub, Kathy Megyery, Vice-présidente stratégie et affaires économiques de la FCCQ, Indira Moudi, Vice-présidente de la CCIS et Luc Arvisais, Directeur – Développement économique, Ville de Shawinigan
  2. « Alors que la crise ferroviaire perdure, la Fédération des chambres de commerce du Québec (FCCQ) et le Regroupement des Chambres de Commerce de la Mauricie (RCCM) demandent l’intervention des gouvernements afin de dénouer l’impasse et de faire libérer les voies des trains de marchandises et de passagers. » Source : Le Nouvelliste 
Ce type de contenu vous intéresse? Abonnez-vous au FCCQeXpress, le bulletin bi-mensuel de la FCCQ. On y retrouve toute l’actualité de la Fédération et de nos partenaires!