Publié dans Communiqués

PL no 10 sur l’équité salariale: Il faut éviter de complexifier le processus, rappelle la FCCQ

Par Stéphane Forget, MBA
Président-directeur général

Les employeurs sont en droit de s’attendre à une simplification du processus sur les exercices de maintien sur l’équité salariale. Cependant, le projet de loi no 10 déposé aujourd’hui par le ministre du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale, ne permet malheureusement pas cette simplification.      

Le projet de loi prévoit notamment un processus de participation des travailleurs plus étendu et rend l’obligation de l’affichage plus exigeante. Pour la FCCQ, un affichage plus transparent et l’identification d’une personne ressource, au lieu d’un comité, auraient permis d’assurer la compréhension de l’exercice et d’améliorer la communication entourant l’équité salariale, sans alourdir le processus. « L’objectif est l’application de l’équité salariale et non d’alourdir un processus déjà complexe », explique Stéphane Forget, président-directeur général de la FCCQ.

« L’exercice de maintien de l’équité salariale est un processus considéré très complexe, il faut donc éviter que l’application de l’équité salariale soit rendue encore plus complexe par l’ajout d’intervenants », poursuit Stéphane Forget.

Toutefois, la FCCQ salue certaines précisions quant au versement de l’ajustement salarial et d’un certain encadrement des enquêtes effectuées par la Commission des normes, de l’équité et de la santé et sécurité du travail (CNESST).

« Nous reconnaissons que les employés ont besoin de plus de soutien dans le processus, mais il en va aussi des employeurs », a souligné le président-directeur général de la FCCQ. « Le ministre doit prendre le temps d’intégrer les besoins des employeurs. » La FCCQ analysera davantage le projet de loi et collaborera aux prochaines étapes de travail en vue de l’adoption de ce projet de loi.

Réponse au jugement de la Cour suprême

Rappelons que ce projet de loi donne suite au jugement de la Cour suprême du Canada, rendu le 10 mai 2018. Dans ce jugement, la Cour suprême forçait le gouvernement du Québec à modifier la Loi sur l’équité salariale afin que la compensation aux travailleurs soit calculée à partir du moment du changement ayant créé le préjudice. Or, selon la FCCQ, plusieurs situations, par exemple l’embauche d’un employé temporaire ou le changement d’identité juridique d’une entreprise, peuvent provoquer une iniquité salariale qui peut être facilement corrigée, sans devoir astreindre travailleurs et employeurs à un processus complexe.

Lors des consultations suivant le jugement de la cour, la FCCQ avait fait valoir que le simple fait de décaler les périodes quinquennales où les employeurs doivent effectuer l’évaluation de l’équité salariale au sein de leur entreprise permettrait de transformer cette importante question en enjeu de société, sur lequel la réflexion serait permanente. « Le jugement indiquait que l’affichage devrait inclure les dates des changements ayant créé les disparités salariales », souligne Stéphane Forget. « Il s’agit là d’une recommandation raisonnable, beaucoup plus simple et réaliste, que les employeurs peuvent rapidement mettre en place. »

« L’équité salariale n’est pas remise en question et ne doit pas l’être, mais nous croyons qu’il faut développer une mécanique d’application simplifiée pour les entreprises », conclut Stéphane Forget.

À propos de Stéphane Forget, MBA
Président-directeur général

Stéphane Forget est président-directeur général de la Fédération des chambres de commerce du Québec. À la FCCQ depuis 2014, il a d’abord occupé le poste de vice-président, Stratégie et affaires économiques. Auparavant à la Société de transport de Montréal (STM), il a agi à titre de directeur exécutif, Relations externes et planification stratégique ainsi qu’à titre de directeur, Coordination des dossiers stratégiques.

Précédemment, il a cumulé une vaste expérience des affaires gouvernementales et publiques, occupant diverses fonctions au sein de la Ville de Montréal, dans le monde associatif,  à la Société Radio-Canada et au gouvernement du Québec.

Il est détenteur d’une maîtrise en administration des affaires (MBA) de l’École des sciences de la gestion de l’Université du Québec à Montréal  (ESG-UQAM) et d’un certificat en droit de l’Université de Montréal.

Monsieur Forget est membre du Conseil et du comité exécutif de la Commission des partenaires du marché du travail (CPMT), membre du Conseil d’administration de la Commission des normes, de l’équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST) et membre du Comité consultatif du travail et de la main d’œuvre (CCTM).

  1. Le premier budget du ministre Éric Girard fournit des outils intéressants pour les entreprises, dont des mesures attendues par la Fédération des chambres de commerce du Québec (FCCQ) pour assurer la compétitivité des entreprises et les épauler dans leurs défis de main-d’œuvre. « Les entreprises vont se reconnaître dans ce budget économique, qui vise à les... En savoir plus
  2. Ayant maintes fois insisté pour que l’environnement d’affaires et le contexte législatif québécois facilitent l’émergence de solutions innovantes misant sur les technologies, la Fédération des chambres de commerce du Québec (FCCQ) est satisfaite de voir le gouvernement réglementer le transport rémunéré de personnes par le projet de loi no 17, déposé aujourd’hui par le ministre... En savoir plus
  3. Les 87 finalistes de la 39e édition du concours Les Mercuriades ont été dévoilés, aujourd’hui, par la Fédération des chambres de commerce du Québec (FCCQ). Les trophées leur ont été remis par Isabelle Leclerc, vice-présidente principale, Ressources humaines, La Coop fédérée, partenaire de la reconnaissance des finalistes. Le plus prestigieux concours d’affaires au Québec révèle,... En savoir plus
Ce type de contenu vous intéresse? Abonnez-vous au FCCQeXpress, le bulletin bi-mensuel de la FCCQ. On y retrouve toute l’actualité de la Fédération et de nos partenaires!