Publié dans Communiqués

PL 27: l’organisation gouvernementale en matière d’économie

Par Stéphane Forget, MBA, ASC
Président-directeur général

La force de frappe concertée proposée par la transformation d’Investissement Québec est souhaitable pour les entreprises québécoises, soutient la FCCQ.

Centraliser l’offre de services pour l’obtention d’une aide financière, l’accompagnement pour l’ouverture de nouveaux marchés ou l’amélioration de leur productivité permettra de faciliter l’accès au soutien nécessaire à la croissance des entreprises, soutient la Fédération des chambres de commerce du Québec (FCCQ).

« En mettant en commun les énergies d’Investissement Québec et du ministère de l’Économie et de l’Innovation, le Québec améliore sa force de frappe pour attirer des investisseurs étrangers, développer de nouveaux marchés pour les entreprises du Québec et les accompagner dans leurs objectifs de croissance », souligne Stéphane Forget, président-directeur général de la FCCQ.

Améliorer la productivité et la compétitivité

Les mesures proposées dans le projet de loi no 27, déposé aujourd’hui, Loi concernant principalement l’organisation gouvernementale en matière d’économie et d’innovation, doivent permettre de faciliter la transformation numérique nécessaire à l’accroissement de la productivité et, de ce fait, affermir la position des entreprises québécoises pour faire face à la concurrence étrangère.

« Le nouveau mandat élargi d’Investissement Québec, une fois le projet de loi adopté, devrait faciliter la transition numérique des entreprises qui souhaitent le faire », commente Stéphane Forget, au sujet de la fusion du Centre de recherche industrielle du Québec (CRIQ) avec Investissement Québec.

L’augmentation du capital-actions d’Investissement Québec, bonifié d’un milliard de dollars pour passer de 4 G$ à 5 G$, combinée aux autres mesures annoncées dans le dernier budget du Québec, comblera aussi la carence dans la chaîne de capitaux, ce dont se désolait la FCCQ dans son plan de développement économique. « À titre de porte d’entrée des entreprises en matière économique, Investissement Québec aura l’occasion de faire la liaison avec d’autres services offerts par l’État tels Entreprises Québec, Emploi Québec et le ministère de l’Immigration et de la Diversité, pour ne nommer que ceux-ci », souligne Stéphane Forget.

Favoriser le développement économique de toutes les régions du Québec

La FCCQ apprécie les ressources renforcées des bureaux régionaux d’Investissement Québec, qui devraient assurer aux entreprises situées le soutien requis pour leur développement, alors que celles-ci créent de la richesse durable partout au Québec.  Pour la FCCQ, la volonté de mettre à contribution les gens d’affaires et entrepreneurs dans les définitions et interventions en matière d’investissements leur permettra de prendre pleinement part au développement économique de leur région. « Les chambres de commerce pourront offrir leur collaboration dans la mise en œuvre de ces comités de développement régional, étant donné qu’elles ont une vue d’ensemble sur les enjeux économiques de leur territoire », rappelle Stéphane Forget.

Donner au Québec le moyen de ses ambitions

« Bien que l’économie du Québec aille bien, il faut tout mettre en œuvre pour poursuivre cette croissance, incluant l’augmentation des investissements, ici, par des entreprises étrangères, mais aussi le développement des marchés des entreprises du Québec », ajoute Stéphane Forget.

La FCCQ est d’accord avec la volonté de réduire l’écart de productivité du Québec avec ses voisins ontarien et américain, car la croissance économique en dépend. « Nous sommes en compétition avec d’autres États offrant une fiscalité attrayante pour les entreprises et dans ce contexte, le Québec doit pouvoir mettre de l’avant ses forces mais aussi apporter des solutions à certaines de ses faiblesses, dont la productivité », affirme Stéphane Forget, pour qui cette amélioration passe par des investissements et du soutien aux entreprises. « Il faut rester proactif dans les différents marchés, aux quatre coins de la planète, pour attirer des investisseurs étrangers au Québec et leur donner les conditions fiscales et économiques nécessaires pour assurer le succès de leurs activités, car nous accusons un retard à cet égard. »

Enfin, le changement de vision face au rendement des fonds propres d’Investissement Québec devrait lui permettre de mieux cibler son financement pour les entreprises. « Encore une fois, c’est en travaillant en complémentarité avec les autres fonds et les institutions financières qu’il sera possible d’atteindre le centre de la cible », conclut Stéphane Forget.

À propos de Stéphane Forget, MBA, ASC
Président-directeur général

Stéphane Forget est président-directeur général de la Fédération des chambres de commerce du Québec. À la FCCQ depuis 2014, il a d’abord occupé le poste de vice-président, Stratégie et affaires économiques. Auparavant à la Société de transport de Montréal (STM), il a agi à titre de directeur exécutif, Relations externes et planification stratégique ainsi qu’à titre de directeur, Coordination des dossiers stratégiques.

Précédemment, il a cumulé une vaste expérience des affaires gouvernementales et publiques, occupant diverses fonctions au sein de la Ville de Montréal, dans le monde associatif,  à la Société Radio-Canada et au gouvernement du Québec.

Il est détenteur d’une maîtrise en administration des affaires (MBA) de l’École des sciences de la gestion de l’Université du Québec à Montréal  (ESG-UQAM) et d’un certificat en droit de l’Université de Montréal. Au printemps 2019, il a obtenu la désignation d’administrateur de sociétés certifié (ASC).

Monsieur Forget est membre du Conseil et du comité exécutif de la Commission des partenaires du marché du travail (CPMT), membre du Conseil d’administration de la Commission des normes, de l’équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST) et membre du Comité consultatif du travail et de la main d’œuvre (CCTM).

  1. Des outils supplémentaires pour former des travailleurs répondant aux besoins des entreprises. Le transfert par le gouvernement fédéral de 686 M$ supplémentaires, destinés à la main-d’œuvre et au marché du travail, permettra de cibler des enjeux spécifiques au Québec, croit la Fédération des chambres de commerce du Québec (FCCQ). Au total, l’entente annoncée ce matin... En savoir plus
  2. La déléguée générale du Québec à New York, madame Catherine Loubier, est venue exposer à la communauté d’affaires, dans le cadre de l’événement les RV Internationaux COREX de la Fédération des chambres de commerce du Québec (FCCQ), le rôle qu’entend jouer la délégation pour favoriser les échanges commerciaux entre les deux pays. La présentation de... En savoir plus
  3. Alors que les parlementaires ont adopté, au cours des dernières heures, le projet de loi no 9, Loi visant à accroître la prospérité socio-économique du Québec et à répondre adéquatement aux besoins du marché du travail par une intégration réussie des personnes immigrantes, la Fédération des chambres de commerce du Québec (FCCQ) demande que les... En savoir plus
Ce type de contenu vous intéresse? Abonnez-vous au FCCQeXpress, le bulletin bi-mensuel de la FCCQ. On y retrouve toute l’actualité de la Fédération et de nos partenaires!