Publié dans Communiqués

PL 17 sur le transport rémunéré de personnes : Il importe de favoriser un cocktail de transport tout en donnant place à l’innovation

Par Stéphane Forget, MBA, ASC
Président-directeur général

Ayant maintes fois insisté pour que l’environnement d’affaires et le contexte législatif québécois facilitent l’émergence de solutions innovantes misant sur les technologies, la Fédération des chambres de commerce du Québec (FCCQ) est satisfaite de voir le gouvernement réglementer le transport rémunéré de personnes par le projet de loi no 17, déposé aujourd’hui par le ministre des Transports, François Bonnardel.

« L’établissement de mesures législatives pour baliser et permettre un maximum d’options de transport était devenu nécessaire au cours des dernières années », souligne Stéphane Forget, président-directeur général de la FCCQ. « Ce sont des solutions qui favorisent la mobilité durable et cela démontre une volonté de permettre à l’usager de recourir à plusieurs options de transport, par l’entremise des nouvelles technologies offertes, et ainsi faciliter ses déplacements. »

La FCCQ apprécie, par ailleurs, que le projet de loi insiste sur la formation des chauffeurs, afin d’assurer la sécurité des passagers et des usagers de la route, soulignant qu’il sera essentiel de collaborer avec tous les intervenants de l’industrie. En ce sens, le contexte évolutif du secteur du transport rémunéré de personnes devra tenir compte de l’équité nécessaire entre les entreprises ayant traditionnellement constitué ce secteur et celles qui s’y sont jointes grâce à des percées technologiques.

« Il était important, pour la FCCQ, qu’une transition soit effectuée en tenant compte de tous les types de transport rémunéré de personnes. Que le projet de loi prévoie des mesures pour des redevances justes est équitable, sans nuire à l’émergence de nouvelles initiatives de transport rémunéré de personnes », poursuit Stéphane Forget.

Amener des règles équitables également pour le transport interurbain 

De plus, la FCCQ croit que l’on devrait profiter de l’étude détaillée du projet de loi no 17 pour élargir la réflexion à la vitalité de l’industrie du transport interurbain par autocar, importante pour les déplacements en région. « Dans cette discussion touchant l’ensemble du transport de personnes, mettons en place des moyens pour que tous les transporteurs interurbains, qu’ils soient municipaux ou privés, bénéficient d’un environnement permettant d’être compétitifs et d’offrir un service nécessaire dans les régions », suggère Stéphane Forget.

Favoriser l’innovation dans un contexte novateur

Alors que la FCCQ fait de l’innovation une priorité pour la croissance économique du Québec, elle souhaite que les gouvernements puissent faire preuve de proactivité, à l’avenir, afin que les innovations de rupture puissent, par exemple, être implantées dans un bac à sable réglementaire permettant leur mise en œuvre dans un environnement défini, tout en assurant une transition équitable dans le marché dans lequel cette innovation veut s’implanter.

« Innover, c’est bon pour l’économie, c’est bon pour l’environnement et c’est bon pour tous. Plus le cocktail de transport est diversifié, plus on maximise la fluidité des déplacements et ainsi, on réduit la congestion routière et ses impacts néfastes sur notre économie », conclut Stéphane Forget.

À propos de Stéphane Forget, MBA, ASC
Président-directeur général

Stéphane Forget est président-directeur général de la Fédération des chambres de commerce du Québec. À la FCCQ depuis 2014, il a d’abord occupé le poste de vice-président, Stratégie et affaires économiques. Auparavant à la Société de transport de Montréal (STM), il a agi à titre de directeur exécutif, Relations externes et planification stratégique ainsi qu’à titre de directeur, Coordination des dossiers stratégiques.

Précédemment, il a cumulé une vaste expérience des affaires gouvernementales et publiques, occupant diverses fonctions au sein de la Ville de Montréal, dans le monde associatif,  à la Société Radio-Canada et au gouvernement du Québec.

Il est détenteur d’une maîtrise en administration des affaires (MBA) de l’École des sciences de la gestion de l’Université du Québec à Montréal  (ESG-UQAM) et d’un certificat en droit de l’Université de Montréal. Au printemps 2019, il a obtenu la désignation d’administrateur de sociétés certifié (ASC).

Monsieur Forget est membre du Conseil et du comité exécutif de la Commission des partenaires du marché du travail (CPMT), membre du Conseil d’administration de la Commission des normes, de l’équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST) et membre du Comité consultatif du travail et de la main d’œuvre (CCTM).

  1. Pour les PME et les centaines de milliers de travailleurs de l’industrie touristique québécoise, l’annonce d’investissements de 58,5 M$ d’aide financière pour la création ou l’amélioration des expériences touristiques est une bonne nouvelle, affirme la Fédération des chambres de commerce du Québec (FCCQ). « L’industrie touristique québécoise est bien diversifiée, attire de nombreuses catégories de... En savoir plus
  2. S’il y a une chose qui ne change pas, en politique, c’est la lourdeur qui entrave les discussions entre Québec et Ottawa sur le financement des infrastructures.  Peu importe les gouvernements au pouvoir, on assiste toujours au lancement de programmes de soutien aux infrastructures de plusieurs milliards de dollars, puis on négocie avec les provinces... En savoir plus
  3. L’octroi d’un contrat pour la construction de deux traversiers au chantier naval de Davie, à Lévis, permettra de sécuriser plus de 400 emplois spécialisés et de consolider l’expertise navale québécoise, ce que la Fédération des chambres de commerce du Québec (FCCQ) considère une bonne nouvelle pour toute la chaîne d’approvisionnement du chantier lévisien et pour... En savoir plus
Ce type de contenu vous intéresse? Abonnez-vous au FCCQeXpress, le bulletin bi-mensuel de la FCCQ. On y retrouve toute l’actualité de la Fédération et de nos partenaires!