Publié dans Communiqués

Oui pour le français comme langue commune au travail, mais en faisant preuve de mesure et modération

La Fédération des chambres de commerce du Québec (FCCQ) a pris acte des modifications proposées aujourd’hui à la Charte de la langue française et souhaite que les nouvelles mesures n’entachent en aucune façon la rentabilité des entreprises de 26-49 employés, qui sont le plus touchées par le nouveau projet de loi.

Tout en soutenant la nécessité de poursuivre la promotion du français comme langue d’usage dans les milieux de travail, il faut par ailleurs reconnaître que la langue anglaise est de plus en plus incontournable pour toute entreprise qui veut élargir ses frontières.

« Nous saluons les efforts du gouvernement visant à encourager le français comme langue commune au travail, mais nous espérons que l’Office québécois de la langue française continuera de faire preuve de mesure et modération lors de l’application de ces mécanismes et de comprendre la réalité des affaires de certaines entreprises », affirme la présente-directrice générale de la FCCQ, Mme Françoise Bertrand.

En effet, la Fédération invite le gouvernement à agir de façon pragmatique face à la réalité cosmopolite de la métropole en comparaison avec les autres régions du Québec, et rappelle que les statistiques présentées aujourd’hui illustrent que les difficultés avec l’usage de la langue française au travail sont surtout rencontrées à Montréal. En ce sens, nous croyons qu’il aurait été préférable que le gouvernement, dans ses actions, priorise la grande région de Montréal pour ensuite intervenir dans les autres régions.

  1. Pour les PME et les centaines de milliers de travailleurs de l’industrie touristique québécoise, l’annonce d’investissements de 58,5 M$ d’aide financière pour la création ou l’amélioration des expériences touristiques est une bonne nouvelle, affirme la Fédération des chambres de commerce du Québec (FCCQ). « L’industrie touristique québécoise est bien diversifiée, attire de nombreuses catégories de... En savoir plus
  2. S’il y a une chose qui ne change pas, en politique, c’est la lourdeur qui entrave les discussions entre Québec et Ottawa sur le financement des infrastructures.  Peu importe les gouvernements au pouvoir, on assiste toujours au lancement de programmes de soutien aux infrastructures de plusieurs milliards de dollars, puis on négocie avec les provinces... En savoir plus
  3. L’octroi d’un contrat pour la construction de deux traversiers au chantier naval de Davie, à Lévis, permettra de sécuriser plus de 400 emplois spécialisés et de consolider l’expertise navale québécoise, ce que la Fédération des chambres de commerce du Québec (FCCQ) considère une bonne nouvelle pour toute la chaîne d’approvisionnement du chantier lévisien et pour... En savoir plus
Ce type de contenu vous intéresse? Abonnez-vous au FCCQeXpress, le bulletin bi-mensuel de la FCCQ. On y retrouve toute l’actualité de la Fédération et de nos partenaires!