Publié dans Lettres ouvertes

Notre économie et notre compétitivité ont besoin de sièges sociaux!

Par Stéphane Forget, MBA, ASC
Président-directeur général

La vente d’une entreprise à des intérêts non québécois soulève passions et nombre de questions. Plusieurs craignent, à juste titre, qu’elle n’entraîne le départ ou la diminution significative de la taille de son siège social. Nous l’avons constaté récemment, alors que de nouvelles voix se sont fait entendre.

Ce risque est réel même si nos entreprises gagnent à évoluer dans une économie ouverte. Nous y réussissons d’ailleurs, puisqu’il y a eu plus d’acquisitions à l’étranger par des entreprises d’ici que l’inverse, ces dernières années.

Les sièges sociaux ont des retombées importantes pour notre économie; ils génèrent de très bons emplois, des contrats à des fournisseurs locaux et encouragent les activités caritatives, culturelles et communautaires. De plus, chaque emploi de fonction corporative en génère 3,5 additionnels en services de soutien administratif internes et près de deux autres chez des fournisseurs externes.

Réduire les risques de ventes « forcées » à des étrangers 

Nos gouvernements doivent intervenir pour permettre aux entreprises canadiennes déjà plus vulnérables qu’ailleurs à des offres d’achat non sollicitées de mieux se défendre. De surcroit, paradoxalement, les règles fiscales canadiennes incitent davantage les bâtisseurs d’ici à céder le contrôle de leur entreprise à des acheteurs étrangers plutôt qu’à des membres de leur famille.

Une étude publiée récemment identifie que sur 42 pays, le Canada se classe en tête de peloton des juridictions imposant le plus le transfert d’entreprises lors de successions et lors de départs à la retraite. À l’autre bout du spectre, des pays comme la Suède exemptent ces transactions de tout impôt.

Certes, des exemptions facilitant le transfert et le maintien d’entreprises existent, mais elles ne s’appliquent qu’à un nombre très limité de situations. Par exemple, dans le cas des entreprises agricoles, le fisc permet désormais de reporter les impôts exigibles au décès. Le gouvernement du Québec a également pris des engagements similaires auprès des propriétaires de PME manufacturières. Il doit aussi se montrer sensible aux considérations des dirigeants qui se préoccupent de l’avenir des grandes entreprises québécoises qui font notre fierté. À ce propos, la FCCQ invite le Gouvernement du Québec à poursuivre ses efforts et à proposer des mesures qui pourraient favoriser le maintien de leurs sièges sociaux ici, au Québec.

Le gouvernement du Canada doit lui aussi emboîter le pas et modifier son régime fiscal avant qu’il ne soit trop tard, c’est-à-dire avant de perdre un siège social pour de mauvaises raisons.

Entendons-nous, l’idée n’est pas d’éviter que des propriétaires d’entreprises ne payent pas leur juste part au fisc. L’objectif est plutôt de permettre un report de l’impôt pour faciliter le transfert de nos entreprises à des intérêts québécois, afin de prévenir les pertes économiques découlant de ventes « forcées » à des intérêts étrangers.

Le transfert ordonné des entreprises : la FCCQ active 
Les dirigeants de nos entreprises vieillissent, comme le reste de la population. Depuis plusieurs années, la FCCQ interpelle les décideurs sur les enjeux liés au transfert d’entreprises, en particulier des PME.

Ces questions, qui concernent directement la compétitivité de notre économie et sa croissance, exigent l’ouverture d’un dialogue afin de trouver un meilleur équilibre entre la prospérité collective et la justice fiscale, d’une part, et le respect des droits des actionnaires et de la libre entreprise, d’autre part.

KPMG, Global Family Business Tax Monitor, Avril 2016
À propos de Stéphane Forget, MBA, ASC
Président-directeur général

Stéphane Forget est président-directeur général de la Fédération des chambres de commerce du Québec. À la FCCQ depuis 2014, il a d’abord occupé le poste de vice-président, Stratégie et affaires économiques. Auparavant à la Société de transport de Montréal (STM), il a agi à titre de directeur exécutif, Relations externes et planification stratégique ainsi qu’à titre de directeur, Coordination des dossiers stratégiques.

Précédemment, il a cumulé une vaste expérience des affaires gouvernementales et publiques, occupant diverses fonctions au sein de la Ville de Montréal, dans le monde associatif,  à la Société Radio-Canada et au gouvernement du Québec.

Il est détenteur d’une maîtrise en administration des affaires (MBA) de l’École des sciences de la gestion de l’Université du Québec à Montréal  (ESG-UQAM) et d’un certificat en droit de l’Université de Montréal. Au printemps 2019, il a obtenu la désignation d’administrateur de sociétés certifié (ASC).

Monsieur Forget est membre du Conseil et du comité exécutif de la Commission des partenaires du marché du travail (CPMT), membre du Conseil d’administration de la Commission des normes, de l’équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST) et membre du Comité consultatif du travail et de la main d’œuvre (CCTM).

  1. Montréal, le 7 août 2020 —  La Fédération des chambres de commerce du Québec (FCCQ), l’Alliance de l’industrie touristique du Québec (AITQ), le Conseil du patronat du Québec (CPQ) et l’Union des municipalités du Québec (UMQ) ont proposé aujourd’hui au ministre des Transports du Québec, monsieur François Bonnardel, un nouveau modèle d’exploitation pour les dessertes... En savoir plus
  2. Le programme des Prix pour le bénévolat du Canada (PBC) reconnaît chaque année la contribution exceptionnelle de personnes, d’organisations à but non lucratif et d’entreprises qui ont posé des gestes remarquables pour changer les choses dans leur milieu. En période difficile comme celle que nous traversons, ces initiatives prennent une dimension d’autant plus salvatrice. Non... En savoir plus
  3. La Fédération des chambres de commerce du Québec (FCCQ), la Chambre de commerce du Montréal métropolitain (CCMM), le Conseil du patronat du Québec (CPQ), la Fédération canadienne de l’entreprise indépendante (FCEI), et Manufacturiers et Exportateurs du Québec (MEQ) sont extrêmement préoccupés par le conflit de travail en cours au Port de Montréal entre l’Association des employeurs maritimes (AEM) et le Syndicat des débardeurs de... En savoir plus
Ce type de contenu vous intéresse? Abonnez-vous au FCCQeXpress, le bulletin bi-mensuel de la FCCQ. On y retrouve toute l’actualité de la Fédération et de nos partenaires!