Publié dans Communiqués

Modernisation du régime de santé et de sécurité du travail: un rendez-vous déterminant et structurant pour le dialogue social

Par Charles Milliard
Président-directeur général

Dans le cadre des consultations particulières sur le projet de loi 59 visant la modernisation du régime de santé et de sécurité du travail, la Fédération des chambres de commerce du Québec (FCCQ) rappelle qu’il s’agit d’une réforme cruciale et extrêmement importante pour la société québécoise. Attendu depuis longtemps par les organisations syndicales, patronales et par l’ensemble des acteurs économiques, ce projet de loi aura un impact majeur sur les milieux de travail.

Déposé par le ministre du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale, M. Jean Boulet, le projet de loi 59 découle de longs travaux auxquels la FCCQ a activement participé afin de trouver des propositions de changements porteuses et consensuelles entre les associations patronales et syndicales. Dans la mesure où elle fait remonter les préoccupations des entrepreneurs auprès du gouvernement, la FCCQ se distingue comme le porte-voix des entrepreneurs partout au Québec.

« Notre régime de santé et sécurité du travail n’est plus adapté à notre société actuelle. En effet, il est lourd à administrer pour nos employeurs et difficile à mettre en application dans nos milieux de travail. Également, nous retrouvons peu de mécanismes qui favorisent un retour au travail rapide et durable à la suite d’une lésion professionnelle. Pour toutes ces raisons, la FCCQ se montre favorable depuis plusieurs années déjà à la modernisation du régime actuel », a déclaré Charles Milliard, président-directeur général de la FCCQ.

Des mécanismes de prévention adaptés pour les petites entreprises

Selon la FCCQ, les nouveaux mécanismes de prévention imposés aux milieux de travail devront être adaptés à la réalité de chaque entreprise. En ce sens, les obligations supportées par les entreprises devront être modulables en fonction de leur capacité à les mettre en place.

« Nous pensons irréalistes d’exiger aux petites entreprises de moins de 20 travailleurs de réaliser un programme de prévention et surtout de le mettre en place convenablement. Nous devons axer davantage ces nouveaux mécanismes sur l’accompagnement et la formation, tout en offrant aux entreprises un accès à des ressources adéquates » a souligné Charles Milliard.

Crédibiliser les diagnostics de lésion psychologique

Ces dernières années, le Québec s’est davantage préoccupé des enjeux liés à la santé psychologique. Pour autant, les réclamations pour des lésions psychologiques font l’objet de nombreuses contestations et les délais en arbitrage médical pour ce type de lésions sont importants.

Selon la FCCQ, cette situation est intenable et cause du tort non seulement aux employeurs, mais également aux travailleurs.

« Nous devons absolument crédibiliser l’admissibilité de ces diagnostics afin de réduire le nombre de contestations. Nous proposons ainsi la mise en place d’un comité sur les lésions psychologiques constituées de psychologues et de psychiatres, à l’image du succès connu par les comités sur les maladies pulmonaires », a ajouté Charles Milliard.

Un régime basé sur les régimes assurantiels

Au fil des ans, les critères d’accès au régime ont été élargis, et de nombreux coûts qui ne devraient pas être absorbés par le régime SST le sont dorénavant. La FCCQ rappelle que le Tribunal administratif du travail traite quotidiennement ces situations et admet le partage de ces coûts à l’ensemble des employeurs plutôt qu’à un employeur en particulier.

« Les employeurs ne devraient pas couvrir seuls tous ces coûts, que l’on appelle non imputés. En reconnaissant cette iniquité, les employeurs auraient davantage confiance au régime et moins de dossiers se retrouveraient devant les tribunaux », a conclu Charles Milliard.

La FCCQ a déposé un mémoire à la Commission de l’économie et du travail dans lequel figurent 40 recommandations et sera en commission parlementaire ce mercredi 20 janvier à 17h20.

Le mémoire de la FCCQ est consultable ici.

À propos de Charles Milliard
Président-directeur général

Charles Milliard est président-directeur général de la Fédération des chambres de commerce du Québec depuis janvier 2020. Gestionnaire chevronné, il a une longue expérience en affaires publiques, plus particulièrement dans le secteur pharmaceutique, de la santé et des sciences de la vie. Il a œuvré au sein du Groupe Uniprix durant 14 ans, occupant plusieurs responsabilités dans l’ensemble des fonctions de l’organisation. De 2013 à 2016, il y a occupé le rôle de vice-président exécutif du Groupe, ayant sous sa supervision la moitié des employés du siège social. Avant de se joindre à la FCCQ, il était vice-président, Santé, au sein du cabinet de relations publiques NATIONAL. Au fil des années, Charles Milliard a acquis une solide expérience en gestion d’enjeux stratégiques et financiers, en développement de stratégies politiques et gouvernementales, et a su développer d’importantes habiletés de leadership et de représentation publique des organisations.

Titulaire d’un baccalauréat en pharmacie et d’un certificat en économique de l’Université Laval, ainsi que d’un MBA de HEC Montréal, Charles Milliard est membre de l’Ordre des Pharmaciens du Québec. Chroniqueur santé à diverses émissions télé au cours des dernières années (Radio-Canada, TVA et V), il s’implique en outre à titre personnel au sein de plusieurs organismes culturels, notamment à titre de président du conseil d’administration du Festival TransAmériques et d’administrateur à l’Orchestre symphonique de Montréal, au Conseil des Arts de Montréal et à la Fondation Armand-Frappier.

  1. La Fédération des chambres de commerce du Québec (FCCQ) lance dès aujourd’hui son offensive sur les réseaux sociaux pour inviter les entreprises à participer à l’effort de vaccination. Grâce à son réseau de 130 chambres de commerce, la FCCQ a pour ambition d’identifier les entreprises intéressées situées en milieu urbain et dans les régions plus... En savoir plus
  2. Alors qu’on fait état du manque criant de places de qualité en services de garde éducatifs à l’enfance, la Fédération des chambres de commerce du Québec (FCCQ), en compagnie de l’Association québécoise des centres de la petite enfance (AQCPE) et de l’Association des garderies privées du Québec (AGPQ), constate que cette situation a également un... En savoir plus
  3. La Fédération des chambres de commerce du Québec (FCCQ) fera le lien entre le gouvernement du Québec et les entreprises qui souhaitent accueillir des campagnes de vaccination. Pour ce faire, la FCCQ lance aujourd’hui un formulaire en ligne pour que les entreprises intéressées puissent signifier leur intérêt, afin de permettre aux autorités gouvernementales d’identifier les meilleurs... En savoir plus
Ce type de contenu vous intéresse? Abonnez-vous au FCCQeXpress, le bulletin bi-mensuel de la FCCQ. On y retrouve toute l’actualité de la Fédération et de nos partenaires!