Publié dans Communiqués

Les Québécois appuient le projet d’oléoduc Enbridge

La Fédération des chambres de commerce du Québec (FCCQ) dévoile les résultats d’un sondage d’opinion mené auprès de la population québécoise. Par ce sondage, la FCCQ souhaitait mesurer l’opinion des Québécois relativement au projet d’oléoduc entre Sarnia (Ontario) et Montréal. Résultat : plus de 7 Québécois sur 10 (71%) disent être favorables à ce projet.

Ce sondage, mené par la firme indépendante CROP entre les 5 et 10 décembre dernier auprès d’un échantillon de 1000 personnes, s’inscrit dans la continuité des enjeux prioritaires pour l’avenir économique du Québec, tels que présentés dans la Vision économique 2012-2020 de la FCCQ, et son dévoilement fait suite à une tournée des régions ressources où la FCCQ  a pris le pouls des entreprises liées à l’exploitation des richesses naturelles et dont elle divulguait le bilan mercredi dernier.

Le sondage nous apprend  que 4 Québécois sur 5 (79%) sont d’accord avec le constat que le projet permettrait au Québec d’être moins dépendant du pétrole d’Afrique et du Moyen-Orient, et que 3 sur 4 (74%) conviennent que le transport du pétrole par oléoduc est plus sécuritaire que par bateau. « La réalisation de ce pipeline nous permettrait d’atteindre à la fois l’indépendance énergétique et la sécurité dans l’approvisionnement de pétrole et d’avoir accès à des réserves de pétrole moins coûteuses. C’est donc un projet porteur pour toute la société québécoise qui, rappelons-le, paye à des pays étrangers une facture annuelle totale de 12 milliards $ pour combler ses besoins en pétrole », déclare la présidente-directrice générale de la FCCQ, Françoise Bertrand.

Le sondage démontre aussi clairement que les Québécois s’attendent à ce que le gouvernement mette en place les conditions nécessaires pour favoriser un approvisionnement en pétrole canadien : les ¾ (76%) choisissent le pétrole des sables bitumineux plutôt que le pétrole d’Afrique du Nord (24%).

De plus, en diversifiant les sources d’approvisionnement, nous permettons à nos deux raffineries d’être plus compétitives et ultimement, cela permettra de consolider et créer environ 2000 emplois dans l’Est de Montréal et à Québec. Cet argument est aussi considéré comme un incontournable pour les Québécois : 3 sur 4 (73%) pensent que cela permettra de créer des emplois dans le secteur pétrochimique à Montréal. « Cinq raffineries ont fermé leurs portes au cours des 30 dernières années : ce sont des milliers d’emplois directs et indirects qui ont été perdus dans ce marché », rappelle Mme Bertrand.

Rappelons qu’en avril dernier,  la FCCQ avait commandé un sondage au sujet du développement des ressources naturelles au Québec. Cette étude menée par Léger Marketing démontrait notamment  qu’une majorité de Québécois  (78%) pensaient qu’afin d’assurer la prospérité des générations à venir, le gouvernement devait faire du développement des ressources naturelles une priorité du développement économique. « La FCCQ se réjouit de voir que les Québécois appuient fermement le projet d’oléoduc d’Enbridge et souhaite qu’un jour, pas trop lointain, nous puissions développer une filière québécoise du pétrole. D’ailleurs, nous saluons l’ouverture exprimée par la première ministre dans son Discours inaugural et dans ses échanges avec la première ministre de l’Alberta », de conclure Mme Bertrand.

Pour visualiser les résultats du sondage, veuillez cliquer ici.

  1. Pour les PME et les centaines de milliers de travailleurs de l’industrie touristique québécoise, l’annonce d’investissements de 58,5 M$ d’aide financière pour la création ou l’amélioration des expériences touristiques est une bonne nouvelle, affirme la Fédération des chambres de commerce du Québec (FCCQ). « L’industrie touristique québécoise est bien diversifiée, attire de nombreuses catégories de... En savoir plus
  2. S’il y a une chose qui ne change pas, en politique, c’est la lourdeur qui entrave les discussions entre Québec et Ottawa sur le financement des infrastructures.  Peu importe les gouvernements au pouvoir, on assiste toujours au lancement de programmes de soutien aux infrastructures de plusieurs milliards de dollars, puis on négocie avec les provinces... En savoir plus
  3. L’octroi d’un contrat pour la construction de deux traversiers au chantier naval de Davie, à Lévis, permettra de sécuriser plus de 400 emplois spécialisés et de consolider l’expertise navale québécoise, ce que la Fédération des chambres de commerce du Québec (FCCQ) considère une bonne nouvelle pour toute la chaîne d’approvisionnement du chantier lévisien et pour... En savoir plus
Ce type de contenu vous intéresse? Abonnez-vous au FCCQeXpress, le bulletin bi-mensuel de la FCCQ. On y retrouve toute l’actualité de la Fédération et de nos partenaires!