Publié dans Communiqués

Les négociations entre le Canada, les États-Unis et le Mexique doivent reprendre et mettre fin à l’incertitude qui nuit à la compétitivité

Par Stéphane Forget, MBA
Président-directeur général

L’entente survenue entre les États-Unis et le Mexique envoie le signal que l’administration fédérale américaine est disposée à avancer sur la question des échanges commerciaux avec ses voisins, croit la Fédération des chambres de commerce du Québec (FCCQ). La relation canado-américaine est unique, par son ampleur, dans l’histoire économique moderne. Il est primordial que les négociations reprennent entre les trois pays, afin de compléter la renégociation de l’Accord de libre-échange nord-américain.

« La FCCQ croit qu’un retour constructif de toutes les parties à la table des négociations peut mettre un terme à des tensions qui nuisent présentement aux échanges commerciaux », soutient Stéphane Forget, président-directeur général de la FCCQ. « Reprendre les négociations avec les États-Unis et le Mexique veut dire travailler à assurer la compétitivité et les opportunités d’échange avec nos voisins nord-américains. »

Dans son mémoire, déposé au début du processus de renégociation en septembre 2017, la FCCQ avait recommandé d’assurer la continuité de l’accès aux marchés, de faciliter le déplacement des gens d’affaires, d’assurer un meilleur arrimage des règlements douaniers, de promouvoir la coopération environnementale, de maintenir les mécanismes existants de règlement de différends et d’encadrer le commerce électronique.

De plus, la FCCQ croit toujours qu’il importe de maintenir le système de gestion de l’offre en agriculture : « La gestion de l’offre a été mise en place pour appuyer, certes, l’industrie, mais aussi pour éviter de verser d’importantes subventions agricoles et pour protéger les marchés agricoles canadiens concernés contre les fluctuations excessives des prix sur les marchés internationaux », rappelle Stéphane Forget. Au Québec, plus de 6 900 entreprises agricoles, réparties dans toutes les régions, opèrent dans ce système; elles sont responsables de plus de 40 % des recettes agricoles totales.

Par ailleurs, une nouvelle entente doit mettre fin aux surtaxes imposées sur les exportations canadiennes, dont l’aluminium, l’acier et le bois d’œuvre, qui ont des effets néfastes des deux côtés de la frontière. « En plus de nuire à la compétitivité des entreprises d’ici, de nombreux produits achetés par les consommateurs américains subissent les conséquences de cette hausse des tarifs douaniers », souligne Stéphane Forget.

Comme elle l’a fait avec diverses initiatives permettant aux entreprises québécoises de s’informer et faire valoir leur point de vue sur la renégociation de l’accord tripartite, avec entre autres ses RV ALENA et ses efforts de diplomatie économique, la FCCQ continuera de porter les attentes des entreprises d’ici. « Il faut mettre un terme à l’incertitude ambiante, générée par la renégociation de l’ALENA et les mesures protectionnistes mises en place par l’administration américaine au cours des derniers mois », conclut Stéphane Forget.

À propos de Stéphane Forget, MBA
Président-directeur général

Stéphane Forget est président-directeur général de la Fédération des chambres de commerce du Québec. À la FCCQ depuis 2014, il a d’abord occupé le poste de vice-président, Stratégie et affaires économiques. Auparavant à la Société de transport de Montréal (STM), il a agi à titre de directeur exécutif, Relations externes et planification stratégique ainsi qu’à titre de directeur, Coordination des dossiers stratégiques.

Précédemment, il a cumulé une vaste expérience des affaires gouvernementales et publiques, occupant diverses fonctions au sein de la Ville de Montréal, dans le monde associatif,  à la Société Radio-Canada et au gouvernement du Québec.

Il est détenteur d’une maîtrise en administration des affaires (MBA) de l’École des sciences de la gestion de l’Université du Québec à Montréal  (ESG-UQAM) et d’un certificat en droit de l’Université de Montréal.

Monsieur Forget est membre du Conseil et du comité exécutif de la Commission des partenaires du marché du travail (CPMT), membre du Conseil d’administration de la Commission des normes, de l’équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST) et membre du Comité consultatif du travail et de la main d’œuvre (CCTM).

  1. Ce midi, les RV Internationaux COREX recevaient le gouverneur du Vermont, M. Phil Scott, qui a souligné la richesse des liens qui unissent le Québec et le Vermont, au-delà des relations commerciales. En raison de sa proximité géographique, mais aussi par les liens historiques qui unissent Vermontais et Québécois,  l’État du Vermont est un marché... En savoir plus
  2. Devant la décision rendue aujourd’hui par la Cour suprême du Canada confirmant la validité quant à la création d’une Commission pancanadienne des valeurs mobilières, la Fédération des chambres de commerce du Québec (FCCQ) rappelle l’importance pour le Québec de maintenir son propre système de réglementation des valeurs mobilières. « Cette décision vient affaiblir le Québec... En savoir plus
  3. Relevant du Président-directeur général, le titulaire du poste s’assure du bon fonctionnement du bureau et de la saine gestion des ressources de l’organisation (financières, humaines, matérielles, informationnelles). Il administre et analyse l’application des procédures comptables pour rendre compte de la situation de l’organisation et est garant des politiques et procédures internes. Il est responsable de... En savoir plus
Ce type de contenu vous intéresse? Abonnez-vous au FCCQeXpress, le bulletin bi-mensuel de la FCCQ. On y retrouve toute l’actualité de la Fédération et de nos partenaires!