Publié dans Communiqués

Les chambres de commerce du Bas-St-Laurent et de la Gaspésie réclament le prolongement de l’autoroute 20: Des infrastructures répondant aux besoins et de qualité sont nécessaires à l’atteinte du plein potentiel économique, considère la FCCQ

Par Stéphane Forget, MBA
Président-directeur général

Des infrastructures telles l’autoroute 20 sont essentielles au développement économique régional, tant pour le transport de marchandises que le transport de personnes, soutient la Fédération des chambres de commerce du Québec (FCCQ).

« Le parachèvement de l’autoroute 20 vers l’est, entre Notre-Dame-des-Neiges et Le Bic, doit faire partie des projets structurants dont le Bas-St-Laurent et la Gaspésie ont besoin, afin d’améliorer la fluidité dans le déplacement des travailleurs et le transport de marchandises », souligne le président-directeur général de la FCCQ, Stéphane Forget. « Alors que la route 132 a été fermée à plusieurs reprises, entre autres pour des conditions climatiques difficiles, le Québec économique ne devrait pas accepter qu’une de ses régions ne puisse avoir les infrastructures de transport nécessaires. »

Selon une étude du Centre interuniversitaire de recherche en analyse des organisations (CIRANO), citée dans la section portant sur les infrastructures du plan de développement économique de la FCCQ, « Un pays peut disposer de la main-d’œuvre et de l’expertise des plus qualifiées, si celles-ci ne sont pas accessibles facilement par l’entremise d’infrastructures fiables et de qualité, les entreprises d’ailleurs n’y auront pas recours ». Dans le même esprit, le Fonds monétaire international affirme qu’une une hausse des dépenses d’investissement en infrastructures équivalente à 1 % du PIB augmente le niveau de la production d’environ 0,4 % la même année et de 1,5 % après quatre ans.

« En plus de réduire les impacts présentement ressentis dans le Bas-Saint-Laurent et la Gaspésie, à cause du manque de fluidité des transports, le prolongement de l’autoroute 20 facilitera l’attraction d’entreprises dans la région et la croissance de celles en place. », conclut Stéphane Forget.

À propos de Stéphane Forget, MBA
Président-directeur général

Stéphane Forget est entré en fonction en tant que président-directeur général de la FCCQ en octobre 2016. Il s’est joint à la FCCQ en 2014, au poste de vice-président, Stratégie et affaires économiques. Auparavant à la Société de transport de Montréal (STM), il a agi à titre de directeur exécutif, Relations externes et planification stratégique, ainsi qu’à titre de directeur, Coordination des dossiers stratégiques.

Dans le cadre de ses fonctions à la FCCQ, M. Forget est membre du Conseil d’administration et du comité exécutif de la Commission des partenaires du marché du travail (CPMT), membre du Conseil d’administration de la Commission des normes, de l’équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST), membre du Comité consultatif du travail et de la main d’œuvre (CCTM).

Précédemment, il a cumulé une vaste expérience des affaires gouvernementales et publiques, occupant diverses fonctions au sein de la Ville de Montréal, dans le monde associatif, à la Société Radio-Canada et au gouvernement du Québec. Il est détenteur d’une maîtrise en administration des affaires (MBA) de l’École des sciences de la gestion de l’Université du Québec à Montréal (ESG-UQAM) et d’un certificat en droit de l’Université de Montréal.

  1. Les mesures annoncées aujourd’hui par le gouvernement du Québec pour soutenir les entreprises qui subissent les conséquences de l’incertitude générées par les tensions commerciales entre le Canada et les États-Unis répondent aux besoins des entreprises, selon la Fédération des chambres de commerce du Québec (FCCQ). « La réduction de la cotisation au Fonds de santé et... En savoir plus
  2. La mise sur pied d’un sous-comité du Forum d’échanges sur les contrats des organismes publics dans le domaine de la construction, par le ministre délégué à l’Intégrité des marchés publics et aux Ressources informationnelles, Robert Poëti, était la décision à prendre mais il ne faut pas s’arrêter à cette étape, affirme la Fédération des chambres... En savoir plus
  3. La signature d’une déclaration commune par le premier ministre du Québec, Philippe Couillard, et le gouverneur du Vermont, Philip B. Scott, à Stowe, VT, démontre que la volonté de collaboration reste plus forte que le protectionnisme préconisé par l’administration fédérale américaine, et ce, des deux côtés de la frontière. Plus encore, cette déclaration, qui porte... En savoir plus
Ce type de contenu vous intéresse? Abonnez-vous au FCCQeXpress, le bulletin bi-mensuel de la FCCQ. On y retrouve toute l’actualité de la Fédération et de nos partenaires!