Publié dans Lettres ouvertes

Le premier budget du gouvernement Legault : Transformer les promesses en mesures concrètes

Par Stéphane Forget, MBA, ASC
Président-directeur général

Jeudi, le ministre des Finances Éric Girard déposera le premier budget d’un gouvernement de la Coalition Avenir Québec. Les Québécois et les milieux d’affaires sont en droit de nourrir des attentes élevées à l’égard de ce gouvernement qui a fait campagne sur ses compétences en économie. Lors de la présentation de son conseil des ministres, le 18 octobre dernier, le premier ministre François Legault n’a d’ailleurs pas hésité à affirmer qu’il disposait d’une « équipe économique de rêve. »

Une telle équipe doit avoir en toile de fond un plan qui maintient le cap en matière de saine gestion des finances publiques. Tant que la croissance économique tient bon, il faut en profiter pour continuer de désendetter le Québec, tout en prévoyant un plan de relance si la conjoncture le rendait nécessaire.

La FCCQ est d’avis que ce budget devrait cibler trois priorités, essentielles à une croissance économique pérenne au Québec.

Pallier la rareté de main-d’œuvre

D’abord, depuis cinq ans, et pour au moins une génération, la rareté de main-d’œuvre est et restera le principal obstacle à la compétitivité et à la croissance des entreprises du Québec. C’est particulièrement le cas en région. La FCCQ recommande de mettre en place de puissants incitatifs, notamment fiscaux, afin de favoriser la participation de tous au marché du travail et l’adaptation des milieux de travail à cette nouvelle réalité. Il nous faut viser une meilleure rétention des travailleurs expérimentés et une meilleure sélection et intégration des immigrants. Nous souhaitons aussi l’adoption d’une culture de formation tout au long de la vie, notamment pour que les compétences des travailleurs évoluent au fil des intenses changements technologiques en cours.

Soutenir l’innovation et accroître l’intensité technologique

Il n’y a pas d’enrichissement collectif sans accroissement de la productivité. Pour atteindre de meilleurs résultats en la matière, les entreprises doivent bénéficier du soutien à l’innovation requis pour investir dans des technologies productives et existantes, car l’aspect financier constitue un frein à de tels investissements pour nombre d’entreprises. Au-delà de la recherche et développement essentiels à l’innovation, des mesures fiscales permettant d’adopter des technologies existantes porteuses de productivité amèneraient certainement des résultats.

Stimuler l’entrepreneuriat

Finalement, le succès économique d’une société est en bonne partie conditionné par des enjeux moins tangibles et pourtant omniprésents. D’un côté, la réglementation et les contraintes associées, de l’autre, l’attitude et le climat entourant l’entreprise et l’investissement. L’énoncé budgétaire représente une opportunité de démontrer concrètement l’intérêt du gouvernement envers l’entrepreneuriat, en accélérant l’accès des entreprises au capital de risque pour des idées innovantes qui n’ont jamais été testées, permettant ainsi de mettre en marché plus rapidement des projets novateurs.

Il importe aussi de maintenir un climat propice à l’investissement, notamment en réduisant les contraintes réglementaires et administratives qui freinent l’innovation, en particulier celles dont l’objet véritable n’est pas de protéger les consommateurs ou les travailleurs mais qui créent plutôt des barrières à l’entrée.

Souhaitons que le gouvernement propose aux Québécois un budget porteur d’une vision à la fois cohérente, ambitieuse et réaliste; un budget qui trace un chemin clair vers la réalisation de l’immense potentiel du Québec et de celles et ceux qui l’habitent.

La FCCQ n’en attend pas moins de ce premier budget caquiste.

À propos de Stéphane Forget, MBA, ASC
Président-directeur général

Stéphane Forget est président-directeur général de la Fédération des chambres de commerce du Québec. À la FCCQ depuis 2014, il a d’abord occupé le poste de vice-président, Stratégie et affaires économiques. Auparavant à la Société de transport de Montréal (STM), il a agi à titre de directeur exécutif, Relations externes et planification stratégique ainsi qu’à titre de directeur, Coordination des dossiers stratégiques.

Précédemment, il a cumulé une vaste expérience des affaires gouvernementales et publiques, occupant diverses fonctions au sein de la Ville de Montréal, dans le monde associatif,  à la Société Radio-Canada et au gouvernement du Québec.

Il est détenteur d’une maîtrise en administration des affaires (MBA) de l’École des sciences de la gestion de l’Université du Québec à Montréal  (ESG-UQAM) et d’un certificat en droit de l’Université de Montréal. Au printemps 2019, il a obtenu la désignation d’administrateur de sociétés certifié (ASC).

Monsieur Forget est membre du Conseil et du comité exécutif de la Commission des partenaires du marché du travail (CPMT), membre du Conseil d’administration de la Commission des normes, de l’équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST) et membre du Comité consultatif du travail et de la main d’œuvre (CCTM).

  1. Pour les PME et les centaines de milliers de travailleurs de l’industrie touristique québécoise, l’annonce d’investissements de 58,5 M$ d’aide financière pour la création ou l’amélioration des expériences touristiques est une bonne nouvelle, affirme la Fédération des chambres de commerce du Québec (FCCQ). « L’industrie touristique québécoise est bien diversifiée, attire de nombreuses catégories de... En savoir plus
  2. S’il y a une chose qui ne change pas, en politique, c’est la lourdeur qui entrave les discussions entre Québec et Ottawa sur le financement des infrastructures.  Peu importe les gouvernements au pouvoir, on assiste toujours au lancement de programmes de soutien aux infrastructures de plusieurs milliards de dollars, puis on négocie avec les provinces... En savoir plus
  3. L’octroi d’un contrat pour la construction de deux traversiers au chantier naval de Davie, à Lévis, permettra de sécuriser plus de 400 emplois spécialisés et de consolider l’expertise navale québécoise, ce que la Fédération des chambres de commerce du Québec (FCCQ) considère une bonne nouvelle pour toute la chaîne d’approvisionnement du chantier lévisien et pour... En savoir plus
Ce type de contenu vous intéresse? Abonnez-vous au FCCQeXpress, le bulletin bi-mensuel de la FCCQ. On y retrouve toute l’actualité de la Fédération et de nos partenaires!