Publié dans Lettres ouvertes

L’accès aux services de santé : cul-de-sac !

Au Québec, comme dans les autres provinces canadiennes, l’accès aux principaux services de santé est universel et gratuit. Une fois entré dans le système de santé, les services offerts sont de grande qualité. Le problème, c’est d’y avoir accès.

Quelques données l’illustrent bien :

  • 28 % des québécois n’ont pas de médecins de famille (contre 9 % en Ontario);
  • le délai moyen d’attente pour les patients en civière dans les hôpitaux du Québec est de 17½ heures, par rapport à une cible de 12 heures. Dans plusieurs hôpitaux, cette attente peut dépasser 48 heures;
  • au Québec, 61 % des médecins mentionnent, lors d’une enquête internationale, que leurs patients ont souvent de la difficulté à obtenir des examens diagnostiques spécialisés (contre 38 % au Canada et moins de 10 % au Pays-Bas et en Suisse);
  • selon la même enquête, 85 % des médecins québécois affirment que leurs patients doivent souvent attendre trop longtemps avant de voir un spécialiste (contre 73 % au Canada et moins de 25 % aux Pays-Bas et en Suisse).

L’ajout d’argent n’améliore rien

Même en payant toujours plus, les services rendus et le nombre d’actes médicaux diminuent au lieu d’augmenter. Des chercheurs ont calculé qu’entre 1998 et 2008, les dépenses publiques en santé par habitant au Québec ont augmenté de 2,7 % par année, alors qu’au cours de la même période :

  • le nombre de médecins par habitant a diminué de 1,9 %;
  • le nombre de nuitées d’hospitalisation (normalisé) par 100 000 habitants a baissé de 2 %
  • le nombre de chirurgies par 1000 habitants a diminué de 1 %.

Ceci implique que nous allouons plus de fonds à la santé dans l’espoir d’obtenir plus de services et de réduire les délais d’attente et c’est le contraire qui semble se produire.
Par ailleurs, les délais d’attente vont s’allonger parce que les coûts de santé augmentent considérablement à l’âge avancé. En 2010, les dépenses de santé étaient en moyenne de 2 597 $ pour les personnes de 45 à 64 ans et de 13 012 $ pour les personnes de 75 à 84 ans. Or, la population du Québec vieillit de manière accélérée. Nous sommes dans un cul-de-sac : oui, notre régime de santé est universel et gratuit, mais il n’est plus en mesure de répondre aux besoins.

Éviter le repli sur soi et plutôt viser l’émulation

Le réseau public de santé déborde de partout. Les délais d’attente s’allongent. Le personnel s’épuise prématurément, souffre d’une grave démotivation et part hâtivement à la retraite. Et pourtant, on s’entête à vouloir tout ramener dans le secteur public, à faire la chasse à la moindre contribution du secteur privé. Imaginez la lourdeur si tout ce qui se fait actuellement dans le privé se faisait dans le public.

Le secteur public de santé doit envisager de manière pragmatique et sereine des collaborations avec le secteur privé. Il doit se donner les moyens d’apprendre des pratiques innovantes et plus productives. Le secteur privé ne peut pas tout régler, mais il peut apporter une contribution significative pour faciliter l’accès au système public de santé sans menacer d’aucune manière le principe d’universalité.

  1. La recherche permanente d’alternatives pour contribuer au développement économique et social du Québec a mobilisé la Fédération des chambres de commerce du Québec (FCCQ) et le Réseau des Sociétés d’aide au développement des collectivités et les Centres d’aide aux entreprises (SADC+CAE) pour soutenir des activités qui facilitent l’adoption de la technologie numérique par les petites... En savoir plus
  2. La recherche permanente d’alternatives pour contribuer au développement économique et social du Québec a mobilisé la Fédération des chambres de commerce du Québec (FCCQ) et le Réseau des Sociétés d’aide au développement des collectivités et les Centres d’aide aux entreprises (SADC+CAE) dans le but d’aider les entreprises à prendre leur virage numérique, à accroître leur... En savoir plus
Ce type de contenu vous intéresse? Abonnez-vous au FCCQeXpress, le bulletin bi-mensuel de la FCCQ. On y retrouve toute l’actualité de la Fédération et de nos partenaires!