Publié dans Lettres ouvertes

Guichets automatiques privés : ne pas jeter le bébé avec l’eau du bain

Par Stéphane Forget, MBA, ASC
Président-directeur général

Depuis le mois d’avril dernier, certains reportages ont révélé le retard qu’a pris une partie des exploitants de guichets automatiques privés dans l’obtention du nouveau permis qui leur est exigé depuis 2013.

La Fédération des chambres de commerce du Québec (FCCQ) préconisera toujours la probité dans les affaires et le commerce. Si certains exploitants de guichets automatiques privés ne se conforment pas à la loi, et permettent ou tolèrent des pratiques illégales, nous encourageons les autorités à appliquer la loi de manière rigoureuse et à user de mesures appropriées.

Toutefois, il faut prendre garde de ne pas éclabousser inutilement toute une industrie. En réalité, des milliers de petites entreprises québécoises dans le secteur du commerce de détail, notamment des dépanneurs, des restaurants et des stations d’essence, jouent selon les règles et offrent dans leur établissement l’accès à un guichet automatique qui distribue de l’argent propre. Il nous apparaît bon de rappeler que non seulement les opérateurs de guichets automatiques privés doivent pratiquer leurs activités dans le cadre de la Loi sur les entreprises de services monétaires, mais qu’ils sont en plus soumis à la réglementation d’Interac qui vise à contrer le blanchiment d’argent. De plus, les opérateurs de ces guichets sont soumis à des contraintes et doivent faire preuve de transparence, car chaque dollar transigé dans un guichet privé doit pouvoir être suivi.

Du point de vue des consommateurs, ces guichets automatiques privés sont parfois l’un des rares points d’accès à la liquidité dans des régions et des villages plus éloignés des centres de service. Ils sont appréciés et constituent un service de proximité grandement utile et nécessaire à la population.

L’une des missions de la FCCQ est d’appuyer le développement des entreprises de l’ensemble des secteurs économiques et des régions du Québec. Dans le contexte actuel où l’environnement économique et le commerce de détail sont en profonde mutation, les commerçants doivent redoubler d’efforts pour demeurer compétitifs. Pour plusieurs, l’exploitation de guichets automatiques privés en complément à leurs activités commerciales contribue à bonifier leur offre de services, tout en leur assurant un revenu nécessaire qui contribue à la poursuite de leurs activités.

Les propos qui découlent de certains reportages, voulant que l’exploitation de guichets automatiques privés engendrerait une activité frauduleuse généralisée, causent un tort à des milliers de propriétaires de petites entreprises québécoises, et nuisent au développement de cette industrie légitime et utile.

Les chambres de commerce de toutes les régions comptent parmi leurs membres de nombreux petits commerces qui participent à l’essor économique du Québec. Leurs propriétaires et leurs dirigeants sont des hommes et des femmes qui contribuent activement au développement de leurs communautés et, ce faisant, à accroître la qualité de vie de leurs résidents. À notre avis, il faut donner l’heure juste sur les effets des décisions qui affectent les citoyens, les entreprises ou les collectivités, mais prenons garde, dans un effort légitime pour débusquer des contrevenants, de ne pas jeter le bébé avec l’eau du bain.

À propos de Stéphane Forget, MBA, ASC
Président-directeur général

Stéphane Forget est président-directeur général de la Fédération des chambres de commerce du Québec. À la FCCQ depuis 2014, il a d’abord occupé le poste de vice-président, Stratégie et affaires économiques. Auparavant à la Société de transport de Montréal (STM), il a agi à titre de directeur exécutif, Relations externes et planification stratégique ainsi qu’à titre de directeur, Coordination des dossiers stratégiques.

Précédemment, il a cumulé une vaste expérience des affaires gouvernementales et publiques, occupant diverses fonctions au sein de la Ville de Montréal, dans le monde associatif,  à la Société Radio-Canada et au gouvernement du Québec.

Il est détenteur d’une maîtrise en administration des affaires (MBA) de l’École des sciences de la gestion de l’Université du Québec à Montréal  (ESG-UQAM) et d’un certificat en droit de l’Université de Montréal. Au printemps 2019, il a obtenu la désignation d’administrateur de sociétés certifié (ASC).

Monsieur Forget est membre du Conseil et du comité exécutif de la Commission des partenaires du marché du travail (CPMT), membre du Conseil d’administration de la Commission des normes, de l’équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST) et membre du Comité consultatif du travail et de la main d’œuvre (CCTM).

  1. La Fédération des chambres de commerce du Québec (FCCQ) déplore la décision de l’administration américaine d’imposer de nouvelles surtaxes de 10% sur l’aluminium canadien, alors que 90% de la production nationale provient du Québec. Cette annonce représente une menace pour notre économie, tout en nuisant aux intérêts de plusieurs entreprises au sud de la frontière.... En savoir plus
  2. Montréal, le 7 août 2020 —  La Fédération des chambres de commerce du Québec (FCCQ), l’Alliance de l’industrie touristique du Québec (AITQ), le Conseil du patronat du Québec (CPQ) et l’Union des municipalités du Québec (UMQ) ont proposé aujourd’hui au ministre des Transports du Québec, monsieur François Bonnardel, un nouveau modèle d’exploitation pour les dessertes... En savoir plus
  3. Le programme des Prix pour le bénévolat du Canada (PBC) reconnaît chaque année la contribution exceptionnelle de personnes, d’organisations à but non lucratif et d’entreprises qui ont posé des gestes remarquables pour changer les choses dans leur milieu. En période difficile comme celle que nous traversons, ces initiatives prennent une dimension d’autant plus salvatrice. Non... En savoir plus
Ce type de contenu vous intéresse? Abonnez-vous au FCCQeXpress, le bulletin bi-mensuel de la FCCQ. On y retrouve toute l’actualité de la Fédération et de nos partenaires!