Publié dans Communiqués

GESTION DE L’OFFRE: Le gouvernement fédéral doit définir et déployer rapidement les mesures d’atténuation promises aux producteurs et transformateurs laitiers

Par Stéphane Forget, MBA, ASC
Président-directeur général

La Fédération des chambres de commerce du Québec (FCCQ) propose une série de mesures d’atténuation pour soutenir les producteurs et transformateurs laitiers du Québec devant l’ouverture du marché canadien aux entreprises agroalimentaires étrangères. Dans son mémoire, adressé au gouvernement fédéral et rendu public aujourd’hui, la FCCQ demande que le budget du 19 mars prochain comprenne les mesures compensatoires demandées depuis plusieurs mois.

« Au cours des dernières années, plusieurs producteurs et transformateurs laitiers ont dénoncé le retard dans le versement des compensations prévues face à l’ouverture partielle des marchés. Des mesures d’atténuation claires, équitables et efficaces sont attendues », soutient Stéphane Forget, président-directeur général de la FCCQ.

Les recommandations de la FCCQ visent entre autres :

  • à définir à court terme les paramètres des programmes de compensation pour les producteurs et transformateurs laitiers;
  • à ce que le calcul soit fait en fonction de la valeur actuelle nette des pertes perpétuelles;
  • à ce que les mesures de compensation assurent aux producteurs et transformateurs québécois de recevoir leur juste part et soient structurées en fonction de critères objectifs et transparents;
  • à veiller au versement rapide des compensations promises aux producteurs et transformateurs laitiers;
  • à ce que les compensations soient versées au prorata des volumes canadiens de production par province;
  • et à inclure les mesures d’atténuation nécessaires pour les autres produits agricoles sous gestion de l’offre.

Le nouvel Accord Canada—États-Unis—Mexique (ACÉUM) constitue la troisième brèche dans le système canadien de gestion de l’offre, après l’Accord économique et commercial global (AECG) et l’Accord de Partenariat transpacifique global et progressiste (PTPGP). En incluant les autres accords commerciaux, l’accès consenti représente désormais l’équivalent de 10 % de la production laitière canadienne.

«  Le gouvernement doit préserver les principes retrouvés dans le système de gestion de l’offre qui a permis à des milliers de petits producteurs de développer et poursuivre leurs activités », poursuit Stéphane Forget.

L’importance de la filière laitière du Québec

L’industrie laitière est très importante dans l’économie québécoise, alors que le Québec compte approximativement plus de 5 400 fermes laitières ainsi que 110 usines de transformation laitières, responsables respectivement de plus de 49 000 et 33 000 emplois directs et indirects selon des données de 2014.

« Les conséquences de l’ouverture des marchés agricoles, assujetties à la gestion de l’offre, sont notables et réelles pour les entreprises concernées. Le gouvernement fédéral doit assurer un soutien immédiat aux producteurs et transformateurs laitiers du Québec en annonçant rapidement des mesures de compensation qu’il a évoquées et ce, dans son prochain budget », conclut Stéphane Forget.

Le mémoire de la FCCQ, intitulé Soutien aux producteurs et transformateurs laitiers québécois à la suite de la conclusion d’accords commerciaux, se trouve ici.

À propos de Stéphane Forget, MBA, ASC
Président-directeur général

Stéphane Forget est président-directeur général de la Fédération des chambres de commerce du Québec. À la FCCQ depuis 2014, il a d’abord occupé le poste de vice-président, Stratégie et affaires économiques. Auparavant à la Société de transport de Montréal (STM), il a agi à titre de directeur exécutif, Relations externes et planification stratégique ainsi qu’à titre de directeur, Coordination des dossiers stratégiques.

Précédemment, il a cumulé une vaste expérience des affaires gouvernementales et publiques, occupant diverses fonctions au sein de la Ville de Montréal, dans le monde associatif,  à la Société Radio-Canada et au gouvernement du Québec.

Il est détenteur d’une maîtrise en administration des affaires (MBA) de l’École des sciences de la gestion de l’Université du Québec à Montréal  (ESG-UQAM) et d’un certificat en droit de l’Université de Montréal. Au printemps 2019, il a obtenu la désignation d’administrateur de sociétés certifié (ASC).

Monsieur Forget est membre du Conseil et du comité exécutif de la Commission des partenaires du marché du travail (CPMT), membre du Conseil d’administration de la Commission des normes, de l’équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST) et membre du Comité consultatif du travail et de la main d’œuvre (CCTM).

  1. Pour les PME et les centaines de milliers de travailleurs de l’industrie touristique québécoise, l’annonce d’investissements de 58,5 M$ d’aide financière pour la création ou l’amélioration des expériences touristiques est une bonne nouvelle, affirme la Fédération des chambres de commerce du Québec (FCCQ). « L’industrie touristique québécoise est bien diversifiée, attire de nombreuses catégories de... En savoir plus
  2. S’il y a une chose qui ne change pas, en politique, c’est la lourdeur qui entrave les discussions entre Québec et Ottawa sur le financement des infrastructures.  Peu importe les gouvernements au pouvoir, on assiste toujours au lancement de programmes de soutien aux infrastructures de plusieurs milliards de dollars, puis on négocie avec les provinces... En savoir plus
  3. L’octroi d’un contrat pour la construction de deux traversiers au chantier naval de Davie, à Lévis, permettra de sécuriser plus de 400 emplois spécialisés et de consolider l’expertise navale québécoise, ce que la Fédération des chambres de commerce du Québec (FCCQ) considère une bonne nouvelle pour toute la chaîne d’approvisionnement du chantier lévisien et pour... En savoir plus
Ce type de contenu vous intéresse? Abonnez-vous au FCCQeXpress, le bulletin bi-mensuel de la FCCQ. On y retrouve toute l’actualité de la Fédération et de nos partenaires!