Publié dans Lettres ouvertes

Gérer la santé comme une business ?

Supposons que vous ayez une usine qui fabrique un produit quelconque. Votre usine existe depuis un siècle. Certains de ses ateliers sont ultramodernes, tandis que d’autres ont pris tellement d’âge que leur exploitation est très coûteuse et leur mise à niveau coûterait une fortune.

Un joueur spécialisé vous propose de fabriquer une composante de votre produit dans sa nouvelle usine. Son prix semble avantageux, mais vous hésitez car votre usine a déjà un atelier qui produit cette composante. Or, cet atelier est vieillissant et il faudrait le renouveler.

Faire ou « faire faire », voilà la question. Comment décider de ce qui est le mieux pour l’avenir? La réponse se trouve bien souvent dans les chiffres. S’il revient moins cher de faire faire – à qualité égale -, l’entreprise choisira ce mode, même si cela l’oblige à se départir d’un actif devenu superflu ou à le réaffecter à autre usage. Le décideur avisé essaiera donc de générer les chiffres les plus probants pour prendre une décision éclairée.

Ce qui m’amène aux hôpitaux. On dit qu’ils ne doivent pas être gérés comme une business, puisqu’il s’agit d’êtres humains.

Depuis des années, nous débattons de la pertinence de la décentralisation de notre système de santé en confiant certaines chirurgies plus routinières à des cliniques spécialisées privées. Cette idée fait émerger les intérêts concurrents : les joueurs privés y voient une occasion d’affaire, tandis que les syndicats de la santé et les administrateurs y voient une menace. Au-delà de cette lutte de pouvoirs, l’intérêt public est d’obtenir de bons soins dans un délai raisonnable. Pour cela, il faut être en mesure de dispenser les meilleurs services au moindre coût. Comme dans le cas d’une usine, la vérité se trouve souvent dans les chiffres. Il faut comparer les coûts de traitement et étalonner la qualité sous toutes ses facettes.

Dans ce contexte, l’expérience acquise grâce au partenariat entre l’hôpital Sacré-Cœur et le centre de chirurgie RocklandMD est porteuse. L’organisme d’évaluation Agrément Canada a reconnu RocklandMD pour une deuxième année consécutive comme un modèle d’excellence au niveau de la sécurité des patients et de la qualité des soins. Un sondage d’Agrément Canada fait état d’un taux de satisfaction de 98 % relativement à la qualité des rapports humains, des soins et des suivis. Pour un coût à peu près équivalent, ce partenariat a montré comment le privé peut compléter le public dans le cadre d’un régime d’assurance universel.

C’est en gardant ouverts les modes de production alternatifs que nous aurons des points de comparaison. L’innovation dans les modes de production se produit dans les systèmes décentralisés, pas dans les réseaux bureaucratisés. Il est déplorable qu’une organisation qui a rendu un service de cette qualité se voie écartée plutôt que d’être mise au service d’un autre établissement ou du réseau.

  1. Les mesures annoncées dans la nouvelle Politique internationale du Québec, dévoilée ce matin, permettront de favoriser les exportations et les investissements étrangers dans toutes les régions du Québec, soutient la Fédération des chambres de commerce du Québec (FCCQ). « Nous sommes convaincus que le Québec a une place de choix à occuper sur la scène économique internationale »,... En savoir plus
  2. Les propositions contenues au projet de loi no 51, Loi réformant la Loi sur l’assurance parentale, permettent de tenir compte des changements s’étant opérés dans le monde du travail au cours des dernières années, commente la Fédération des chambres de commerce du Québec (FCCQ). « Les mesures proposées apportent davantage de flexibilité pour les travailleurs, mais... En savoir plus
  3. En mars dernier, la Ville de Montréal a lancé une pétition en ligne demandant, notamment, de réviser la réglementation municipale afin que le Publisac soit déposé seulement devant les propriétés qui affichent un logo le demandant. Cette procédure inhabituelle est une première pour l’administration municipale actuelle. Avec 15 000 signataires, la Ville fut dans l’obligation... En savoir plus
Ce type de contenu vous intéresse? Abonnez-vous au FCCQeXpress, le bulletin bi-mensuel de la FCCQ. On y retrouve toute l’actualité de la Fédération et de nos partenaires!