Publié dans Communiqués

Étude Deloitte – E&B Data: Repenser nos chaînes industrielles pour une économie forte et résiliente

Par Charles Milliard
Président-directeur général

Dans le cadre de la 5e édition de la Journée économique de la Fédération des chambres de commerce du Québec (FCCQ), Deloitte et la firme E&B Data ont rendu publique une étude détaillée de grande envergure pour repenser les chaînes industrielles du Québec et assurer une économie plus forte et résiliente. Cette étude dresse plusieurs points clés concernant les filières industrielles d’avenir sur lesquels devra s’appuyer la relance économique du Québec.

La crise de la COVID-19 nous a fait prendre conscience de la fragilité de nos approvisionnements et de l’importance d’une production industrielle locale. Cette nouvelle réalité a remis à l’avant-plan la nécessité d’avoir des capacités de production industrielle sur notre territoire.

« La nouvelle normalité post-COVID-19 a accéléré la manifestation d’épreuves auxquelles nous étions déjà confrontés avant la crise sanitaire. Plus que jamais, la protection et l’essor des actifs de production, la balance commerciale du Québec et les défis au sein de filières stratégiques québécoises apparaissent comme des enjeux majeurs. Selon les indicateurs préliminaires, l’investissement industriel au Québec a chuté par près de 70% cette année, comparativement à 2019. C’est un chiffre inquiétant et c’est aussi une chute plus marquée qu’à l’étranger », a déclaré Charles Milliard, président-directeur général de la FCCQ.

Des secteurs industriels stratégiques et des chaînes d’approvisionnement à repenser

L’étude « Repenser nos chaînes industrielles pour une économie forte et résiliente » propose d’alimenter la préparation de stratégies de relance des grandes filières industrielles dont les activités sont répandues sur l’ensemble des régions du Québec. Également, elle met en exergue les secteurs industriels québécois offrant des occasions favorables ou menacées.

Des opportunités inexploitées

Dix filières industrielles porteuses sont identifiées : chimique, énergétique, électronique, métallique et aluminium, biomédical, machinerie et instrumentation, matériel de transport, construction, agroalimentaire et textile technique. À travers ces dix filières, l’étude fait apparaître 120 gisements d’opportunités pour lesquels le Québec dispose déjà en grande partie du savoir-faire et même d’avantages comparatifs pour leur réalisation.

7 scénarios de reconfiguration des chaînes industrielles québécoises

« Ces gisements d’opportunités correspondent tous à des reconfigurations des chaînes industrielles sur lesquelles le Québec peut agir. Que ce soit par le rapatriement d’une production étrangère vers le Québec, l’attraction d’investissements directs étrangers ou l’augmentation de la production locale, nous avons identifié sept scénarios de reconfiguration des chaînes industrielles qui permettraient à l’économie du Québec d’être plus performante et moins vulnérable », a expliqué Jean Matuszewski, économiste principal chez E&B Data.

5 principales vulnérabilités et 5 pistes de solutions

Afin d’atteindre son plein potentiel, le Québec devra surmonter certaines vulnérabilités et parfois même de véritables blocages structurels qui paralysent son économie. La difficulté chronique de l’accès à des marchés publics représente un défi pour la majorité des secteurs et les fournisseurs de proximité, en particulier les fournisseurs innovants, ne sont pas suffisamment appuyés. Le potentiel économique et fiscal que permettrait une approche plus imaginative aux approvisionnements publics est malheureusement ignoré.

« En plus des cinq principales menaces qui pourraient nuire à la relance de l’économie, nous avons également identifié cinq pistes de solutions. En plus de la mobilisation des entreprises envers le développement durable, les gouvernements doivent faire preuve de leadership pour faciliter l’accès aux marchés publics. L’État a un rôle à jouer pour réformer des aspects contractuels des appels d’offres, en respectant nos accords de commerce internationaux, et s’assurer de profiter de l’effet de levier des contrats publics pour contrer l’effondrement de plusieurs marchés privés et des exportations », a déclaré Louis J. Duhamel, conseiller stratégique chez Deloitte.

Un nouvel indice de résilience pour assurer une veille en continu

La planification de la relance doit s’appuyer sur des outils de veille pratiquement « en temps réel ». Ainsi, l’étude présente une nouvelle source de données statistiques pour suivre le dynamisme des chaînes industrielles. Cet indice de résilience propose de suivre en continu l’état de santé des 10 filières d’avenir identifiées en amont. Pour ce faire, cette nouvelle donnée statistique prend en considération la vigueur des exportations et les nouveaux investissements, et permet de comparer l’évolution et le dynamisme des filières pour les mois qui viennent de s’écouler.

Enfin, plus de 80 recommandations transversales et sectorielles sont identifiées à destination des gouvernements, des entreprises et plus globalement de l’écosystème d’affaires québécois.

« Pour un grand nombre de secteurs d’activités, un retour « à la normale » apparaît de plus en plus compromis. C’est pourquoi plusieurs secteurs et entreprises seront appelés à repenser en profondeur leurs marchés, mais également leur propre fonctionnement. En ce sens, nous appuyons la mise en place d’une approche concertée de tous les intervenants pour permettre une reprise dynamique et pérenne », a conclu Charles Milliard.

Le synopsis de l’étude « Repenser nos chaînes industrielles pour une économie forte et résiliente » peut être consulté ici.

À propos des auteurs

Dirigée par Louis J. Duhamel, conseiller stratégique, l’équipe de Deloitte est passionnée de l’économie du Québec, outre servir ses clients, elle a publié des études qui se veulent de précieux outils pour la communauté des affaires québécoise. L’équipe de Deloitte a réalisé un grand nombre de mandats dans le secteur manufacturier, pour des entreprises et organisations diverses.

Dirigée par Jean Matuszewski, économiste principal, l’équipe de E&B DATA est dédiée aux analyses économiques quantitatives portant sur les secteurs industriels, et à une veille stratégique portant sur les tendances en matière de technologies et d’investissements. L’équipe conçoit des indicateurs statistiques pour en suivre l’évolution.

À propos de l’étude

Cette étude est présentée par Développement économique Canada pour les régions du Québec (DEC), le Mouvement Desjardins et la Fédération des chambres de commerce du Québec (FCCQ), avec la collaboration de l’Association québécoise de la quincaillerie et des matériaux de construction (AQMAT), l’Institut de développement de produits (IDP), Montréal InVivo, l’Association pour le développement et l’innovation en chimie au Québec (ADICQ), AluQuébec, le Pôle d’excellence en transport terrestre, TechniTextile Québec, le Réseau de la transformation métallique du Québec (RTMQ) et l’Association de la construction du Québec (ACQ).

À propos de Charles Milliard
Président-directeur général

Charles Milliard est président-directeur général de la Fédération des chambres de commerce du Québec depuis janvier 2020. Gestionnaire chevronné, il a une longue expérience en affaires publiques, plus particulièrement dans le secteur pharmaceutique, de la santé et des sciences de la vie. Il a œuvré au sein du Groupe Uniprix durant 14 ans, occupant plusieurs responsabilités dans l’ensemble des fonctions de l’organisation. De 2013 à 2016, il y a occupé le rôle de vice-président exécutif du Groupe, ayant sous sa supervision la moitié des employés du siège social. Avant de se joindre à la FCCQ, il était vice-président, Santé, au sein du cabinet de relations publiques NATIONAL. Au fil des années, Charles Milliard a acquis une solide expérience en gestion d’enjeux stratégiques et financiers, en développement de stratégies politiques et gouvernementales, et a su développer d’importantes habiletés de leadership et de représentation publique des organisations.

Titulaire d’un baccalauréat en pharmacie et d’un certificat en économique de l’Université Laval, ainsi que d’un MBA de HEC Montréal, Charles Milliard est membre de l’Ordre des Pharmaciens du Québec. Chroniqueur santé à diverses émissions télé au cours des dernières années (Radio-Canada, TVA et V), il s’implique en outre à titre personnel au sein de plusieurs organismes culturels, notamment à titre de président du conseil d’administration du Festival TransAmériques et d’administrateur à l’Orchestre symphonique de Montréal, au Conseil des Arts de Montréal et à la Fondation Armand-Frappier.

  1. Relève de : Directeur principal, Événements corporatifs et du concours Les Mercuriades Sommaire des tâches Relevant du directeur principal, événements corporatifs et du concours Les Mercuriades, le/la coordonnateur/trice pour les événements corporatifs travaillera à la réalisation d’activités et d’événements entourant la gouvernance qui impliquera les membres du conseil d’administration de la FCCQ désignés et établira et... En savoir plus
  2. La Fédération des chambres de commerce du Québec (FCCQ) accueille favorablement un bon nombre de mesures annoncées à l’occasion de l’énoncé économique de l’automne, par la ministre des Finances du Canada, l’honorable Chrystia Freeland. Dans ce contexte de crise sanitaire, elle soutient que certains ajustements seront nécessaires pour les prochaines actions gouvernementales. La FCCQ demande... En savoir plus
Ce type de contenu vous intéresse? Abonnez-vous au FCCQeXpress, le bulletin bi-mensuel de la FCCQ. On y retrouve toute l’actualité de la Fédération et de nos partenaires!