Publié dans Lettres ouvertes

Donner de l’oxygène à nos microdistilleries à temps pour la saison touristique

Par Charles Milliard
Président-directeur général

L’approche de la saison estivale verra de nombreux Québécois prendre la route des régions du Québec. Parmi les points d’intérêts qu’ils visiteront, on trouvera certainement nos microbrasseries, nos vignobles et de plus en plus, nos microdistilleries qui font la fierté de leurs communautés.

Chacune de ces entreprises constitue un formidable levier qui permet d’attirer des visiteurs dans des villages et des zones rurales situés à l’écart du parcours touristique plus «conventionnel». Le Québec devrait faire tout en son possible pour mettre en valeur ces PME et leurs produits afin de stimuler le développement économique régional et l’achat local.

Pourtant, depuis plusieurs années, les entrepreneurs qui fabriquent les gins, vodkas, rhums et autres spiritueux artisanaux québécois réclament en vain que le gouvernement du Québec abolisse la majoration de 52% qui est imposée sur le prix de leurs produits lorsqu’ils les vendent eux-mêmes, sur place. L’été dernier, des microdistilleries ont organisé des journées «portes ouvertes» et ont fait signer une pétition pour attirer l’attention sur cet enjeu. Malheureusement, un nouvel été est à nos portes et rien n’a changé.

Il y a quelque chose de contradictoire dans le fait d’imposer ce fardeau à des entreprises alors que le gouvernement multiplie pourtant les initiatives en faveur de l’achat local dans d’autres secteurs d’activités. Il y a pourtant une plus-value évidente pour la société québécoise à ce qu’une plus grande part des ventes des spiritueux de microdistilleries soit vendue sur place, là où ils contribuent à l’offre agrotouristique locale, tout en amenant de l’achalandage et des bénéfices aux autres commerces environnants ainsi qu’aux municipalités qui les accueillent.

En permettant aux producteurs de conserver une plus grande part des revenus générés par la vente de leurs produits, on permettrait aussi à ces entreprises de prendre de l’expansion et de développer de nouveaux produits innovants afin de demeurer à l’avant-garde, dans un contexte de compétition internationale féroce.

Dans toutes les régions du Québec, les chambres de commerce peuvent témoigner des retombées bénéfiques des microdistilleries dans leurs communautés. Il est temps de donner à ces entrepreneurs passionnés et créatifs, l’oxygène nécessaire pour maximiser ces retombées, juste à temps pour la prochaine saison touristique estivale. Nous savons qu’un projet de loi en matière d’allégements réglementaires et administratifs est présentement sur la table à dessin et il serait possible de l’adopter avant la fin de la présente législature. Le gouvernement du Québec ne doit donc pas rater cette fenêtre d’opportunité.

À propos de Charles Milliard
Président-directeur général

Charles Milliard est président-directeur général de la Fédération des chambres de commerce du Québec depuis janvier 2020. Gestionnaire chevronné, il possède une longue expérience en affaires publiques, plus particulièrement dans le secteur pharmaceutique, de la santé et des sciences de la vie. Il a œuvré au sein du Groupe Uniprix durant 14 ans, occupant plusieurs responsabilités dans l’ensemble des fonctions de l’organisation. De 2013 à 2016, il y a occupé le rôle de vice-président exécutif du Groupe, ayant sous sa supervision la moitié des employés du siège social. Avant de se joindre à la FCCQ, il était vice-président, Santé, au sein du cabinet de relations publiques NATIONAL.

Au fil des années, Charles Milliard a acquis une solide expérience en gestion d’enjeux stratégiques et financiers, en développement de stratégies politiques et gouvernementales, et a su développer d’importantes habiletés de leadership et de représentation publique des organisations.

Titulaire d’un baccalauréat en pharmacie et d’un certificat en économique de l’Université Laval, ainsi que d’un MBA de HEC Montréal, Charles Milliard est membre de l’Ordre des Pharmaciens du Québec. Chroniqueur santé à diverses émissions télé au cours des dernières années (Radio-Canada, TVA et V), il s’implique en outre à titre personnel au sein de plusieurs organismes culturels, notamment à titre de président du conseil d’administration du Festival TransAmériques et de la Fondation du Cegep de Lévis et d’administrateur à l’Orchestre symphonique de Montréal, au Conseil des Arts de Montréal et au Festival de Lanaudière.

  1. La recherche permanente d’alternatives pour contribuer au développement économique et social du Québec a mobilisé la Fédération des chambres de commerce du Québec (FCCQ) et le Réseau des Sociétés d’aide au développement des collectivités et les Centres d’aide aux entreprises (SADC+CAE) pour soutenir des activités qui facilitent l’adoption de la technologie numérique par les petites... En savoir plus
  2. La recherche permanente d’alternatives pour contribuer au développement économique et social du Québec a mobilisé la Fédération des chambres de commerce du Québec (FCCQ) et le Réseau des Sociétés d’aide au développement des collectivités et les Centres d’aide aux entreprises (SADC+CAE) dans le but d’aider les entreprises à prendre leur virage numérique, à accroître leur... En savoir plus
Ce type de contenu vous intéresse? Abonnez-vous au FCCQeXpress, le bulletin bi-mensuel de la FCCQ. On y retrouve toute l’actualité de la Fédération et de nos partenaires!