Publié dans Communiqués

Des signaux positifs pour la main-d’œuvre, l’aide aux entreprises et le rétablissement des finances publiques, selon la FCCQ

Par Charles Milliard
Président-directeur général

La Fédération des chambres de commerce du Québec (FCCQ) perçoit plusieurs signaux positifs en matière d’immigration, de prolongement ciblé des programmes d’aide aux entreprises et de retour à l’équilibre budgétaire dans la mise à jour économique et budgétaire présentée aujourd’hui par la vice-première ministre et ministre des Finances du Canada, Chrystia Freeland.

La réduction des délais en immigration : un investissement payant

« Le milieu des affaires québécois avait des attentes claires en vue de cette mise à jour économique, à commencer par l’importance d’investir rapidement pour accélérer les délais de traitement des dossiers d’immigration. La somme de 85 M$ annoncée aujourd’hui est un signal très positif envoyé aux candidats à l’immigration et aux employeurs. On sent que l’appel de la FCCQ et de  tout le milieu des affaires a enfin été entendu à Ottawa. Il est très possible que cette mesure seule ne soit pas suffisante, mais c’est encourageant de savoir que le gouvernement fédéral reconnait le problème et veut s’y attaquer », a affirmé Charles Milliard, président-directeur général de la FCCQ.

Les programmes d’aide ciblés demeurent nécessaires

La mise à jour économique inclut les différentes mesures du projet de loi C-2 qui avaient déjà été annoncées : la prolongation du Programme d’embauche pour la relance économique du Canada (PEREC), les programmes de relance pour le tourisme et l’accueil ainsi que pour les entreprises les plus durement touchées ainsi que le programme de soutien en cas de confinement local.

« Nous souhaitions voir les programmes d’aide spécifiques aux secteurs en difficulté être maintenus tant et aussi longtemps qu’ils seront nécessaires et efficaces, en étant modulés si besoin est. Le projet de loi C-2 répond à cette demande et nous sommes donc satisfaits de les retrouver dans la mise à jour budgétaire d’aujourd’hui. L’annonce d’un investissement de 50 M$ dans les ports canadiens afin de faire baisser la pression sur les chaînes d’approvisionnement est un ajout intéressant. Nous demandons au gouvernement fédéral de s’assurer que les ports québécois, maillons essentiels de notre tissu économique, reçoivent leur juste part dans le cadre de cet appel de propositions à venir », a souligné M. Milliard.

Le retour à l’équilibre budgétaire apparait de nouveau à l’horizon

La mise à jour budgétaire dévoilée aujourd’hui par la ministre Freeland fait état d’une révision à la baisse des déficits pour l’an dernier et pour l’année courante. Le déficit prévu cette année est de 145G$, mais devrait diminuer graduellement jusqu’à atteindre 13 G$ en 2026-2027, ce qui rapproche le Canada de l’équilibre budgétaire. La croissance du PIB devrait s’élever à 4,6% en 2021 et 4,2 % en 2022, ce qui témoigne de la solidité de la relance économique, mais aussi de l’ampleur de la crise dont nous sortons.

« Nous sommes satisfaits de constater un réel effort de rétablissement des finances publiques dans le portrait et les prévisions dévoilés aujourd’hui. Le défi sera maintenant de suivre la voie qui est maintenant tracée vers un retour à l’équilibre budgétaire. Les nombreuses promesses électorales faites plus tôt cet automne s’annoncent coûteuses; il ne faudrait pas que le budget du printemps prochain nous fasse dévier de la trajectoire. En effet, le problème de la dette reste inquiétant, notamment avec un ratio dette brute / PIB très élevé, à 48%. La baisse de ce ratio devrait être la priorité financière du gouvernement fédéral afin de garantir la viabilité à long terme des finances publiques », a indiqué M. Milliard.

Les travailleurs expérimentés : un actif à considérer davantage

La FCCQ est déçue de constater que la rétention des travailleurs expérimentés n’ait pas été abordée dans la mise à jour économique du gouvernement du Canada. On y annonce toutefois une future stratégie afin de remédier aux pénuries de main-d’œuvre à venir en 2022.

« Considérant le taux de postes vacants évalué à près de 280 000 au Québec, il est essentiel que le gouvernement fédéral élabore un plan d’action global qui permettra de contrer les effets négatifs de la pénurie de main-d’œuvre. Des mesures plus robustes pour augmenter l’âge de départ à la retraite pourraient faciliter le maintien en l’emploi de ces travailleurs. Également, une révision des limites du supplément de revenu garanti ainsi que le report de l’âge maximal de transformation des régimes de retraite en Fonds enregistré de revenu de retraite seraient nécessaires. La FCCQ demande au gouvernement fédéral d’intégrer ces mesures dans leur future stratégie », a conclu M. Milliard.

À propos de Charles Milliard
Président-directeur général

Charles Milliard est président-directeur général de la Fédération des chambres de commerce du Québec depuis janvier 2020. Gestionnaire chevronné, il possède une longue expérience en affaires publiques, plus particulièrement dans le secteur pharmaceutique, de la santé et des sciences de la vie. Il a œuvré au sein du Groupe Uniprix durant 14 ans, occupant plusieurs responsabilités dans l’ensemble des fonctions de l’organisation. De 2013 à 2016, il y a occupé le rôle de vice-président exécutif du Groupe, ayant sous sa supervision la moitié des employés du siège social. Avant de se joindre à la FCCQ, il était vice-président, Santé, au sein du cabinet de relations publiques NATIONAL.

Au fil des années, Charles Milliard a acquis une solide expérience en gestion d’enjeux stratégiques et financiers, en développement de stratégies politiques et gouvernementales, et a su développer d’importantes habiletés de leadership et de représentation publique des organisations.

Titulaire d’un baccalauréat en pharmacie et d’un certificat en économique de l’Université Laval, ainsi que d’un MBA de HEC Montréal, Charles Milliard est membre de l’Ordre des Pharmaciens du Québec. Chroniqueur santé à diverses émissions télé au cours des dernières années (Radio-Canada, TVA et V), il s’implique en outre à titre personnel au sein de plusieurs organismes culturels, notamment à titre de président du conseil d’administration du Festival TransAmériques et d’administrateur à l’Orchestre symphonique de Montréal, au Conseil des Arts de Montréal et au Festival de Lanaudière.

  1. Depuis très longtemps, l’assurance-emploi (AE) n’était pas prête à faire face aux défis d’un marché du travail en constante évolution, à la quatrième révolution industrielle ni même aux changements climatiques, démographiques et sociaux. La pandémie de Covid-19 n’a fait qu’exacerber les problèmes liés à une AE n’étant pas en phase avec le marché. Dans un... En savoir plus
  2. La Fédération des chambres de commerce du Québec (FCCQ) et Fondaction donnent aujourd’hui le coup d’envoi d’une tournée régionale « Pour des milieux de vie durables au Québec » afin de réfléchir aux enjeux de la durabilité dans les villes et les communautés du Québec. L’objectif de cette tournée, qui donnera lieu à 5 événements en format virtuel... En savoir plus
  3. Nous assistons depuis plusieurs mois à une hausse marquée du taux de postes vacants au Québec. Ce phénomène qui risque de perdurer jusqu’en 2030 inquiète les entreprises québécoises qui sont déjà confrontées à une pénurie de main-d’œuvre significative et un taux de chômage bas. Le Québec se classe d’ailleurs dans le peloton de tête des... En savoir plus
Ce type de contenu vous intéresse? Abonnez-vous au FCCQeXpress, le bulletin bi-mensuel de la FCCQ. On y retrouve toute l’actualité de la Fédération et de nos partenaires!