Publié dans Communiqués

Consultations prébudgétaires au fédéral: La FCCQ plaide pour de l’aide accrue aux entreprises auprès de la ministre des Finances du Canada

Dans le cadre des consultations prébudgétaires du gouvernement du Canada, la Fédération des chambres de commerce du Québec (FCCQ) rencontre aujourd’hui la vice-première ministre et ministre des Finances, l’honorable Chrystia Freeland. En tant que seule association économique québécoise à rencontrer la ministre des Finances dans le cadre de cet exercice, la FCCQ présentera ses attentes et celles du milieu des affaires québécois en vue du budget fédéral 2021-2022.

En cette période d’incertitude causée par la pandémie, une aide accrue auprès des entreprises est nécessaire selon la FCCQ, afin que l’économie québécoise et canadienne retrouve sa pleine vigueur. Ainsi, les principales demandes budgétaires en lien avec la crise de la COVID-19 portent sur quatre thèmes principaux :

  • Les finances publiques
  • L’aide à la main-d’œuvre
  • L’aide aux entreprises et aux secteurs économiques en difficulté
  • Le développement régional

Stimuler l’activité économique avant le retour à l’équilibre budgétaire

« L’ampleur de la crise actuelle force la FCCQ à présenter une autre approche dans ses attentes quant à la gestion des finances publiques, en comparaison aux précédentes années dans ses recommandations prébudgétaires. Dans les dernières années, alors que les économies du Québec et du Canada performaient à plein régime, nous plaidions avec raison pour un plan de retour à l’équilibre budgétaire le plus rapidement possible. La pandémie mondiale amène les gouvernements des autres États dans le monde à intervenir massivement dans leur économie, afin de limiter les impacts sur l’activité économique. Le contexte actuel est tout autre, et il est nécessaire que les gouvernements continuent à venir en aide aux entreprises pour stimuler l’activité économique, tout en maintenant un ratio dette brute/PIB sur la même trajectoire que celle présentée à l’énoncé économique de l’automne 2020 », mentionne Charles Milliard, président-directeur général de la FCCQ.

Répondre aux besoins de main-d’œuvre et renflouer la caisse de l’assurance emploi

La crise de la COVID-19 a mis en lumière l’importance de la requalification de la main-d’œuvre et d’un financement adéquat pour les programmes de formation et de développement des compétences pour ramener au travail les chômeurs pandémiques. Par ailleurs, le directeur parlementaire du budget (DPB) a évalué que le déficit cumulé du compte de l’assurance-emploi atteindra 59 G$ en 2024. Il est donc urgent que le gouvernement fédéral comble le déficit actuariel prévu, afin d’éviter de faire subir un choc tarifaire aux employeurs et aux travailleurs canadiens.

« Malgré les effets de la pandémie sur le taux de chômage, le Québec continuera à faire face à un déficit structurel de travailleurs dans les années à venir. Le recrutement international doit être facilité et surtout accéléré, il en va de la prospérité de notre économie. Le Programme des travailleurs étrangers temporaires doit être revu en profondeur afin qu’il puisse jouer un rôle efficace dans la réponse aux besoins de main-d’œuvre à court terme des entreprises. Dans le même esprit, le Programme de stages pratiques pour étudiants, devant se terminer au 31 mars 2021, devrait être prolongé pour les deux prochaines années, afin de faciliter les jeunes diplômées à obtenir une expérience de travail », souligne M. Milliard.

Une aide accrue et simplifiée aux entreprises et aux secteurs économiques en difficulté

Le gouvernement du Canada a mis en place plusieurs programmes qui ont eu et qui continuent d’avoir un impact important sur la capacité des individus et des entreprises à traverser la crise actuelle. L’aide existante est essentielle à la survie de milliers d’entreprises et doit perdurer encore. La FCCQ propose d’alléger le fardeau fiscal et bureaucratique auquel sont soumis les entrepreneurs québécois ainsi que leurs travailleurs afin de leur apporter un peu d’oxygène.

Le développement régional au cœur de la relance

« Même si le télétravail est devenu une réalité incontournable, dans certaines régions les entreprises peinent encore à être bien desservies par l’Internet à large bande. Il resterait toujours aujourd’hui 330 000 foyers québécois n’ayant pas accès à un service filaire à 50Mb/s, une infrastructure pourtant indispensable à la croissance et à la productivité des entreprises. Le gouvernement fédéral doit collaborer au déploiement rapide des infrastructures numériques permettant l’accessibilité du réseau Internet haute vitesse ainsi que de la fibre optique à l’ensemble des entreprises et des ménages québécois », rappelle Charles Milliard.

« L’autre aspect incontournable du développement régional concerne le développement des infrastructures de transports et de mobilité durable. Par exemple, VIA Rail devrait avoir des indications du gouvernement fédéral à ce stade-ci des montants réservés pour la réalisation de son projet de Train à Grande Fréquence (TGF). Les attentes de la communauté d’affaires québécoise sont à l’effet que le tronçon Québec-Montréal fasse partie de la première phase, en s’assurant que le projet s’inscrive en complémentarité avec le Réseau électrique métropolitain (REM) de CDPQ Infra », poursuit M. Milliard.

Finalement, la FCCQ rappelle que des secteurs industriels clés comme celui des sciences de la vie doivent être considérés de façon particulière dans le cadre de la relance. Il est impératif que le gouvernement valorise davantage la recherche et l’innovation dans ce secteur en ayant des politiques attractives et compétitives.  En ce sens, la réforme actuelle proposée du Conseil d’examen du prix des médicaments brevetés (CEPMB) ne remplit malheureusement pas cet objectif et doit être reconsidérée.

« Nous sommes honorés de rencontrer la ministre des Finances pour pouvoir porter la voix des entrepreneurs de toutes les régions du Québec et faire écho à leurs préoccupations. Nous attendrons avec impatience la présentation du prochain budget, dans l’espoir qu’il soit porteur d’espoir et de relance économique pour les entreprises du Québec », conclut Charles Milliard.

Le mémoire de la FCCQ est disponible ici.

 

  1. La Fédération des chambres de commerce du Québec (FCCQ) lance dès aujourd’hui son offensive sur les réseaux sociaux pour inviter les entreprises à participer à l’effort de vaccination. Grâce à son réseau de 130 chambres de commerce, la FCCQ a pour ambition d’identifier les entreprises intéressées situées en milieu urbain et dans les régions plus... En savoir plus
  2. Alors qu’on fait état du manque criant de places de qualité en services de garde éducatifs à l’enfance, la Fédération des chambres de commerce du Québec (FCCQ), en compagnie de l’Association québécoise des centres de la petite enfance (AQCPE) et de l’Association des garderies privées du Québec (AGPQ), constate que cette situation a également un... En savoir plus
  3. La Fédération des chambres de commerce du Québec (FCCQ) fera le lien entre le gouvernement du Québec et les entreprises qui souhaitent accueillir des campagnes de vaccination. Pour ce faire, la FCCQ lance aujourd’hui un formulaire en ligne pour que les entreprises intéressées puissent signifier leur intérêt, afin de permettre aux autorités gouvernementales d’identifier les meilleurs... En savoir plus
Ce type de contenu vous intéresse? Abonnez-vous au FCCQeXpress, le bulletin bi-mensuel de la FCCQ. On y retrouve toute l’actualité de la Fédération et de nos partenaires!