Publié dans Communiqués

Consultations particulières sur le PL 96 : Raffermir la place du français sans alourdir le fardeau administratif des entreprises, affirme la FCCQ

Par Charles Milliard
Président-directeur général

La Fédération des chambres de commerce du Québec (FCCQ) profitera aujourd’hui de sa participation en commission parlementaire, pour réitérer son appui aux objectifs du projet de loi 96 visant à raffermir la présence du français, notamment dans le milieu des affaires québécois. Toutefois, la hausse probable du fardeau administratif demeure une préoccupation pour des entreprises, à laquelle le ministre responsable de la Langue française, Simon Jolin-Barrette devrait s’attarder.

La FCCQ présentera ce matin ses recommandations afin de limiter le fardeau administratif auprès des entreprises ainsi que de signaler au gouvernement certains risques dans la mise en application des différentes propositions présentées par ce projet de loi. Le mémoire présenté par la FCCQ peut être consulté ici.

Malgré certaines préoccupations, la valorisation ainsi que la protection du français au Québec demeurent nécessaires.

« Notre langue officielle représente notre principal trait distinctif en Amérique du Nord ainsi qu’à l’échelle internationale. Elle nous a permis de nous démarquer des autres marchés nord-américains, notamment par notre industrie culturelle florissante et notre industrie touristique. Le français, comme langue des affaires nous permet quotidiennement de développer des échanges commerciaux importants avec la francophonie hors Québec, au Canada et dans le monde entier », a déclaré Charles Milliard, président-directeur général de la FCCQ.

Des appréhensions en matière de ressources humaines

Parmi les principales préoccupations soulevées par des membres de la FCCQ se retrouvent de nouvelles restrictions quant à l’exigence de la connaissance d’une langue autre que le français. Afin de se conformer aux mesures proposées par le projet de loi 96, l’entreprise devra appliquer trois critères qui auraient pour effet de complexifier les différents processus des ressources humaines.

« Ce qui nous inquiète, c’est le fardeau administratif qui entoure le respect de ces critères. Actuellement, la proposition du gouvernement quant à la restriction de la connaissance d’une autre langue, soulève plusieurs questions et provoque de l’incertitude auprès de nos membres. Nous souhaitons que le gouvernement amène davantage de transparence quant à leurs attentes envers les employeurs, et de faire preuve de flexibilité dans l’application de ces critères afin de ne pas nuire aux relations économiques hors Québec des entreprises entretenues », a poursuivi Charles Milliard.

 Des services exclusifs en français pour les personnes immigrantes, seulement six mois après leur arrivée

Le projet de loi 96 introduit une nouvelle limite de temps aux personnes immigrantes avant que ceux-ci soient confrontés à des communications exclusives en français avec le gouvernement du Québec. Ce délai accordé est fixé à six mois, ce qui est considéré comme étant trop peu par la FCCQ.

Selon la FCCQ, il serait nécessaire de remplacer ce délai par 24 mois minimalement afin de s’assurer que les personnes immigrantes, les travailleurs étrangers temporaires ainsi que les réfugiés, développent les connaissances nécessaires pour communiquer en français avec les différentes instances gouvernementales.

« Une période de six mois nous semble très courte pour que ces personnes aient une maîtrise suffisante du français pour être en mesure de pleinement comprendre certaines des communications gouvernementales. Nous pouvons notamment prendre pour exemple la CNESST qui offre du soutien et de la formation aux immigrants temporaires ou récents dans leur langue d’origine. Empêcher l’octroi des formations dans la langue natale des travailleurs immigrants pourrait occasionner des enjeux de santé et sécurité au travail et les empêcher d’avoir l’information quant à leurs droits en vertu des normes du travail ou même de la présente loi, ce qui serait assez paradoxal », a conclu Charles Milliard.

À propos de Charles Milliard
Président-directeur général

Charles Milliard est président-directeur général de la Fédération des chambres de commerce du Québec depuis janvier 2020. Gestionnaire chevronné, il a une longue expérience en affaires publiques, plus particulièrement dans le secteur pharmaceutique, de la santé et des sciences de la vie. Il a œuvré au sein du Groupe Uniprix durant 14 ans, occupant plusieurs responsabilités dans l’ensemble des fonctions de l’organisation. De 2013 à 2016, il y a occupé le rôle de vice-président exécutif du Groupe, ayant sous sa supervision la moitié des employés du siège social. Avant de se joindre à la FCCQ, il était vice-président, Santé, au sein du cabinet de relations publiques NATIONAL. Au fil des années, Charles Milliard a acquis une solide expérience en gestion d’enjeux stratégiques et financiers, en développement de stratégies politiques et gouvernementales, et a su développer d’importantes habiletés de leadership et de représentation publique des organisations.

Charles Milliard est président-directeur général de la Fédération des chambres de commerce du Québec depuis janvier 2020. Gestionnaire chevronné, il possède une longue expérience en affaires publiques, plus particulièrement dans le secteur pharmaceutique, de la santé et des sciences de la vie. Il a œuvré au sein du Groupe Uniprix durant 14 ans, occupant plusieurs responsabilités dans l’ensemble des fonctions de l’organisation. De 2013 à 2016, il y a occupé le rôle de vice-président exécutif du Groupe, ayant sous sa supervision la moitié des employés du siège social. Avant de se joindre à la FCCQ, il était vice-président, Santé, au sein du cabinet de relations publiques NATIONAL.

Au fil des années, Charles Milliard a acquis une solide expérience en gestion d’enjeux stratégiques et financiers, en développement de stratégies politiques et gouvernementales, et a su développer d’importantes habiletés de leadership et de représentation publique des organisations.

Titulaire d’un baccalauréat en pharmacie et d’un certificat en économique de l’Université Laval, ainsi que d’un MBA de HEC Montréal, Charles Milliard est membre de l’Ordre des Pharmaciens du Québec. Chroniqueur santé à diverses émissions télé au cours des dernières années (Radio-Canada, TVA et V), il s’implique en outre à titre personnel au sein de plusieurs organismes culturels, notamment à titre de président du conseil d’administration du Festival TransAmériques et d’administrateur à l’Orchestre symphonique de Montréal, au Conseil des Arts de Montréal et au Festival de Lanaudière.

  1. La Fédération des chambres de commerce du Québec (FCCQ) et la Fédération des gens d’affaires francophones de l’Ontario (FGA) sont fières de dévoiler aujourd’hui les noms des finalistes du Prix du commerce Ontario-Québec en francophonie. Lancé lors de la Grande Rencontre 2021, ce Prix vise à reconnaître l’excellence d’entreprises francophones qui ont à cœur la francophonie... En savoir plus
  2. Dans le cadre des initiatives des Corridors de commerce et du Programme COREX, la FCCQ se donne pour mission de stimuler l’ambition, sensibiliser, informer et outiller les entreprises du Québec dans le développement de leurs activités dans les corridors de commerce, qu’ils soient américains ou ailleurs dans nos marchés extérieurs privilégiés. Membre à part entière... En savoir plus
  3. La Fédération des chambres de commerce du Québec (FCCQ) salue le dépôt du projet de loi n° 103 ce matin à l’Assemblée nationale, visant à alléger le fardeau réglementaire et administratif des entreprises. Elle souligne particulièrement l’intention exprimée aujourd’hui par le gouvernement, dans son communiqué de presse, de déposer chaque année un projet de loi... En savoir plus
Ce type de contenu vous intéresse? Abonnez-vous au FCCQeXpress, le bulletin bi-mensuel de la FCCQ. On y retrouve toute l’actualité de la Fédération et de nos partenaires!