Publié dans Communiqués

Adoption du PL 176 sur les normes du travail : une réforme adoptée trop rapidement

Par Stéphane Forget, MBA
Président-directeur général

L’adoption du projet de loi 176, Loi modifiant la Loi sur les normes du travail et d’autres dispositions législatives afin principalement de faciliter la conciliation famille-travail, s’est faite sans changement ou amendements importants et ne tient pas compte de la réalité économique des entreprises, entre autres en regard des coûts pour les entreprises qui sont sous-estimés, dénonce la Fédération des chambres de commerce du Québec (FCCQ).

« Malgré les nombreuses représentations des entreprises, le gouvernement a choisi de ne pas prendre en considération les impacts des multiples mesures imposées aux entreprises, qui prises une à une, ont du sens, mais dont le cumulatif cause un effet de sédimentation qui pèse lourd sur les épaules des employeurs », souligne Stéphane Forget, président-directeur général de la FCCQ.

Plus particulièrement, l’interdiction des disparités de traitement, entre autres pour les régimes de retraite, risque de causer des problèmes lors de prochaines négociations de conventions collectives. « La FCCQ reconnaît que la clause grand-père est un moindre mal, mais il n’en demeure pas moins que cela pourra avoir des conséquences sur le climat de travail, à l’avenir », précise Stéphane Forget.

Par ailleurs, la FCCQ déplore que les parlementaires n’aient pas tenu compte de la réalité des entreprises qui ont recours à des agences de placement de personnel temporaire pour faire face à leurs besoins de travailleurs, particulièrement dans le contexte actuel de pénurie de main-d’œuvre. Pour plusieurs employeurs, l’obligation à l’égard des salaires versés aux travailleurs temporaires occasionnera des décisions douloureuses qui affecteront les investissements ou les employés réguliers au sein des entreprises.

Le gouvernement a voulu adopter rapidement une réforme des normes du travail pour faciliter la conciliation famille-travail, un concept avec lequel les entreprises sont en accord, mais n’a pas pris assez de temps pour évaluer correctement les impacts sur les entreprises. « La réforme de la loi adoptée aujourd’hui ne servira malheureusement pas à créer un environnement d’affaires permettant de faire face adéquatement aux changements importants qui guettent le Québec », déplore Stéphane Forget en conclusion.

À propos de Stéphane Forget, MBA
Président-directeur général

Stéphane Forget est entré en fonction en tant que président-directeur général de la FCCQ en octobre 2016. Il s’est joint à la FCCQ en 2014, au poste de vice-président, Stratégie et affaires économiques. Auparavant à la Société de transport de Montréal (STM), il a agi à titre de directeur exécutif, Relations externes et planification stratégique, ainsi qu’à titre de directeur, Coordination des dossiers stratégiques.

Dans le cadre de ses fonctions à la FCCQ, M. Forget est membre du Conseil d’administration et du comité exécutif de la Commission des partenaires du marché du travail (CPMT), membre du Conseil d’administration de la Commission des normes, de l’équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST), membre du Comité consultatif du travail et de la main d’œuvre (CCTM).

Précédemment, il a cumulé une vaste expérience des affaires gouvernementales et publiques, occupant diverses fonctions au sein de la Ville de Montréal, dans le monde associatif, à la Société Radio-Canada et au gouvernement du Québec. Il est détenteur d’une maîtrise en administration des affaires (MBA) de l’École des sciences de la gestion de l’Université du Québec à Montréal (ESG-UQAM) et d’un certificat en droit de l’Université de Montréal.

  1. Active pour encourager les entreprises à diversifier leurs marchés, la Fédération des chambres de commerce du Québec (FCCQ) entend maintenir le rythme de ses actions, grâce à la création de liens entre les regroupements d’affaires du Québec et des marchés étrangers. « Il y a trois ans, la FCCQ a lancé le programme COREX, visant à... En savoir plus
  2. L’annonce de la réduction des taux de cotisation des employeurs au Régime québécois d’assurance parentale (RQAP), une économie annuelle de 52 M$, accorde un peu de répit aux entreprises, souligne la Fédération des chambres de commerce du Québec (FCCQ). Ces résultats positifs découlent, pour une part importante, de la saine gestion du régime par le... En savoir plus
  3. La Stratégie de développement de l’industrie québécoise des produits forestiers, dévoilée aujourd’hui, propose une série de mesures qui doivent permettre au secteur forestier de relever les défis de la transformation de l’industrie. Pour des investissements totaux de 827 M$, dont 300 M$ pour bonifier le Programme de rabais d’électricité applicable aux consommateurs facturés au tarif... En savoir plus
Ce type de contenu vous intéresse? Abonnez-vous au FCCQeXpress, le bulletin bi-mensuel de la FCCQ. On y retrouve toute l’actualité de la Fédération et de nos partenaires!