Publié dans Communiqués

À situation exceptionnelle, mesures exceptionnelles : La FCCQ salue le pragmatisme du budget Girard

Par Charles Milliard
Président-directeur général

La Fédération des chambres de commerce du Québec (FCCQ) est satisfaite des grandes lignes du budget 2021-2022 du gouvernement du Québec. Elle salue entre autres la baisse d’impôt prévue pour les petites et moyennes entreprises à 3,2 %, pour les premiers 500 000 $ de revenus.

Le report exceptionnel de l’atteinte de l’équilibre budgétaire en 2027-2028 correspond à la position énoncée dans les attentes prébudgétaires de la FCCQ, et est compréhensible étant donné les circonstances, afin de maintenir l’aide nécessaire de la part du gouvernement pour les entreprises. Elle prend acte du déficit de 12,3 G$ pour la présente année budgétaire et 8,5 G$ pour l’année suivante.

« La dernière année a été fort éprouvante sur le plan sanitaire bien entendu, mais aussi sur le plan économique, ce qui amène des conséquences importantes pour nos finances publiques, entre autres dans les rentrées fiscales. Pour nous, il s’agit d’un budget qui arrive à un moment exceptionnel et le gouvernement se doit de mettre en place toutes les conditions nécessaires pour retrouver dès que possible, la croissance économique que nous avions avant la crise. En ce sens, le plan budgétaire semble correspondre à nos attentes et le gouvernement vise juste en apportant un soutien à nos PME et à des secteurs clés qui ont été malmenés comme la culture et le tourisme », a déclaré Charles Milliard, président-directeur général de la FCCQ.

Aide aux entreprises et aux secteurs en difficulté pour favoriser la relance

Le budget 2021-2022 prévoit 150 M$ supplémentaires pour prolonger les deux principaux programmes d’aide aux entreprises mis en place pendant la crise de la COVID-19 : le programme Aide d’urgence aux PME (PAUPME), incluant son volet Aide aux entreprises en régions en alerte maximale (AERAM), ainsi que le programme d’action concertée temporaire pour les entreprises (PACTE).

« Le gouvernement se doit de maintenir une présence importante dans l’aide octroyée auprès des entreprises pour les aider à se relever des conséquences économiques de la COVID-19. Les entrepreneurs qui bénéficient des programmes d’aide sont heureux d’apprendre que 150 M$ sont ajoutés au budget pour les prolonger. Nous demeurons cependant préoccupés par l’absence de mesure qui rendrait ces programmes plus accessibles et plus flexibles. Dans la situation exceptionnelle que nous vivons, il faut tout faire pour faciliter la vie des entrepreneurs. L’ajout de fonds est bienvenu, mais encore faut-il que les entreprises y aient accès sans être embourbées dans les formulaires administratifs. L’État peut et doit faire mieux, un an après le début de la pandémie », a affirmé Charles Milliard.

Des sommes insuffisantes en formation en entreprise et en main-d’œuvre

Malheureusement, la FCCQ estime que l’aide budgétaire aux entreprises ne s’attaque pas assez vigoureusement aux enjeux de main-d’œuvre. Le gouvernement investit massivement pour retourner les chômeurs sur les bancs d’école. Cependant, rien n’est prévu pour la formation des travailleurs déjà en emploi. Alors qu’il y a actuellement plus de 148 000 postes vacants au Québec, le moment aurait été opportun d’accroître les mesures d’aide à la formation en emploi alors que les entreprises et leurs employés doivent plus que jamais s’adapter à de nouvelles réalités technologiques qui transforment les opérations.

Ce budget mise fortement sur la persévérance scolaire de nos jeunes en leur donnant accès à des milieux d’apprentissages plus modernes et plus adaptés tout en prévoyant l’embauche de plus de professionnels pour les appuyer. Cette vision est partagée par la FCCQ. Il s’agit du meilleur investissement possible pour le développement économique et social du Québec. Cependant, comme tout employeur, nous craignons que le gouvernement se heurte à la rareté de main-d’œuvre et que cela nuise à la réalisation de ses objectifs.

« La rareté de main-d’œuvre et le manque de productivité demeureront des enjeux importants pour les prochaines années, malgré le contexte des 12 derniers mois. C’est pourquoi il est important que le gouvernement consacre les ressources nécessaires afin de rehausser fortement les compétences des travailleurs québécois de toutes les industries. Malheureusement, nous aurions espéré davantage du budget d’aujourd’hui pour cet enjeu si déterminant pour l’économie et les régions québécoises », a rappelé Charles Milliard.

Des sommes pour des secteurs clés et le développement régional

Un montant total de 523 M$ sur six ans est consacré au développement régional, dont 205 M$ pour le soutien et la relance du secteur touristique. Pour la FCCQ, ce secteur est un pilier de notre économie et il est plus fortement touché que d’autres par la crise actuelle, en particulier dans les villes aux quatre coins du Québec. L’aide annoncée pour relancer nos centres-villes et pour stimuler les investissements privés dans le secteur touristique était très attendue.

« L’accès au territoire est un autre enjeu crucial auquel nous devions répondre : la bonification du soutien aux aéroports ainsi qu’aux transporteurs aériens régionaux et par autocar répond ainsi à un besoin criant. Nous accueillons aussi positivement les appuis financiers supplémentaires accordés aux industries forestières, minières et aérospatiales, tout comme les investissements pour étendre les réseaux de distribution du gaz naturel, par exemple », a souligné Charles Milliard.

Une bonification de 4,5G$ du Plan québécois des infrastructures (PQI)

L’augmentation des sommes portant le PQI à 135 G$ pour la période 2021-2031 représente une bonne nouvelle pour la FCCQ. Au cours des prochaines années, il y aura de grands défis sur le plan du maintien des actifs, par exemple dans le secteur du transport collectif. Les sociétés de transport auront des besoins importants à combler en immobilisation dans les prochaines années, et nous croyons que l’aide consacrée à l’entretien des actifs en transport collectif devrait être haussée en pourcentage dans les prochains PQI.

« Il faut mentionner également que plusieurs projets publics sont attendus dans l’ensemble des régions québécoises, que ce soit pour des projets de développement, mais aussi d’entretien des infrastructures. Ce sera important que le PQI consacre une attention particulière à ne pas accroître notre déficit d’entretien des infrastructures au Québec, dans les prochaines années », a conclu Charles Milliard.

À propos de Charles Milliard
Président-directeur général

Charles Milliard est président-directeur général de la Fédération des chambres de commerce du Québec depuis janvier 2020. Gestionnaire chevronné, il a une longue expérience en affaires publiques, plus particulièrement dans le secteur pharmaceutique, de la santé et des sciences de la vie. Il a œuvré au sein du Groupe Uniprix durant 14 ans, occupant plusieurs responsabilités dans l’ensemble des fonctions de l’organisation. De 2013 à 2016, il y a occupé le rôle de vice-président exécutif du Groupe, ayant sous sa supervision la moitié des employés du siège social. Avant de se joindre à la FCCQ, il était vice-président, Santé, au sein du cabinet de relations publiques NATIONAL. Au fil des années, Charles Milliard a acquis une solide expérience en gestion d’enjeux stratégiques et financiers, en développement de stratégies politiques et gouvernementales, et a su développer d’importantes habiletés de leadership et de représentation publique des organisations.

Titulaire d’un baccalauréat en pharmacie et d’un certificat en économique de l’Université Laval, ainsi que d’un MBA de HEC Montréal, Charles Milliard est membre de l’Ordre des Pharmaciens du Québec. Chroniqueur santé à diverses émissions télé au cours des dernières années (Radio-Canada, TVA et V), il s’implique en outre à titre personnel au sein de plusieurs organismes culturels, notamment à titre de président du conseil d’administration du Festival TransAmériques et d’administrateur à l’Orchestre symphonique de Montréal, au Conseil des Arts de Montréal et à la Fondation Armand-Frappier.

  1. La Fédération des chambres de commerce du Québec (FCCQ) se réjouit de l’entente financière annoncée aujourd’hui entre le gouvernement fédéral, le gouvernement du Québec et la Banque de l’infrastructure du Canada, confirmant l’implantation d’une station du Réseau électrique métropolitain (REM) à l’Aéroport de Montréal. Ce projet de connexion au REM de CDPQ Infra contribuera non... En savoir plus
  2. Poste : Coordonnateur (trice) du développement des compétences Grâce à son vaste réseau de près de 130 chambres de commerce et 1 100 membres corporatifs, la Fédération des chambres de commerce du Québec (FCCQ) représente plus de 50 000 entreprises exerçant leurs activités dans tous les secteurs de l’économie et sur l’ensemble du territoire québécois. Étant... En savoir plus
Ce type de contenu vous intéresse? Abonnez-vous au FCCQeXpress, le bulletin bi-mensuel de la FCCQ. On y retrouve toute l’actualité de la Fédération et de nos partenaires!