Publié dans Communiqués

Budget du Québec 2020-2021 : il faut réduire la pression fiscale des entreprises québécoises, dont les taxes sur la masse salariale

Par Charles Milliard
Président-directeur général

À l’occasion des consultations prébudgétaires du gouvernement du Québec, la Fédération des chambres de commerce du Québec (FCCQ) a présenté au ministre des Finances, Éric Girard, ses attentes en prévision du budget 2020-2021.

La FCCQ a ainsi identifié trois priorités qu’elle souhaite retrouver dans le plan budgétaire du Québec :

  • Relever les défis de rareté de main-d’œuvre, notamment par une fiscalité plus compétitive pour les employeurs;
  • Soutenir l’innovation et accroître l’intensité technologique;
  • Réussir la transition énergétique.

Réduire le fardeau fiscal sur la masse salariale pour les employeurs du Québec

Parmi les mesures phares qu’elle a présentées, la FCCQ croit que le gouvernement doit réduire la pression fiscale sur les entreprises québécoises, alors qu’elles ont toujours les taxes sur la masse salariale les plus élevées au pays.

« Les taxes sur la masse salariale constituent actuellement un puissant désincitatif à l’embauche, voire même un frein à la capacité d’offrir des salaires plus élevés », affirme Charles Milliard, président-directeur général de la FCCQ. « Nous demandons donc au gouvernement du Québec de réduire le fardeau global des taxes sur la masse salariale pour les employeurs du Québec, ou, au minimum, de ne plus les augmenter au-delà du niveau de 2019, dans le budget qui sera déposé sous peu. »

La FCCQ recommande également que le gouvernement du Québec, par des mesures concrètes dans le prochain budget, assure aux entreprises de bénéficier d’une main-d’œuvre en quantité suffisante ayant les compétences requises par le marché du travail actuel et futur.

« Nous proposons notamment de créer un nouveau Régime volontaire d’épargne formation continue (RVEFC), pour permettre à de nombreux travailleurs, souvent à la mi-carrière, d’acquérir de nouvelles compétences, en raison des soulèvements entrainés par la quatrième révolution industrielle », soutient Charles Milliard.

Soutenir l’innovation pour rehausser le niveau de productivité

Pour la FCCQ, il est impératif d’accroître la productivité au Québec, entre autres par un meilleur accès des entreprises aux programmes permettant d’acquérir des équipements et des technologies existantes, pour ainsi leur permettre d’optimiser leurs opérations.

« Nous constatons depuis quelques années le retard du Québec en matière de productivité. L’aspect financier apparaît être un frein majeur à l’investissement en nouvelles technologies pour plusieurs entreprises. Nous proposons d’instaurer, en complément des programmes de recherche et développement existants, des mesures fiscales permettant d’améliorer significativement la productivité des entreprises », précise Charles Milliard.

La FCCQ rappelle également l’importance de revoir la notion de plus bas soumissionnaire conforme dans les appels d’offres publics, afin de favoriser l’innovation et de contribuer au développement économique. « Le choix des soumissionnaires doit être orienté davantage sur la qualité, l’innovation, l’expertise et la durabilité des solutions proposées dans les contrats publics du gouvernement du Québec, comme cela se fait ailleurs », précise Charles Milliard. « Le prix ne serait alors qu’un des critères dans une approche axée sur la valeur globale. »

Assurer une transition énergétique efficace, durable et réaliste

Alors que le ministre des Finances a affirmé, lors de la dernière mise à jour économique, que le budget 2020-2021 contiendrait des sommes importantes pour le Plan d’électrification et de changements climatiques, la FCCQ demande que les mesures éventuelles répondent non seulement aux besoins grandissants des entreprises, mais aussi, à une vision énergétique plurielle allant encore plus loin que l’électrification comme unique solution.

Enfin, il sera aussi nécessaire d’amener davantage de flexibilité quant aux seuils d’admissibilité des programmes afin d’augmenter le nombre d’entreprises éligibles et augmenter l’aide financière maximale dans les programmes nécessitant des investissements importants pour les entreprises.

« Les entreprises ont des besoins grandissants et différents en acquisition de technologies vertes. Il sera important de s’assurer que la transition énergétique nécessaire tende vers des sources d’énergie plus propres, comprenant l’ensemble des sources permettant d’atteindre les cibles de réduction des émissions de GES, de manière réaliste, en complément à la stratégie d’électrification », conclut Charles Milliard.

Pour consulter le mémoire prébudgétaire au gouvernement du Québec, cliquez ici.

À propos de Charles Milliard
Président-directeur général

Charles Milliard est président-directeur général de la Fédération des chambres de commerce du Québec depuis janvier 2020. Gestionnaire chevronné, il a une longue expérience en affaires publiques, plus particulièrement dans le secteur pharmaceutique, de la santé et des sciences de la vie. Il a œuvré au sein du Groupe Uniprix durant 14 ans, occupant plusieurs responsabilités dans l’ensemble des fonctions de l’organisation. De 2013 à 2016, il y a occupé le rôle de vice-président exécutif du Groupe, ayant sous sa supervision la moitié des employés du siège social. Avant de se joindre à la FCCQ, il était vice-président, Santé, au sein du cabinet de relations publiques NATIONAL. Au fil des années, Charles Milliard a acquis une solide expérience en gestion d’enjeux stratégiques et financiers, en développement de stratégies politiques et gouvernementales, et a su développer d’importantes habiletés de leadership et de représentation publique des organisations.

Titulaire d’un baccalauréat en pharmacie et d’un certificat en économique de l’Université Laval, ainsi que d’un MBA de HEC Montréal, Charles Milliard est membre de l’Ordre des Pharmaciens du Québec. Chroniqueur santé à diverses émissions télé au cours des dernières années (Radio-Canada, TVA et V), il s’implique en outre à titre personnel au sein de plusieurs organismes culturels, notamment à titre de président du conseil d’administration du Festival TransAmériques et d’administrateur à l’Orchestre symphonique de Montréal, au Conseil des Arts de Montréal et à la Fondation Armand-Frappier.

  1. Montréal, 30 juillet 2020 – La FCCQ (Fédération des chambres de commerce du Québec), le CPQ (Conseil du patronat du Québec), la CCMM (Chambre de commerce du Montréal métropolitain), la FCEI (Fédération canadienne de l’entreprise indépendante), et MEQ (Manufacturiers et Exportateurs du Québec) sont extrêmement préoccupés par l’impact sur l’économie de la situation qui escalade dans le... En savoir plus
  2. La Fédération des chambres de commerce du Québec (FCCQ) se réjouit de la décision annoncée aujourd’hui par le conseil d’administration de la Commission des normes, de l’équité et de la santé et de la sécurité au travail (CNESST), d’abaisser de façon importante le taux moyen de cotisation des employeurs pour l’année 2021, aux fins du... En savoir plus
  3. Le gouvernement du Québec a annoncé l’obligation du couvre-visage dans les lieux publics clos à compter d’aujourd’hui. Nos 13 organisations représentent presque l’ensemble des entreprises qui auront à appliquer cette nouvelle directive et s’entendent sur le fait que la mise en place des meilleures mesures pour éviter la propagation de la COVID-19 est nécessaire. La... En savoir plus
Ce type de contenu vous intéresse? Abonnez-vous au FCCQeXpress, le bulletin bi-mensuel de la FCCQ. On y retrouve toute l’actualité de la Fédération et de nos partenaires!